attentat


Palestine : Escalade de violence entre Israël et Gaza (Et là ? On n’oublie d’y aller ?)

Des missiles Grad à longue portée tirés de Gaza ont atteint ce jeudi le port israélien d'Ashdod et une zone située plus au nord, marquant une escalade sur ce front réactivé depuis quelques jours après un calme relatif de plus de deux ans.
Selon la police israélienne, certains de ces tirs, qui n'ont pas fait de victimes, ont atteint la zone de Yaveneh, à 45 km de la frontière gazaouie et à seulement 20 km de la ville de Tel Aviv. La dernière fois que cette zone avait été visée remonte à l'offensive de Tsahal contre le Hamas à Gaza, en décembre 2008 et janvier 2009.
Dans la matinée, l'aviation israélienne avait frappé des cibles militaires dans la bande de Gaza, là non plus sans faire de victimes, au lendemain d'un attentat qui a tué une touriste britannique et fait une trentaine de blessés dans le quartier juif de Jérusalem – le premier depuis sept ans. Mercredi, une douzaine de roquettes et d'obus de mortier ont été tirés en territoire israélien par des activistes palestiniens. Mardi, neuf Palestiniens, dont trois enfants et cinq activistes du Djihad islamique, ont été tués par des tirs israéliens.

(suite…)


Karachi : Sarkozy dans le bain

Un rapport policier luxembourgeois étaie les soupçons de rétrocommissions vers la France via une société off-shore créée avec l'aval, en 1994, du ministre du budget Nicolas Sarkozy, et évoque, sans en apporter la preuve, un financement occulte de la campagne d'Edouard Balladur.
Ce rapport rédigé en janvier et révélé mercredi par le site d'information Médiapart a été réalisé à la demande de juges financiers parisiens qui enquêtent sur un espionnage informatique présumé à la Direction des constructions navales (DCN). Dans le cadre de cette enquête, les juges Françoise Desset et Jean-Christophe Hullin se sont penchés sur une société luxembourgeoise, baptisée Heine et créée en 1994 par la branche internationale de DCN avec l'aval de M. Sarkozy, à l'époque ministre du budget d'Edouard Balladur.
"DES RÉFÉRENCES FONT CROIRE À UNE FORME DE RÉTROCOMMISSION"
C'est par cette société off-shore que transitaient une partie des commissions, légales jusqu'en 2000, sur les contrats d'armement, dont la vente de sous-marins Agosta au Pakistan en 1994, susceptible d'avoir servi de mobile à l'attentat de Karachi en 2002. Selon les policiers du Grand-Duché, "une partie des fonds qui sont passés par le Luxembourg reviennent en France pour le financement de campagnes politiques françaises".
"En 1995, des références font croire à une forme de rétrocommission [illégale] pour payer des campagnes politiques en France", poursuivent les policiers luxembourgeois. "Nous soulignons qu'Edouard Balladur était candidat à l'élection présidentielle en 1995 face à Jacques Chirac et était soutenu par une partie du RPR, dont Nicolas Sarkozy et Charles Pasqua", ajoutent les policiers.
"NICOLAS SARKOZY EST AU CŒUR DE LA CORRUPTION"
Des sources proches du dossier interrogées par l'AFP ont confirmé la teneur du rapport et les indices relatifs aux rétrocommissions mais s'interrogeaient sur les éléments ayant conduit les enquêteurs luxembourgeois à conclure à un financement politique. Le chef de l'Etat avait qualifié, en juin 2009, de "fable" la thèse d'un financement occulte de M. Balladur. L'ancien premier ministre a lui aussi fermement démenti tout financement illégal de sa campagne présidentielle de 1995.
Pour l'avocat de six familles de victimes de l'attentat de Karachi, Me Olivier Morice, "ce rapport montre que Nicolas Sarkozy est au cœur de la corruption et qu'il a menti aux familles". "Nous ne sommes pas en présence d'une fable mais d'un mensonge d'Etat", a estimé l'avocat, ajoutant que "les familles sont indignées et demandent [la] démission" de M. Sarkozy.