Privatisation : le cas exemplaire de l’eau

A tous les résistants du Nouvel Ordre Mondial, intéressez-vous aussi à qui vous fournit de l’eau à votre robinet ! C’est un sujet très symbolique et formateur. Tous les ingrédients sont réunis : pour/contre la privatisation, intérêt général vs intérêts privés… Ce sont des grands groupes français qui ont été leaders de la privatisation de l’eau au niveau mondial (et non des groupes américains).
Pour avoir une première compréhension sur le sujet, voir ce documentaire de 2010 ’Water makes money’ :

https://www.youtube.com/watch?v=7wbXe5DQgZQ

2010 – Des profits records : l’international contre le national

Un redressement soutenu par l’argent public mais réalisé contre l’emploi, les salaires et la compétitivité du pays.
Le contraste est particulièrement saisissant entre la situation de la France et des Français et celle des principaux groupes capitalistes du pays, sociétés industrielles, de services et intervenants financiers. Le chômage se main­tient à un haut niveau, les prix à la consom­mation amputent le pouvoir d’achat des familles, la croissance se traîne, le déficit extérieur se creuse et pourtant les profits 2010 des « cakes » du CAC dépassent les 80 milliards d’euros, en hausse de 85 % par rapport à 2009.
Voilà qui annonce d’ailleurs un coquet verse­ment de dividendes aux actionnaires en 2011. Le groupe EADS a été le dernier membre de la confrérie du CAC à annoncer ses résultats : ils décollent, passant de – 763 à + 526 mil­lions d’euros. Mais le constructeur aéronauti­que franco-allemand joue petit bras en ma­tière de profits comparé à la plupart de ses collègues. La star 2010 reste Total. La com­pagnie pétrolière a connu en 2009 un léger accès de « faiblesse », affichant un bénéfice en baisse, mais le résultat 2010 est reparti à la hausse (+ 25 %), même si le record de 2007 (13 milliards de profits) n’a pas été atteint. Ils sont pourtant une quinzaine de groupes à dépasser leurs résultats de cette année miracle. Comment expliquer ce redressement, alors que la croissance n’a été que de 1,7 % en 2010 dans la zone euro et de 1,8 % au sein de l’Union européenne à 27 ? Nombre de groupes sont allés chercher de la marge aux États-Unis et, surtout, dans les pays émer­gents. C’est ainsi que la Chine est devenue la deuxième source de bénéfice de Pernod Ricard, les émergents sont devenus le plus important contributeur au chiffre d’affaires de Sanofi.

septembre 2018
L M M J V S D
« Juil    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Traduire

%d blogueurs aiment cette page :