Lampedusa : le PCF dénonce des politiques sécuritaires et égoïstes

2011-05-08lampedusaCombien faudra-t-il de morts pour que les gouvernements européens et l'Union européenne s'aperçoivent que « l'Europe forteresse » est une impasse ?
Combien faudra-t-il de morts pour qu'ils s'aperçoivent que les murs, les barrières, pour empêcher l'immigration sont à la fois inhumains, coûteux et inefficaces ?
Combien de morts encore faudra-t-il encore pour que l'on prenne conscience que l'avenir est à la coopération, et non à la concurrence ?
Combien de morts encore pour que cesse la cynique hypocrisie des gouvernements européens qui versent des larmes de crocodiles sur les victimes des guerres mais leur refusent tout asile ?
Les peuples européens, eux, ne sont pas égoïstes. Les habitants de Lampedusa l'ont encore une fois prouvé en portant assistance aux naufragés et s'occupant des corps sans vie rejetés par la mer.
Mais la crise est prétexte à d'immenses reculs sociaux et démocratiques qui menacent la solidarité. La paix, la justice, la solidarité censés être aux fondements de l'Union européenne ne sont plus que des oripeaux qui cachent à peine la cruauté du marché et de la concurrence.
Le PCF et ses partenaires du Front de gauche ont dénoncé et dénonceront toujours des politiques sécuritaires égoïstes inhumaines.
Il faut répondre « humanité » à ceux qui risquent leur vie pour fuir la misère et la guerre. Il faut répondre « solidarité et coopération » avec les peuples du monde. La concurrence et le libre-échange portent des logiques criminelles parce qu'elles divisent et mettent en compétition les peuples. Il faut répondre « paix » pour que l'Union européenne et l'ONU usent de tout leur poids diplomatique pour mettre fin aux conflits ; et ne pas se contenter d'une politique de la canonnière, a fortiori quand elle est à géométrie variable.

Le billet du jour : Ne soyons pas des spectateurs, soyons des acteurs, changeons ce scénario qui n’obtiendra jamais un césar à Cannes.

MOI_pLa France en récession !
Les politiques menées depuis des années nous ont amenés à la récession, c’est chiffré, prouvé et commenté.
Mais on ne change pas de cap, on continue sur la même voie, celle du désastre économique, celle où les peuples deviennent de plus en plus pauvres, celle qui creuse les différences, celle qui continue à faire des cadeaux aux riches et au patronat.
Les pays européens sont dirigés par les technocrates, au point où aujourd’hui on se demande pourquoi faire voter les peuples puisque leurs choix ne sont pas respectés ?
C’est l’Europe qui dirige les pays, c’est l’Europe qui dicte ses lois, c’est l’Europe qui choisit ce qui pour elle est bien ou mal pour les peuples.
Nous sommes en France, dans une République démocratique, la voix des urnes existe, le peuple a son mot à dire. Pourtant, les luttes de la classe ouvrière, ces luttes qui ont tant fait obtenir aux salariés, congés payés, sécurité sociale, allocations familiales, 35 heures, retraite à 60 ans, etc., etc. Tous ces acquis s‘effilochent lentement mais sûrement.
Depuis des lustres on nous tara busque sur le déficit de la sécurité sociale, pour y remédier ils ont installé un forfait journalier quand un séjour à l’hôpital s’impose. Plusieurs centaines de médicaments ne sont plus remboursés ou mal remboursés. On nous vend du générique (sans savoir si cela soigne réellement). On ferme des services hospitaliers pour des raisons de non-rentabilité, et d’année en année, ce déficit qui devait être avec ces mesures enrayé, ne cesse d’augmenter.
On se fout de nous ! On se moque de nous ! On nous traite comme si nous étions un troupeau de moutons !
Concernant la dette, même scénario, on augmente les taxes, les impôts, on fait des cadeaux à celles et à ceux qui n’ont n’en pas besoin, des cadeaux au patronat, et la dette ne cesse d’augmenter.
Mais, on continue sur la même voie, celle qui depuis des lustres n’a rien prouvé, celle qui depuis des lustres appauvrit les peuples, celle qui depuis des lustres ravage les petits.
Peuple de France, peuples d’Europe, ça suffit ! Il est grand temps de prendre nos responsabilités, de réagir et d’agir face à toutes ces mesures politiques qui nous plongent dans la misère. Peuple de France, peuples d’Europe, si nous ne faisons rien, demain sous les ponts nous n’irons pas regarder les fleuves passer, mais y habiter.
On a cette impression que plus le mal s’installe, plus les gens deviennent, aveugles de ce qui se déroule, c’est la fatalité qu’ils disent, on ne peut rien changer puisque de toute façon que ce soit la droite ou la gauche qui gouverne, c’est la même chose.
Auriez-vous remarqué un soupçon de gauche dans la politique menée par ce Hollande qui se dit PS et de gauche ? Auriez-vous déjà oublié l’après 1983 ?
Non ! Ce n’est pas une politique de gauche qui est menée, c’est la continuité de cette politique de droite qui a plongé notre cher pays dans un chaos inimaginable. C’est une politique sociale libérale, une politique de l’argent roi, une politique où l’humain n’est devenu qu’une marchandise que l’on jette parce qu’il n’est plus assez rentable, c’est ce qu’ils disent, mais ce n’est pas le cas.
Ils ont tous les moyens nécessaires pour nous le faire croire. Télévision, journaux, tous les jours qui passent on nous fait la morale, « on ne peut plus continuer comme cela » qu’ils disent.
Exact ! Nous répondons exact ! On ne peut plus continuer à enfoncer les peuples comme il est fait aujourd’hui ! Il faut penser humain, car quand les humains ont du travail, un toit, à manger, ils consomment, et quand ils consomment, ils créent de la richesse et quand la richesse économique revit, la dette diminue. C’est simple comme dire bonjour !
Peuple de France, peuples d’Europe, réagissons, agissons, ils n’ont pas raison ! Des exemples existent, des exemples qui prouvent le contraire de ce qui se passe, pourquoi ne pas s’en inspirer ?
Qu’est-ce que nous avons encore perdre ? Rien ! Nous avons tout à gagner alors Yala, en avant, réagissons et agissons pour l’avenir de nos enfants et de nos petits enfants !
Ne soyons pas des spectateurs, soyons des acteurs, changeons ce scénario qui n’obtiendra jamais un césar à Cannes.
C’est possible, ENSEMBLE tout est possible !
Ne rien faire nous rend complice de ce désastre économique et humain que nous vivons.
Nous n’en avons pas le droit !

Contrats d’avenir : « Pas une réponse pérenne pour l’emploi durable des jeunes »

Le chômage et la pauvreté ne cessent de progresser chez les jeunes qui subissent la crise de plein fouet. Les contrats d'avenir proposés par le gouvernement peuvent être une première réponse d'urgence sociale mais ils ne peuvent en aucun cas être considérés comme une réponse pérenne pour l'emploi durable des jeunes.
Pour que ces contrats soient utiles aux 150 000 jeunes concernés, ils doivent inclure une formation qualifiante et un réel accompagnement (tutorat) et suivi par les missions locales, auxquelles nous devons donner les moyens de fonctionner. Les acteurs concernés, organisations de jeunesse, syndicats, élus, missions locales, doivent avoir un rôle de contrôle du dispositif. Il est impensable de remplacer des emplois existants sous statut par des emplois précaires, ni de fournir une main d'œuvre quasi gratuite aux entreprises privées, comme le veut la patronne du Medef.
Si François Hollande s'est engagé à améliorer la vie des jeunes, il doit maintenant passer aux actes ! Le PCF appelle le gouvernement à prendre en compte les propositions des organisations de jeunesse. La loi-cadre, déposée par les députés du Front de gauche et qui permet aux jeunes de prendre en main leur avenir, doit être débattue et adoptée dés cette rentrée au parlement.
Le PCF et ses partenaires du Front de gauche sont déterminés a engager les batailles aux côtés des jeunes pour leur autonomie et la sortie de la précarité.

Urgent, à diffuser, en parler, c’est le moment ou jamais

C'est le moment ou jamais ! Il faut diffuser cette vidéo et parler autour de soit de ce qui se passe en Islande. Ce qui se passe est historique et j'espère que la contagion gagnera le reste du monde soit-disant libre. Cette vidéo est la preuve que nous povons changer les choses et je remercie Peter de "The Plot 911" de l'avoir mise en ligne. C'est par soucis de maximisation de sa diffusion que je me permet de la mettre à nouveau en ligne. N'hésitez pas à faire comme moi en changeant le titre pour que cette vidéo se propage comme un virus, vous participerez ainsi à la libération !

Enseignement : STOP A LA CASSE DU SITE D’ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL HENRI WALLON DE VILLERUPT

SNETAA – SPIEN
PÉTITION
PRÉSERVONS L’AVENIR
STOP A LA CASSE DU SITE D’ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL HENRI WALLON DE VILLERUPT
Depuis sa fusion en juin 2009 avec le lycée Alfred Mézières de Longwy, la situation
du site HENRI WALLON ne cesse de se dégrader :
► transfert des formations qui étaient dispensées à Villerupt vers le site de Longwy
► suppression pure et simple de la filière Maintenance
et ce, en violation des promesses écrites de l’administration lors de la fusion des deux lycées en 2009.
Ainsi vidé peu à peu de sa substance, le site de Villerupt ne pourra bientôt plus offrir aux élèves qu’une seule filière et c’est son existence même qui sera menacée.
Lorsque l’on sait que les importants projets concernant le secteur de Villerupt : OIN (Opération d’Intérêt National), Ecocité, GECT…, en liaison avec l’expansion considérable du site de BELVAL laissent prévoir plusieurs milliers d’habitants supplémentaires dans la CCPHVA, il serait inconcevable de ne pouvoir offrir sur place à cette population des formations professionnelles qualifiantes, répondant aux besoins des entreprises du secteur transfrontalier et donc porteuses d’emploi.
ENSEMBLE, EXIGEONS LA PÉRENNITÉ DU SITE HENRI WALLON PAR:
► UNE RÉPARTITION ÉQUITABLE DES FORMATIONS SUR LES SITES DE VILLERUPT ET DE LONGWY
► LE MAINTIEN DE LA FILIÈRE MAINTENANCE SUR LE SITE DE VILLERUPT
AFIN DE PERMETTRE A NOS ENFANTS D'ÉTUDIER DANS DES CONDITIONS SATISFAISANTES ET DE PRÉSERVER L’AVENIR !!!

Aller sur la page "A SIGNER" ou cliquez sur le lien ci-dessous et laissez votre signature pour la défense du Lycée Henri WALLON de Villerupt

http://reagiragir.fr/petition/

L’éducation est notre avenir : journée nationale d’action du 19 mars 2011

L’éducation n’est plus une ambition pour ce gouvernement. Il aura supprimé 50 000 postes dans le service public d’éducation en cinq années mettant en difficulté écoles et établissements, dégradant de façon systématique les conditions d’accueil, de formation et de qualification des élèves, détériorant les conditions de travail de l’ensemble des personnels. La Révision générale des politiques publiques (RGPP) aura déstabilisé les personnels et affaibli les capacités de nombreux services comme celui de la Jeunesse et des Sports. Les universités sont confrontées à des difficultés budgétaires et des promesses non tenues.
Le service public d’éducation, cible de la chasse budgétaire, est tiré vers le bas.
À la rentrée 2011, ce seront 16 000 postes supplémentaires qui seront supprimés malgré l’augmentation des effectifs d’élèves. Les conséquences auront des effets immédiats sur la taille des classes dans les écoles, les collèges et les lycées, la scolarisation des enfants de deux et trois ans, les élèves en difficulté, le fonctionnement des services et l’offre d’enseignement…
François MOREL - Député de droiteLe gouvernement fait le choix de la régression. Il a fait aussi ce choix en supprimant la formation initiale des enseignants entraînant ainsi démissions et effondrement du recrutement. Dans le même temps, la majorité parlementaire a décidé de favoriser l’enseignement privé au détriment du service public.
Le gouvernement ne prépare pas l’avenir. Ses choix dessinent une École où les inégalités seront renforcées, une École plus dure pour les moins favorisés, une École où la concurrence entre établissements, par l’abandon de la sectorisation, sera la règle. Les enquêtes internationales, comme PISA, confirment que les inégalités se creusent. Le gouvernement ne répond qu’avec des effets d’annonce.
La mobilisation citoyenne doit permettre d’inverser ces choix. Les organisations, rassemblées dans le Collectif "L’École est notre avenir", appellent tous ceux et toutes celles qui soutiennent le service public d’éducation et son engagement permanent pour la réussite des jeunes, sans distinction de fortune et d’origine, à une journée nationale d’action déclinée dans chaque académie le samedi 19 mars.

La liste des manifestations du samedi 19 mars 2011 est ici

L’UNEF s’adresse aux étudiants : contre la réforme des retraites et pour notre avenir : MOBILISONS-NOUS !

Le 23 septembre, les jeunes se sont saisis de l’enjeu des retraites en manifestant nombreux aux côtés des salariés. Malgré l’incontestable réussite des journées de mobilisation du 7 et du 23 septembre, le gouvernement continue d’afficher sa fermeté et refuse de répondre à la mobilisation. Par son attitude, il porte l’entière responsabilité de la poursuite de la mobilisation. Alors que s’ouvre le débat sur les retraites au Sénat, l’UNEF lance une campagne nationale afin d’amplifier la mobilisation des étudiants et d’exprimer les inquiétudes et aspiration des jeunes dans ce débat de société majeur.
Etudiant à 20 ans, chômeur à 25… et toujours précaire à 67 ans ? Non merci !
Le gouvernement pariait sur la résignation des jeunes pour pousser au fatalisme et imposer ses choix en matière de retraite : ce pari est d’ores et déjà perdu. 74% des 18-24 ans se déclarent désormais opposés au recul de l’âge légal de départ en retraite. Les « générations futures » refusent de servir d’alibi à cette régression sociale majeure, et ils ont bien compris que cette réforme sacrifie leur avenir en les enfermant dans la précarité et la peur du lendemain.
Une réforme qui pénalise les jeunes aujourd’hui…
Alors que les jeunes galèrent déjà sur le marché du travail avec l’enchainement des périodes de stages, d’intérim et les CDD, le report à 62 ans de l’âge légal de départ en retraite va accentuer le chômage des jeunes. En tentant de maintenir au travail deux ans de plus les salariés déjà en place, c’est près d’un million d’emplois qui ne seront pas libérés. Une solution existe pour assurer le financement des retraites : mettre au travail les 25% de jeunes aujourd’hui au chômage !
… et qui les enferme dans la précarité demain !

Continuer la lecture de « L’UNEF s’adresse aux étudiants : contre la réforme des retraites et pour notre avenir : MOBILISONS-NOUS ! »