audite


Jean-Luc Bennahmias. La politique migratoire auditée ?

Plusieurs parlementaires ont lancé hier un audit sur l’impact de la politique d’expulsions du gouvernement. Les explications de Jean-Luc Bennahmias, député européen.
Plusieurs parlementaires, de gauche comme de droite, soutenus par les chercheurs de Cette France-là, collectif qui sort demain sa deuxième publication (1), demandent des comptes à Nicolas Sarkozy sur sa politique d’immigration.

Pourquoi réclamer cet audit ?
Jean-Luc Bennahmias. La politique actuelle est inopérante et inhumaine. Par certains aspects, elle pourrait passer devant la Cour européenne des droits de l’homme. Par exemple, dans son projet de loi, Éric Besson définit comme centres de rétention les lieux d’arrivée d’immigrés clandestins. Je doute que les plages aient les qualités requises au niveau de l’accueil et de l’hygiène.
Des députés de droite comme Étienne Pinte s’associent à ce mouvement. Y a-t-il une large contestation de la politique d’immigration actuelle ?
Jean-Luc Bennahmias. Malheureusement, il n’y a pas beaucoup de surprises. Ce sont toujours les mêmes. J’aimerais bien que des personnalités de la droite républicaine se mouillent plus.
Le Conseil des ministres vient d’adopter un projet de loi qui durcit la politique actuelle. Comment analysez-vous cette escalade dans la répression ?
Jean-Luc Bennahmias. La logique d’interdire l’immigration clandestine est d’une naïveté et d’une hypocrisie totales. Aucun pays riche ne pourra jamais arrêter l’immigration. Quand les gens sont prêts à mourir sur des bateaux pour traverser la Méditerranée, je ne vois pas comment des lois les empêcheraient de passer. Le droit de circulation des personnes sur la planète doit être total. Reste à gérer le droit de résidence. Pour le limiter, la solution est d’aider les pays en voie de développement à subvenir à leurs besoins. Or, les pays occidentaux baissent toutes les aides au développement.

(1) Cette France-là, volume 2, 432 p., 18 euros.

Les élus participants (suite…)