Libye : Kadhafi se livre à un véritable génocide. Le peuple résiste et gagne bataille après bataille…

La fin du minable s'approche.....La fin du minable s’approche…

Malgré la lâcheté de la communauté internationale, les libyens avancent et la chute du despote de Tripoli s’approche…
C’est d’un véritable terroriste et assassin qu’il s’agit, alors que même les États "civilisés" traitent avec lui comme un vrai chef d’État. C’est la manne financière dont il dispose grâce aux richesses de la terre, par ailleurs amazighe, que l’État qu’il dirige occupe, qui les intéresse.
Mais aujourd’hui, cet énergumène se livre à un véritable génocide au sein des populations qui se sont soulevées pour crier leur rejet de la dictature et de l’humiliation qui n’ont que trop duré.
Militaires, policiers, agents des fameux comités "révolutionnaires", véritable milice au service du tyran, sont entrain de tirer à bout portant, usant même d’armes de guerre, sur les manifestants. Comme si tout cela ne suffisait pas, le dictateur engage des mercenaires recrutés dans les pays voisins, grassement payés, pour les envoyer terroriser et tuer partout où les populations sortent dans la rue pour contester et appeler à la chute du régime de Kadhafi.
Qu’un malade, crapule d’un autre âge, s’adonne à cet exercice, cela peut paraitre chose normale. Mais que la communauté internationale laisse faire une boucherie pareille, cela est dramatique. Il est inquiétant de constater le silence d’États comme la France ou les États-Unis d’Amérique après six jours de répression féroce.
Qu’attendent ces donneurs de leçons en matière de droits de l’Homme pour lever le petit doigt et dire à ce minable de Kadhafi d’arrêter son jeu ? Attendent-ils que tout le peuple soit exterminé ? Qu’est-ce qui tourne dans leurs têtes en ce moment ? Les enjeux liés aux riches que regorge le sol libyen doivent être pour beaucoup dans cette position indigne de "démocraties" occidentales. Et comment croire au discours de paix souvent tenus par ces puissances ? Peut-on aspirer à la paix sur cette Terre avec des individus comme Kadhafi qu’on tolère à la tête d’États ?
L’attitude criminelle de ce tyran justifie non seulement la réaction de la communauté internationale, mais une résolution du Conseil de sécurité et une intervention militaire pour le faire taire à jamais… ce minable. Il est un danger pour l’Humanité entière… certains ont déjà oublié les crimes qu’il commis et les exactions dont il s’est rendu responsable.
Il n’est pas interdit d’espérer, mais en attendant, nous allons tout faire pour apporter soutien, ne serait ce que moral, à ceux qui ont eu le courage de sortir affronter le despote et qui sont déterminés à se battre jusqu’à la chute de la bêtise dans cette partie de la Berbérie, en attendant la véritable libération….

Une boucherie est entrain de se dérouler à Tripoli…
Plusieurs témoignages diffusés sur des télévisions notamment arabes, affirment que des avions de guerre tirent des missiles sur des quartiers populaires à Tripoli.
"Un véritable génocide à ciel ouvert est entrain de se dérouler en Libye, sous le silence complice des Etats-Unis et de l’Europe", peut-on entendre sur les ondes de la télévision Alhurra.
Des témoins rapportent que des bombardiers tirent sur les manifestants et que des avions auraient lâché des bombes sur des les foules vers 14h cette après-midi. Les morts se comptent par centaines à Tripoli.
Selon l’ambassadeur libyen au Bangladesh qui a démissionné, des avions continuent à bombarder, en début de soirée, à Tripoli.
– Certains pilotes de l’armée de l’air refusent tirer sur les manifestants.

Retraites : les enjeux de la bataille

Quelles sont les mesures à imposer et les perspectives à porter pour sauver les retraites ? Par Jacques Nikonoff, porte-parole du mouvement politique d’Éducation populaire (MPEP) et ancien président d’attac.

1. Préserver le droit de bien vivre ­pendant sa retraite. Nous vivons plus longtemps, il faut donc consacrer aux retraites une part plus importante de la richesse nationale  : 5 % du PIB en 1970  ; 12 % en 2010 ; 20 % en 2050.

2. Déjouer l’opération de Sarkozy, qui veut une revanche sociale. Le PS et certains syndicats n’étant pas clairs sur les retraites, Sarkozy pense pouvoir diviser la gauche et infliger un échec au mouvement social, afin de se remettre dans la course pour 2012.

3. Interdire aux banquiers, assureurs et financiers de faire main basse sur nos retraites. Ils enragent car ils ne parviennent pas à ­placer les cotisations retraite sur les marchés financiers pour spéculer. Continuer la lecture de « Retraites : les enjeux de la bataille »