OXI commence par un “O” comme OUI, mais veut dire NON ! Un grand NON ! Le billet du jour…

MOI_pRÉVOLUTION !!!
Bonjour et bises à toutes et tous mes amis (es),
C’était il y a un peu plus de cinq mois, les Grecs ont choisi Syriza avec Trispas pour gouverner la Grèce. Déjà, ils ont le fait le choix du NON à la Troïka.
Et depuis cinq mois la zone euro, le FMI, la BCE et toutes les composantes de l’Europe ont fait du chantage, de l’intimidation, de la provocation pour que Trispas accélère les réformes et ajoute encore plus d’austérité dans son pays.
Mais, Trispas n’est pas Hollande, il a promis à son peuple un changement de politique et il veut honorer ses promesses. Oui, quand Trispas annonce que le changement, c’est maintenant… Eh ben ! C’est maintenant !
Hier, dimanche 5 juillet 2015 sera une date historique pour la Grèce, mais aussi pour toute l’Europe.
Les Grecs ont eu droit à toute leur place, à la place du peuple que nous souhaitons depuis déjà plusieurs années. Celle de pouvoir choisir, celle de pouvoir s’exprimer, celle de pouvoir participer à la décision, et cela s’appelle la DÉMOCRATIE !

2015-07-06_05-51-00Trispas fait partie de ces élus qui ont compris qu’il n’avait qu’un mandat pour représenter son peuple, mais que c’était au peuple de se prononcer, il l’a fait en mettant en place un référendum ou en raccourci la question était : continuer l’austérité voir, l’augmenter et préférer le pouvoir financier ou mettre en place une autre politique, la politique de l’humain d’abord, il s’agissait pour le peuple grec de répondre « OXY » pour dire non ou « NAI »  pour dire oui. Cela s’est fait en une semaine. Et pendant toute une semaine, les Grecs ont subi intimidations, provocations, pressions, mais cela n’a pas suffi à la détermination des Grecs à dire « OXY » NON à plus de 61 % des voix. Ils ont désobéi et comme le disait Martin Luther King : « Chacun a la responsabilité morale de désobéir aux lois injustes. » En effet, mettre l’humain à genoux au nom de l’argent est injuste, créer la pauvreté est injuste, créer l’insécurité est injuste.
Les grecs ont démontré que le peuple n’était pas soumis aux diktats des banques, hier soir, toutes celles et tous ceux qui commentaient le résultat de ce référendum n’ont parlé que de banque, de finance, de dette, d’argent, jamais il a été fait état de l’humain.
Ils ont dit NON ! Alors, aujourd’hui que va-t-il se passer ? Les dirigeants de la zone euro auront-ils ce courage de sortir la Grèce de l’Europe ? Auront-ils, le courage de couper les vivres à la Grèce ? Faire cela, prouvera que la zone euro est plus que fragilisée, ce serait un échec pour toute l’Europe.
Ou auront-ils compris qu’il est urgent de prendre une nouvelle voie pour conforter notre Europe, et enfin cesser avec l’Europe de la finance pour enfin avoir une Europe sociale, une réelle Europe des peuples ?
Auront-ils compris que la Démocratie n’est pas un vain mot, mais bien une réalité ? Auront-ils compris que ce ne peut être qu’une poignée qui décide pour des millions de citoyens ?
Il faut bien comprendre que le « NON » grec est un NON qui doit pousser tous les peuples européens à être solidaire avec le peuple grec. Tous ENSEMBLE, nous pouvons encore changer la donne.
Dans tous les cas, au lieu de paniquer, félicitons-nous de ce choix qu’ont fait les Grecs, je reste persuadé que cela va produire des réactions dans le monde politique, des répercussions positives sur l’avenir de l’Europe. Il ne peut en être autrement !
Liberté, égalité, fraternité, solidarité, laïcité, poing fermé et levé.

A force de mélanger la lutte des places avec la lutte des classes… Le billet du jour…

MOI_pRÉVOLUTION !!!
Bonjour et bises à toutes et tous mes amis (es),
Voilà déjà quelques jours où dans notre petit coin de France, avec les camarades du Comité Local Front de Gauche de Longwy-Longuyon-Villerupt dans le 54, région limitrophe avec la Belgique, le Luxembourg et l'Allemagne, nous arpentons les marchés pour faire campagne des élections européennes.
Des moments toujours importants puisque non visible dans et sur les médias, nous devons encore être plus présents près des gens.
Bardés de nos logos, de nos drapeaux, pins et tous autres insignes pour nous faire reconnaître étant celles et ceux de la gauche, de la vraie, nous nous heurtons à celles et ceux qui nous prennent à partie et nous disent : « vous êtes comme la droite, Hollande fait la même politique que Sarkozy. » Nous devons à chaque fois nous justifier et dire que nous ne sommes pas le PS, que nous sommes du Front de Gauche. Rappeler que toutes les décisions importantes comme les congés payés, la sécurité sociale, les allocations familiales, le SMIC etc… Etc… Ont été prise lorsque nous étions forts et avec d’autres à gouverner.
Une situation difficile à gérer, puisque nous perdons un temps fou d’une part, à expliquer qui nous sommes vraiment et d’autre part ce que nous défendons.
Une situation où nos responsables nationaux ne sont pas innocents à force de vouloir jouer sur tous les tableaux, à force de changer de stratégie suivant l’élection qui se présente, à force de vouloir à tout prix sauvegarder le nombre de nos élus, à force de mélanger la lutte des places avec la lutte des classes.
Mais c’est nous, la base qui est journellement aux contacts de nos concitoyennes et concitoyens, c’est nous qui devons distribuer, coller, et c’est nous qui sommes interpellés par ces gens qui ne savent plus où ils en sont.
C’est nous, qui devons expliquer, défendre notre programme, nos exigences pour une Europe des peuples, une Europe sociale, une Europe de l’humain d’abord.
Bien évidemment, cette situation est valable pour tout notre pays, aujourd’hui de nombreux militants du PCF, de la GU, d’ENSEMBLE, du PG ne savent plus comme nos concitoyens où ils en sont.
Nous comparer à la même gauche que le PS fait mal, car nous ne sommes pas cette gauche du mensonge, nous ne sommes pas cette gauche qui défend la finance et qui continue à faire des cadeaux au MEDEF, non ! Nous ne sommes pas cette gauche.
Alors il est l’heure de redéfinir le rôle et la stratégie du Front de Gauche et peut être envisagé de l’appeler autrement, un ami, un frère de combat, un frère de cœur, à imaginer ce nom : le FRONT de l’HUMANITÉ. Et pourquoi pas ?
Dans le même temps, laisser ce terme de gauche au PS n’est pas juste, car loin de la gauche est ce que propose aujourd’hui ce gouvernement dit PS. Loin de la gauche, très loin de ces convictions de gauche sont les mesures annoncées pour les semaines, les mois et les années à venir. Ce sont des mesures libérales, de droite ni plus, ni moins.
Pierre, Jean-Luc, Christian écoutez celles et ceux qui sont derrière vous, écoutez celles et ceux qui chaque jour côtoient le peuple, écoutez la voix de la raison, laissez vos égos un peu de côté et remettons-nous en marche, unie, rassemblée, dans l’unité totale pour démontrer comme en 2012 qu’un espoir est possible à gauche, que l’humain peut encore l’emporter sur la finance.
Nous engager dans l’unité avec toutes nos forces est un devoir.
Liberté, égalité, fraternité, solidarité, laïcité, accessibilité, poing fermé et levé.

Au secours ! Au secours ! Une Valls à deux temps ! Vichy est de retour ! Le billet du jour…

MOI_pRÉVOLUTION !!!
Bonjour et bises à toutes et tous mes amis (es),
La république de Vichy, oui je pèse mes mots, la république de Vichy.
Alors que nous étions une trentaine à vouloir nous faire entendre lors de la venue de Valls, en découdre pacifiquement armés de nos petits drapeaux Front de gauche, PCF et CGT en ajoutant celui de la Fase de notre ami Oscar, en y ajoutant nos badges nous nous sommes fait traités comme des sauvages, des délinquants, des repris de justice.
Même des élus de la république, un Maire et ses adjoints ont été traités de la même façon.
C’est une HONTE ! UNE HONTE !
Une centaine de gendarmes et policiers nous ont conduits manu militari (Oh Manuel que tu dois aimer cette expression !) loin du parvis de la mairie de Longwy bas entre deux immeubles, cachés afin que personne ne remarque notre présence. Encadré par ces gendarmes et policiers et cela a duré deux heures. Une garde à vue sous la pluie et le froid.
Et cela sous un gouvernement de gauche, qui ne cesse de dire qu’il est à gauche.
MENSONGE ! MENSONGE !!!! Il est à droite, bien à droite, et plus qu’à droite et prend le chemin de Vichy.
En 42 ans de militantisme je n’ai jamais vu ce genre de comportement, indigné, révolté, en colère, car si aujourd’hui ce Valls agit de la sorte c’est notre faute, nous avons appelé sans condition à élire ce président Hollande qui a nommé ce sinistre ministre de l’intérieur VALLS, la valse des Gendarmes et des policiers. Manu, tu es un vendu !
Hier la république a bafoué la démocratie, la liberté d’expression, la liberté de circulation.
Camarades, vous qui allez certainement dans votre région faire comme nous voulions le faire hier prenez vos distances et donnez-vous les moyens pour que cela ne se reproduise plus.
Mais le pire de tout cela, des élus qui se disent haut et fort communistes membre du Front de gauche ont assisté à cette mascarade et au lieu de porter soutien à leurs alliés, leurs militants qui font qu’aujourd’hui ils sont des élus, ont préféré participer aux discours de ce Valls et par la force des choses se sont rendus coupables de complicité avec ce gouvernement de Vichy.
À la fin de cette garde à vue, nous nous sommes rendus au-devant des élus pour dire notre colère, le premier qui s’est présenté a été Jean-Paul DURIEUX (ancien député et maire PS de la ville) qui nous a dit sans gêne que cela n’avait pas été normal de nous avoir traités de la sorte, pffffff !! Quel gougeât ! Quel menteur ! Quel hypocrite ! Charlatan que tu fais Jean-Paul, bonimenteur que tu es !
Voici quelques photos, les images sont parfois plus claires que de propos.
Tu pousses le bouchon un peu trop loin MANU !
Liberté, égalité, fraternité, solidarité, laïcité, poing fermé et levé.

Capture

Venue de Valls à Longwy le 10 Février 2014_31a

IMG_2082a

IMG_2088Capture

Municipales à Villerupt : Tous ces candidats nous interrogent à croire que ce n’est pas une élection, mais un référendum… Le billet du jour.

MOI_pDes questions, que des questions et toujours des questions et encore des questions, alors que nous voulons des réponses.
D’abord Véronique GUILLOTIN qui se dit être à votre écoute tête de liste intitulée « Ensemble pour Agir 2014 ! »
Des questions et encore des questions pour savoir si nous avons les mêmes attentes que les gens de cette liste. Et si nous avons répondu NON à plus de la moitié des questions, c’est OUI ! Nous sommes donc en osmose avec Véronique GUILLOTIN.
Si je ne m’abuse, cela fait déjà un mandat que Véronique GUILLOTIN est au sein du Conseil Municipal et il aura fallu attendre la fin de celui-ci pour qu’elle se préoccupe de savoir ce que nous pensons de notre ville ! Pas belle la vie ?
Ensuite, c’est au maire en place de distribuer le sien, dans celui-ci encore et encore des questions, cette fois pour savoir si nous approuvons ou non ce qui a été fait, mais cela reste toujours des questions.
Il en manque d’ailleurs !
Soulignons que sa liste « Solidarités & Dynamisme » sera porteuse des valeurs participantes à l’histoire sociale et humaine de notre ville comme des principes inscrits dans les plus belles pages de l’histoire sociale et progressiste de la France » ouah super ! C’est pour cela d’ailleurs que la distribution de l’eau est restée dans le giron du privé et qu’une partie des logements de la SEMIV ont été vendus à VILOGIA une autre société privée. Ça restera dans les annales de l’histoire sociale et humaine de Villerupt, c’est sûr et c’est certain.
Puis vient la liste du PS menée par René TOSELLO intitulée « Villerupt 21ème » en espérant qu’il nous parle du 21ème siècle et non de la 21ème place pour Villerupt dans notre département.
Là aussi des questions et que des questions, le tract commence par nous sommes porteurs d’un projet pour Villerupt, mais il pose des questions pour améliorer et nous faire participer, du mal à comprendre si cette liste a un projet alors pourquoi continuer à interroger les Villeruptiennes et les Villeruptiens ? La démocratie c’est bien ! Faire participer les gens c’est mieux ! Surtout quand le projet existe déjà.
Première remarque, toutes ces trois listes se veulent être apolitiques puisqu’aucun sigle ou nom de parti ne figure sur aucun des trois tracts.
Alors disons les choses, la première tête de liste est membre de l’UDI (Union des démocrates et indépendants) dont le président est BORLOO ancien ministre de SARKOZY.
La deuxième tête de liste est Alain CASONI qui se dit être proche du Parti communiste et sympathisant du Front de Gauche, il ne l’affiche pas directement, mais c’est ce qu’il se dit être. C’est commode dans une ville de gauche de se dire proche ou encore partisan.
Enfin, la troisième tête de liste est René TOSELLO membre du Parti socialiste qui lui aussi a choisi de ne pas le dire ou de le faire apparaître. Et pour cause ! Il est membre de ce parti qu’une majorité a désigné en mai 2012 pour diriger notre pays. Depuis, le chômage n’a cessé d’augmenter, la pauvreté ne cesse de grandir et les restos du cœur se sont vus distribuer 3 fois plus de repas. Les cadeaux aux riches et au MEDEF sont des méthodes courantes et dans ce constat vaut mieux cacher ce que l’on est et rester pour le temps de la campagne des municipales dans l’anonymat. Il faut tout de même souligner que jamais René TOSELLO n’a critiqué la politique nationale.
Deuxième remarque : Depuis des lustres les Villeruptiennes et les Villeruptiens sont en manques de démocratie surtout sur les grands projets, et que ce soit l’un ou l’autre, jamais ils n’ont pris les devants pour interroger la population, pire sur certains projets, la ville est déchirée, vous me direz que pour mieux régner vaut mieux diviser !
Ceci étant dit, encore une fois on assiste non pas à une élection, mais bien à un jeu électoraliste où toutes les données ne sont pas fournies pour un choix correct des électrices et des électeurs. Encore une fois, on essaie de tromper les gens en cachant des vérités. Pourtant, dire ce que l’on est et quelles convictions on porte ne doit pas être un mur infranchissable ou alors comme il est dit plus haut, cela ne sert qu’à certains moments de la vie politique.
Certes, les élections municipales ne sont pas des élections nationales vous dira-t-on, en oubliant bien sûr de souligner que les budgets municipaux dépendent directement des dotations financières de l’État (pour info, il est prévu de diminuer ces dotations de 1,5 milliard), donc par la force des choses, les municipales sont des élections nationales.
On vous dira que ce sont des femmes et des hommes que nous élisons et non un parti, pourtant tous trois se prévalent d’un parti politique, en catimini peut-être, mais ils s’en gratifient quand cela leur rend bien des services.
Voilà une campagne électorale qui commence super bien, tous ces candidats nous interrogent à croire que ce n’est pas une élection, mais un référendum, alors qui se trompe d’élections, les citoyens ou les aspirants à être le maire de la ville ?
Au lieu de vouloir savoir, faites nous connaître le projet que vous portez, et ce ne sera que sur ce projet que nous pourrons nous prononcer, alors qui dit mieux ?
Liberté, égalité, fraternité, solidarité, laïcité, poing fermé et levé.

Pour beaucoup, les mots n’ont été que des mots et ne sont restés que des mots, rien n’a été fait pour que ces mots deviennent réellement des actes.

MOI_pRÉVOLUTION !!!
Bonjour et bises à toutes et tous mes amis (es),
Si la météo joue au yo-yo avec des températures de moins 40 aux USA et de plus 40 en Australie, la politique joue le même jeu, mais laisse rarement monter le yo-yo.
Cette semaine a été riche en événements notamment en France. Lors de sa dernière conférence de presse, François Hollande annonce fièrement qu’il est social-démocrate. Mais ça nous le savions déjà ! Ce n’est pas une annonce et ni un scoop, c’est une confirmation !
Depuis des années, les pouvoirs en place rognent continuellement sur les acquis durement gagnés par la classe laborieuse de notre pays. Il y a même des femmes et des hommes qui sont morts pour obtenir ces acquis.
Hollande fait mieux, il va plus loin, il s’attaque à la solidarité nationale mise en place par le Conseil National de la Résistance. Il s’est pacsé avec le MEDEF et lui fait cadeau des cotisations familiales patronales pour 30 milliards d’euros. Ambroise Croizat doit jouer de la toupie dans sa tombe.
Cadeaux et toujours cadeaux aux riches !

Mais cela n’est pas tout, il s’attaque également à la démocratie locale de notre pays, il veut réduire les régions et les départements, ce dont la droite rêve depuis des décennies, Hollande le réalise.
Pendant la campagne de la présidentielle en 2012, ce même Hollande déclarait au Bourget que son premier adversaire était la finance. Heureusement, car s’il avait été le dernier bonjour les dégâts !
Un monde où la classe politique joue au yo-yo avec le peuple n’est plus digne d’être un monde, une société, cela devient du n’importe quoi et il faudrait encore lui faire confiance.
Après le Marquis de Sade, le Marquis Hollande.
Il est l’heure que les peuples réagissent et agissent en conséquence, car sans résistance, qu’allons-nous atteindre ?
Tout cela donne des frissons dans le dos quand il s’agit d’envisager l’avenir. Que vont devenir nos enfants et nos petits enfants ?
Quand on voit aujourd’hui qu’aux USA, pour pouvoir se soigner, des tombolas sont mises en places avec des lots donnant droit à des soins gratuits parce que le peuple américain ne peut dignement se soigner, il y a de quoi s’inquiéter !
D’autant, que tout ce qui se traduit en Europe provient des USA.
Ce qui est invraisemblable, c’est l’inertie de celles et ceux qui critiquent les politiques mises en place, une manifestation par-là, une autre par-ci, et rien ne change, pire cela s’aggrave d’annonce en annonce.
Est-ce que les peuples ne seraient pas près ? Est-ce que nous ne saurions pas encore assez dans la mélasse pour continuer à jouer à la toupie ?
N’aurions-nous pas ce rôle à démontrer qu’il est possible de faire autrement ? Non ! On préfère se chamailler sur des places, des logos, des partenariats, des alliances, ou je ne sais quoi encore. Tergiverser, cela suffit !
Nous nous devons prendre des décisions afin de mettre un arrêt à toutes ces mesures qui nous enfoncent de plus en plus. Et si nos dirigeants n’en sont pas capables, alors c’est à nous de faire, mais de faire du concret, en y mettant nos égos de côté et en gardant nos convictions, car tout ce qui est fait aujourd’hui est fait sans valeurs, sans certitudes, seulement au nom de l’argent, des bénéfices et de la compétitivité.
Voulons-nous réellement revenir à l’époque de Germinal ? Car nous en sommes sur la bonne voie !
Cadeaux au patronat, cadeaux aux banques alors que ce sont ceux-ci qui ont fait que nous sommes en crise.
On a beau faire des cadeaux aux patrons, même s’ils sont bénéficiaires ils licencient et sans vergogne, car des cadeaux ils ont en déjà obtenu et pas des moindres. Il n’y a qu’à entendre les propos suite à l’annonce de ce de pacte de responsabilité, les patrons disent ouvertement que cette baisse des charges va profiter à la trésorerie et non à l’embauche.
Les banques ont plongé le monde dans une crise sans précédent et les gouvernements les aides au lieu de les nationaliser. Et ces mêmes banques aujourd’hui taxent de plus en plus leurs clients, ne prêtent plus, et les petites entreprises qui ne bénéficient d’aucune aide, et qui emploient plus que le MEDEF disparaissent une après l’autre.
C’est la réalité !
Je suis communiste depuis des décennies et fier de l’être, car mon parti a toujours été présent quand il a fallu défendre l’opprimé. Aujourd’hui, j’avoue avoir du mal à m’y retrouver, d’un parti révolutionnaire nous en sommes devenus un parti de compromis, un parti d’alliance et tout cela au nom d’une place au détriment d’une réelle lutte de classe. Car cette lutte est de plus en plus présente dans ce monde sans partage.
On critique, on manifeste, et quand il y a élection on fait avec, comment voulez-vous faire bouger le peuple dans ces conditions ? C’est d’une force de gauche bien à gauche que nous avons besoin, nous avons déjà créé un outil avec le Front de gauche, pourquoi aujourd’hui ne pas s'en servir ? Et cela vaut également pour toutes les composantes de cet instrument. Quand je vois les noms qui figurent sur la liste de soutien à Hidalgo à Paris, il y a de quoi se demander si dans notre pays, les convictions et les valeurs ont encore leurs places. C’est de gerber que nous avons envie aujourd’hui ! Vomir, car pour beaucoup, les mots n’ont été que des mots et ne sont restés que des mots, rien n’a été fait pour que ces mots deviennent réellement des actes.
Liberté, égalité, fraternité, solidarité, laïcité, poing fermé et levé.

Après le dimanche, ce seront les RTT, les congés payés, les congés maladie etc… Le Billet du jour.

MOI_pRÉVOLUTION !!!
Bonjour et bises à toutes et tous mes amis (es),
C’est dimanche, le jour de la semaine où grand nombre de salariés (es) sont censés être en repos, le jour de la semaine tant attendu afin de pouvoir être ensemble en famille. Un jour durement gagné par des luttes qui ont fait que le dimanche soit nommé « LE REPOS DOMINICAL ».
Malheureusement, comme tout d’ailleurs, le monde change, la société que nous avons connue un temps disparaît pour laisser la place à quelque chose que les gens de ma génération ont du mal à comprendre.
Certains appellent cela, le Nouveau Monde, nouveau ! Qui a décidé que ce serait un Nouveau Monde ?
Qui a été interrogé pour savoir si ce Nouveau Monde devait voir le jour ?
C’est encore une minorité qui a imposé ce changement de mode de vie, cette frange qui ne pense qu’argent et toujours argent.
Par la force des choses, ou par manque de courage, la majorité suit et se fond dans ce Nouveau Monde. Ce monde où celles et ceux qui produisent les richesses de notre pays font silence ou peu de bruit.
D’autant, que si nous prenons l’exemple de ces grandes surfaces qui se battent non seulement pour ouvrir le dimanche, mais aussi la nuit, tout le monde travaillera pendant ces moments où nous devrions être en repos. Et si tout le monde travaille, le dimanche devient petit à petit un jour comme un autre, et s’il devient un jour comme un autre, ces magasins seront fréquentés comme les autres jours, où est le gain ? Les achats seront dilués sur la semaine et au lieu de faire des affaires, le coût d’exploitation deviendra plus lourd.
Au début, c’était du volontariat, aujourd’hui cette clause est précisée sur les contrats de travail.
Le Nouveau Monde, ce monde où compétitivité, où bénéfices, rentabilité, où destruction des petits sont devenus choses courantes, des mots que l’on entend et que l’on lit à longueur de journée.
NON ! Un Nouveau Monde ce n’est pas cela, ce n’est pas encore et encore traiter les gens comme des troupeaux, ce n’est pas créer ou changer sans penser un seul instant aux femmes et aux hommes que nous sommes, cela devrait être réfléchi sérieusement afin d’améliorer les conditions de vie des humains oui des humains que nous sommes.
L’humain d’abord ! Serait-ce être une utopie ? Un rêve ? Un élément de toute notre vie qu’il faudrait rayer de notre vocabulaire ? Je ne le pense pas ! Car, si nous ne prenons pas garde de ces changements qui ne vont que dans un sens, après le dimanche, ce seront les RTT, les congés payés, les congés maladie, nous savons par expérience que cela se passe comme cela, et nous laissons faire, nous commençons doucement, mais sûrement à croire que c’est la fatalité qui fait que.
Et celles et ceux qui luttent encore contre toutes ces mesures néfastes à l’encontre des humains que nous sommes sont pris pour des fous, des gens pas sérieux, des utopistes, des doux rêveurs. Pourtant, combien de fois avec le temps, il s’est avéré que ces doux rêveurs avaient raison.
À votre avis, pourquoi nos dirigeants ont un jour bafoué le vote des électrices et des électeurs s’agissant de l’Europe ? Parce que ces doux rêveurs avaient raison, et avec le temps, nous nous en apercevons. Non pas que ces doux rêveurs étaient contre l’Europe, mais pour une Europe des peuples et non cette Europe basée que sur l’argent, la monnaie, les bénéfices, la rentabilité, la compétitivité, mais sur une Europe où les femmes et les hommes devraient avoir toute leur place et rien que leur place.
Avec le temps…
Avec le temps, va, tout s’en va disait le poète. Alors que le temps devrait nous faire la leçon. On a cette impression que le temps nous fait oublier, que le temps efface notre mémoire. L’histoire de l’homme n’est pourtant pas soluble, se rappeler que des femmes et des hommes sont morts pour des causes qui ont fait que les conditions de vie se sont améliorées devrait nous donner cette force de résister et de savoir encore dire non, cela suffit !
Avec le temps…
Avec le temps, va, tout s’en va oui tout s’en va, si nous laissons partir, si nous laissons faire, car avec le temps nous avons aussi appris, connu des situations où lutter n’a pas été vain, bien au contraire.
Avec le temps…
Avec le temps, va, tout s’en va disait le poète, certes, des voix, des moments, des êtres, peuvent s’effacer de notre mémoire, mais de notre mémoire ne peut s’effacer le fait que nous soyons des humains et que sur cette terre, il y a la place et les moyens pour que nous vivions comme des humains, dans la DIGNITÉ.
N’aurions-nous plus de disque dur dans notre esprit, ce disque qui enregistre et écrit tout ce qui se passe ou s’est passé dans notre vie pour en arriver à l’oubli ?
Si tel est le cas, cela est grave, car qui va écrire l’histoire de l’homme du Nouveau Monde comme ils disent ?
Liberté, égalité, fraternité, solidarité, laïcité, poing fermé et levé.

Le billet du jour : Les trente premières années se passent à ne pouvoir se réveiller, les trente suivantes à ne pas pouvoir s’endormir.

MOI_pJe me rappelle qu’il n’y a pas longtemps on me faisait remarquer que j’entrais dans le cercle des « quadras ». C’était il y a vingt ans, et ces vingt ans sont passés comme si cela avait était une semaine, à la vitesse de la lumière. Aujourd’hui, on me dit que je rentre dans le cercle des « sexagénaires, des sexas ».
Le temps passe, on croit souvent avoir construit quelque chose de solide, que ce soit au niveau familial, professionnel ou autre et on s’aperçoit que ce n’est pas toujours le cas.
Revenir en arrière c’est impossible et bien dommage, reconstruire autre chose, peut-être ! Mais cela devient de plus en plus difficile, l’âge est là, la vie t’a fatigué, elle t’en à fait voir des belles et des moins gracieuses.
Elle t’a appris que l’amitié était souvent éphémère, qu’il fallait compter que sur toi même.
Souvent, tu te sens trahis par celles et ceux que tu croyais être sincères, celles et ceux que tu aimais comme une sœur ou un frère.
Heureusement que cela n’est pas une généralité et que parfois la vie t’a donné des amis (es) que jamais tu ne pourras oublier, des amis (es) qui t’ont ouvert les yeux, poussé à faire ou ne pas faire, des amis (es) qui sont à tes côtés pour t’épauler et je sais de quoi je parle !
La vie devrait  être le bonheur, puisque dans ta vie tu construis, tu crées une famille, tu fais des enfants, puis ceux-ci te font des petits enfants et à chaque étape de la vie tu vieillis, tu te rends compte que tes parents avaient raison quand ils te disaient que cela passe très vite.
Heureux oui heureux d’avoir les enfants que j’ai, les petits enfants qui sont venus grandir le clan, mais quand tu es militant et que pour toi l’humain est plus qu’important tu ne sais pas saisir ce bonheur, car si bonheur il y a, il est petit à côté de tout ce que tu peux voir de mal dans cette vie.
Chaque fait divers, chaque mesure allant à l’encontre du bien des gens te font mal, tu ne sais plus ce qu’est le second degré, tu prends tout à cœur et cela te gâche une grande partie de ta vie et celle des tiens.
Mais l’injustice tu ne supportes pas, alors c’est plus fort que toi, tu continues, tu ne veux rien lâcher, d’autant que tu te dis que sur cette terre il y en a pour toutes et pour tous, il suffirait de conjuguer ce verbe qui est PARTAGER. D’appliquer nos valeurs républicaines qui sont liberté, égalité, fraternité et solidarité, des valeurs qui sont sur nos frontons de nos mairies et de nos écoles et qui ne sont pas respectées par celles et ceux qui souhaitent que notre jeunesse s’en imprègne.
Tu as cette impression que la vie n’est qu’un mensonge et tromperie, que toutes celles et tous ceux qui peuvent, ne font pas, qu’ils ne pensent qu’à eux avec égoïsme et sans cœur. Mais est-ce vraiment qu’une impression ?
Ils entassent, ils protègent leurs acquis, leurs statuts, au détriment du peuple que nous sommes, et cela à tous les niveaux, à croire que nous ne sommes que du bétail !
Aujourd’hui, j’ai 60 ans, je vais certainement prendre ma retraite, une retraite bien méritée, mais jamais je ne cesserais le combat contre toutes ces injustices qui font que les humains que nous sommes ne sont pas respectés.
DIGNITÉ, je veux mourir dans la DIGNITÉ, et pour cela je continuerais le combat, la lutte avec mes camarades pour que ce monde devienne meilleur. C’est possible, tout est possible, il suffit de le vouloir et d’appliquer les mots qui sont prononcés.
Le temps passe vite, mais dans ce domaine aucun radar ne te rappellera qu’il faut que tu ralentisses.

Le billet du jour : Ne soyons pas des spectateurs, soyons des acteurs, changeons ce scénario qui n’obtiendra jamais un césar à Cannes.

MOI_pLa France en récession !
Les politiques menées depuis des années nous ont amenés à la récession, c’est chiffré, prouvé et commenté.
Mais on ne change pas de cap, on continue sur la même voie, celle du désastre économique, celle où les peuples deviennent de plus en plus pauvres, celle qui creuse les différences, celle qui continue à faire des cadeaux aux riches et au patronat.
Les pays européens sont dirigés par les technocrates, au point où aujourd’hui on se demande pourquoi faire voter les peuples puisque leurs choix ne sont pas respectés ?
C’est l’Europe qui dirige les pays, c’est l’Europe qui dicte ses lois, c’est l’Europe qui choisit ce qui pour elle est bien ou mal pour les peuples.
Nous sommes en France, dans une République démocratique, la voix des urnes existe, le peuple a son mot à dire. Pourtant, les luttes de la classe ouvrière, ces luttes qui ont tant fait obtenir aux salariés, congés payés, sécurité sociale, allocations familiales, 35 heures, retraite à 60 ans, etc., etc. Tous ces acquis s‘effilochent lentement mais sûrement.
Depuis des lustres on nous tara busque sur le déficit de la sécurité sociale, pour y remédier ils ont installé un forfait journalier quand un séjour à l’hôpital s’impose. Plusieurs centaines de médicaments ne sont plus remboursés ou mal remboursés. On nous vend du générique (sans savoir si cela soigne réellement). On ferme des services hospitaliers pour des raisons de non-rentabilité, et d’année en année, ce déficit qui devait être avec ces mesures enrayé, ne cesse d’augmenter.
On se fout de nous ! On se moque de nous ! On nous traite comme si nous étions un troupeau de moutons !
Concernant la dette, même scénario, on augmente les taxes, les impôts, on fait des cadeaux à celles et à ceux qui n’ont n’en pas besoin, des cadeaux au patronat, et la dette ne cesse d’augmenter.
Mais, on continue sur la même voie, celle qui depuis des lustres n’a rien prouvé, celle qui depuis des lustres appauvrit les peuples, celle qui depuis des lustres ravage les petits.
Peuple de France, peuples d’Europe, ça suffit ! Il est grand temps de prendre nos responsabilités, de réagir et d’agir face à toutes ces mesures politiques qui nous plongent dans la misère. Peuple de France, peuples d’Europe, si nous ne faisons rien, demain sous les ponts nous n’irons pas regarder les fleuves passer, mais y habiter.
On a cette impression que plus le mal s’installe, plus les gens deviennent, aveugles de ce qui se déroule, c’est la fatalité qu’ils disent, on ne peut rien changer puisque de toute façon que ce soit la droite ou la gauche qui gouverne, c’est la même chose.
Auriez-vous remarqué un soupçon de gauche dans la politique menée par ce Hollande qui se dit PS et de gauche ? Auriez-vous déjà oublié l’après 1983 ?
Non ! Ce n’est pas une politique de gauche qui est menée, c’est la continuité de cette politique de droite qui a plongé notre cher pays dans un chaos inimaginable. C’est une politique sociale libérale, une politique de l’argent roi, une politique où l’humain n’est devenu qu’une marchandise que l’on jette parce qu’il n’est plus assez rentable, c’est ce qu’ils disent, mais ce n’est pas le cas.
Ils ont tous les moyens nécessaires pour nous le faire croire. Télévision, journaux, tous les jours qui passent on nous fait la morale, « on ne peut plus continuer comme cela » qu’ils disent.
Exact ! Nous répondons exact ! On ne peut plus continuer à enfoncer les peuples comme il est fait aujourd’hui ! Il faut penser humain, car quand les humains ont du travail, un toit, à manger, ils consomment, et quand ils consomment, ils créent de la richesse et quand la richesse économique revit, la dette diminue. C’est simple comme dire bonjour !
Peuple de France, peuples d’Europe, réagissons, agissons, ils n’ont pas raison ! Des exemples existent, des exemples qui prouvent le contraire de ce qui se passe, pourquoi ne pas s’en inspirer ?
Qu’est-ce que nous avons encore perdre ? Rien ! Nous avons tout à gagner alors Yala, en avant, réagissons et agissons pour l’avenir de nos enfants et de nos petits enfants !
Ne soyons pas des spectateurs, soyons des acteurs, changeons ce scénario qui n’obtiendra jamais un césar à Cannes.
C’est possible, ENSEMBLE tout est possible !
Ne rien faire nous rend complice de ce désastre économique et humain que nous vivons.
Nous n’en avons pas le droit !

Le billet du jour : En fait le PSG a perdu sa victoire sportive pour gagner la victoire de la brutalité, de la grossièreté.

MOI_pLe foot, l’opium du peuple.
Alors que le PSG équipe de ligue 1 financé par le QATAR est sacré champion de France, Paris s’enflamme, cela devait être la fête, c’est une guerre de rue, 30 blessés et 21 arrestations qui prennent le dessus.
Déjà la vielle cela avait commencé par des heurts avec la police sur les Champs Élysées.
C’est fou comme ce sport peut rassembler autant de personnes !
Des joueurs qui gagnent des centaines de milliers d’euros par mois voir pour certains des millions. Avoir un public populaire avec des salaires en général équivalents au SMIC et pour beaucoup être au chômage est plus que surprenant. En effet, l’entrée d’un stade coûte et coûte cher.
Être supporter, ne veut pas dire être un casseur. Alors que le sport devrait être un moyen de se retrouver en ami, être ce que l’on pourrait appeler un moment de détente, il devient petit à petit un lieu où la violence fait sa loi.
Quand on voit les images, cela fait froid dans le dos. Ce ne sont pas des moments que nous souhaitons vivre et revivre.
Champions peut-être, mais champions de quoi ? Encore une fois les Parisiens ont démontré que le sport n’était pour eux que secondaire.
Espérant que les QATARIS rembourseront les dégâts.
Rassembler, réunir autant de monde, l’univers politique en rêve et pour cause, de profonds problèmes existent (chômage, pauvreté, austérité, mal-logés, etc., etc.) Il faudrait être nombreux dans la rue pour les combattre. Bien évidemment le politique que je suis, souhaite, autant de monde, mais avec la violence en moins.
Nous l’avons prouvé, le 5 mai de cette année, 180.000 personnes ont manifesté dans la rue sans un seul instant où la police a dû intervenir.
La barbarie est l’acte du faible !
En fait le PSG a perdu sa victoire sportive pour gagner la victoire de la brutalité, de la grossièreté.

Le billet du jour : Un attentat est un attentat ! Peu importe le lieu où il s’est passé ! Un blessé, un mort, est un blessé et un mort, peu importe le lieu où cela s’est passé !

MOI_pIl y a des jours comme ça où tu te demandes si tu vis sur la même planète.
BOSTON : un attentat, plus d’une centaine de blessés et trois morts, dont un enfant. C’est terrible et injuste, celles et ceux qui ont à revendiquer ou à faire valoir des idées qui les touchent doivent cesser ce genre de massacre.
Je m’associe à la douleur des proches et je souhaite que ce genre de chose n’arrive plus.
Cela est arrivé lundi, il y 3 jours, et les médias depuis ont fait la une de leurs journaux.
Certes, des questions se posent. QUI ? Qui a fait cela ? Pourquoi ?
Mais dans le même temps, ce genre d’attentats tous les jours ont lieu, en Palestine, Israël, Syrie, Iran, Irak et bizarrement, les médias s’ils ont font part, ce n’est que quelques secondes !
Est-ce qu’un enfant des USA est plus important, meilleur qu’un enfant de tous ces pays ?
Ce n’est pas assez d’avoir des riches et des pauvres, mais maintenant il y a aussi cette différence dans les lieux et les femmes et les hommes qui y habitent et qui meurent.
C’est intolérable, un enfant est un enfant qu’il soit aux USA ou dans un autre pays et il en est de même pour les femmes et les hommes.
IL faut que cette barbarie cesse partout, partout dans ce monde où l’argent est devenu la priorité, partout où des hommes font la guerre à leur peuple, partout où des dirigeants ne respectent pas leurs citoyens, partout où la terreur et l’insécurité existent.
Il faut s’indigner de constater que les médias font la part belle à tel ou tel pays et qui oublient qu’ailleurs des massacres, des guerres avec ses horreurs, des attentats existent.
Quand on diffuse ces images intolérables avec ce voyeurisme honteux, on le fait pour tout le monde ou pour personne.
Y en a marre de toutes ces différences, après tout, on paie chaque année une taxe pour avoir une TV dans nos locaux, on paie, et on paie cher pour avoir ce droit et l’exigence de nos médias de traiter l’information objectivement, juste et égal pour tout le monde et les faits dans le monde.
Un attentat est un attentat ! Peu importe le lieu où il s’est passé !
Un blessé, un mort, est un blessé et un mort, peu importe le lieu où cela s’est passé !
Article premier
Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité. C’est ce qui est dit dans la Déclaration universelle des droits de l’homme et c’est le 1er article.
Alors les mots, ça suffit, des actes nom d’un chien !