Le billet du jour : L’assemblée citoyenne c’est vouloir participer, être un acteur dans sa ville.

28 Juin 2013 Assemblée Citoyenne à Villerupt_17Une assemblée citoyenne pour quoi faire ?
Réunir, informer les gens, écouter et entendre ceux-ci, débattre, échanger ce sont les buts que ce sont donnés les communistes de Villerupt avec le Front de gauche pour les élections municipales de 2014.
Élections municipales qui seront un enjeu dans le contexte politique d’aujourd’hui !
Nous le disons et nous le souhaitons vivement que la place au peuple soit donnée, que celui-ci participe au choix des grands projets qui vont être proposés. Les Villeruptiennes et les Villeruptiens ont ce droit
28 Juin 2013 Assemblée Citoyenne à Villerupt_07fondamental de dire ce qui va et ce qui ne va pas.
Le 28 juin 2013, la section PCF de Villerupt membre du comité local Front de gauche de Longwy-Longuyon-Villerupt a organisé une de ces assemblées sur le thème des énergies et en priorité l’eau.
Pourquoi l’eau ? En janvier 2014, le contrat qui lie la Lyonnaise des eaux avec la ville prendra fin, il faut que l’équipe en place prenne une décision, soit de renouveler ce contrat, soit de passer en régie municipale.
Le choix n’est pas simple, mais dans le même temps, et on le voit ici et là, qu'elles soient de gauche ou de droite, de nombreuses communes reviennent dans le giron du public en revenant à une régie municipale ou intercommunale.
Quelle est la différence de ces deux façons de gérer la distribution de l’eau ?

28 Juin 2013 Assemblée Citoyenne à Villerupt_08D’abord, soulignons que l’eau n’est pas une marchandise, qu’elle est un besoin vital pour les humains que nous sommes. Elle devrait être gratuite !
Néanmoins, il nous faut être objectifs, elle a un coût puisqu’il faut la rendre propre et potable. Il faut également entretenir les réseaux.
Les sociétés privées que sont Veolia, Suez-la Lyonnaise et la Saur si ce sont des professionnels de la chose, il n’en reste pas moins qu’elles se doivent non seulement d’équilibrer leur budget, mais en plus de faire des bénéfices (c’est la loi du marché) qui seront distribués aux actionnaires. Qui dit bénéfices, dit prix plus chers que celui qui n’a comme obligation que d’équilibrer son budget, c’est le cas d’une régie municipale. Et surtout que l’on ne me dise pas le contraire, ça coule de source (c’est le cas de le dire).

28 Juin 2013 Assemblée Citoyenne à Villerupt_22Pour les militants communistes et Front de gauche que nous sommes, il y a urgence à sortir l’eau des griffes des marchés. Car les biens et les droits essentiels à la vie, ne peuvent être marchandises. L’eau doit devenir l’objet d’une bataille plus intense pour sa réappropriation publique et citoyenne, mais aussi devenir un droit universel, fondamental et inaliénable.
Au niveau national, les Sénateurs et les Députés Front de gauche argumentent pour la création
28 Juin 2013 Assemblée Citoyenne à Villerupt_32d’une grande agence nationale publique de l’eau et de l’assainissement. Et au niveau local, nos élus, celles et ceux qui se prétendent communistes et Front de gauche n’auraient-ils pas ces mêmes convictions ?
Certes, je veux bien que l’on me dise que notre population est trop faible pour qu’une régie soit rentable, mais ne sommes-nous pas engagées dans une intercommunalité (plus de 20.000 habitants) ?
Et puis lors de cette assemblée du
28 Juin 2013 Assemblée Citoyenne à Villerupt_3328 juin, un exemple de proximité a été donné, celui de la ville de Saulnes, 2.400 habitants, Villerupt en compte plus de 9.000. Prix du m3 à Saulnes 3,674 € et à Villerupt 4,15 €, cherchez l’erreur ?
Il ne s’agit pas à partir de ces arguments à faire pour faire, mais simplement se donner le temps de réfléchir, de bien réfléchir sur le devenir de la distribution de l’eau dans notre ville.
Des exemples existent et pas si
28 Juin 2013 Assemblée Citoyenne à Villerupt_19loin de chez nous, pourquoi pas à Villerupt ?
Dans tous les cas, une majorité des présents (plus de 30 personnes y participaient) étaient pour sauvegarder les services publics voir même pour le gaz et l’électricité et le logement de créer dans ces domaines aussi une grande agence nationale publique.
En effet, l’eau, l’électricité, le gaz et le logement sont incontournables pour vivre décemment !
Dernière chose, ce n’est pas être un opposant ou encore être contre que de vouloir dialoguer, réfléchir, entendre, écouter et construire ENSEMBLE. C’est vouloir participer, être un acteur dans sa ville.
Ça s’appelle donner et faire la place au peuple, référence que les communistes et le Front de gauche ne cessent de réclamer.

Ce soir, toutes et tous, Foyer Bouillon à Cantebonne… Assemblée Citoyenne sur l’enjeu des municipales !

Place au Peuple !
C'est quoi une Assemblée Citoyenne du Front de Gauche ?
« Les Assemblées Citoyennes sont des lieux de débats et de prises d’initiatives citoyennes.
Elles ne sont limités ni dans le temps, ni dans un lieu, ni même par une appartenance politique.
Elles sont un espace ouvert, de rencontre et de discussion où chacun et chacune doit trouver sa place.
Vous y ferez part de vos attentes, de vos envies, de vos analyses sur la situation politique nationale et locale.
La finalité des Assemblées Citoyennes ne se trouve pas uniquement dans le constat.
Des actions pourront être décidées en soutien aux luttes et résistances locales soulevées et débattues par les participants de l’Assemblée.
C’est ici et là, dans vos lieux de vie, de travail, mais aussi dans le café au coin d’une rue que peuvent surgir ces Assemblées.
Les Assemblées Citoyennes fonctionneront dès lors que l’implication populaire y sera grande.
Alors n’attendez pas ! Investissez, créez, organisez, pensez les Assemblées Citoyennes. »
C'est l'occasion de vous faire ENTENDRE !

RL du 27 Juin 2013 Assemblée Citoyenne

Tract Assemblée citoyenne du 28 juin 2013_Page_1Tract Assemblée citoyenne du 28 juin 2013_Page_2

 

Assemblée Citoyenne : Organisée par la section PCF de Villerupt. VENDREDI 28 JUIN 2013 à 20 H – Salle Robert BOUILLON – Foyer Municipal de Cantebonne

Place au Peuple !
C'est quoi une Assemblée Citoyenne du Front de Gauche ?
« Les Assemblées Citoyennes sont des lieux de débats et de prises d’initiatives citoyennes.
Elles ne sont limités ni dans le temps, ni dans un lieu, ni même par une appartenance politique.
Elles sont un espace ouvert, de rencontre et de discussion où chacun et chacune doit trouver sa place.
Vous y ferez part de vos attentes, de vos envies, de vos analyses sur la situation politique nationale et locale.
La finalité des Assemblées Citoyennes ne se trouve pas unique-ment dans le constat.
Des actions pourront être décidées en soutien aux luttes et résistances locales soulevées et débattues par les participants de l’Assemblée.
C’est ici et là, dans vos lieux de vie, de travail, mais aussi dans le café au coin d’une rue que peuvent surgir ces Assemblées.
Les Assemblées Citoyennes fonctionneront dès lors que l’implication populaire y sera grande.
Alors n’attendez pas ! Investissez, créez, organisez, pensez les Assemblées Citoyennes. »
C'est l'occasion de vous faire ENTENDRE !

Tract Assemblée citoyenne du 28 juin 2013_Page_1Tract Assemblée citoyenne du 28 juin 2013_Page_2

« Tu sais déjà pour qui tu vas voter ? »

« Journalistes sympas à vélo, qui posent des questions politiques mais pas que, recherchent un canapé ce soir à Longwy. Bonne bouffe acceptée. » Ou comment j’ai ouvert ma porte à un road movie présidentiel diffusé sur le net.
Olivia, on a trouvé le chat ! » Il est 1h du matin, dans la nuit de mardi à mercredi. Dans mon salon, deux journalistes ont pris possession du clic-clac et n’ont visiblement par l’intention de le partager avec une boule de poils animale. Arrivés à Longwy en début de soirée, Alexis Monchovet et Raphaël Krafft ont bien cru que l’hospitalité longovicienne se résumerait pour eux à un coin d’herbe où planter leur tente. C’est que les deux journalistes réalisent un tour de France à vélo pour faire parler les Français des élections du 22 avril et 6 mai. La campagne à vélo, leur documentaire consultable sur le web, se construit au gré des rencontres et des offres de gîte et de couvert. Débarquant de Pétange, après Garges-lès-Gonesse, Saint-Dizier, Bure Bitche et Florange, les cycloreporters ont l’art de formuler leur requête sur Facebook : « Journalistes sympas, signe particulier : à vélo. Passion : poser des questions politiques mais pas que. Rech. : un lit, une grange, un bout de canapé pour ce soir près de Longwy (Meurthe-et-Moselle). Bonne bouffe acceptée. »

Du Front de gauche à chez moi
Un gobelet de soupe bio au potiron (Merci Oscar SCROCCARO), voilà de quoi les caler pour une partie de la réunion publique du Front de gauche, à Longlaville, consacrée à l’hôpital de Mont-Saint-Martin où je suis venue écouter l’opinion de la population sur la crise Alpha Santé. « Il n’y a pas de jeunes… », constatent-ils avant de prendre le chemin de la maison. En attendant les malfadines au pesto et à l’ail des ours, c’est l’heure de la rubrique par téléphone sur France Bleu, en direct de mon sofa.
La technologie au service de l’humain
En tout, ils vont parcourir 3 500 km. Débuté le 6 février, leur tour s’arrêtera le 6 mai. « Soit 90 jours, 50 kg de bagages, 5 caméras, 2 journalistes. » Le duo s’est connu en Libye, en couvrant les conflits. Journalistes chevronnés et reconnus, ils sont complémentaires, tant en compétences qu’en caractère. Avec un petit air d’Aglaé et Sidonie dans leur discussion. Et la même tendresse lorsqu’ils évoquent les personnes rencontrées au cours de leur pérégrination. Un portable sonne : les hôtes de leur dernière étape, au Luxembourg, veulent savoir s’ils ont trouvé un point de chute à Longwy.

Vélos équipés de caméras embarquées et d’un géotraceur, téléphones ultra-modernes, caméra… Les moyens techniques sont là pour transmettre au maximum, et en temps réel, leur périple sur les réseaux sociaux. Mais Facebook, Twitter, France TV info, Rue 89 n’enlèvent rien à l’aspect humain. Les deux hommes ont le terrain chevillé au corps. Tout comme l’indépendance. L’un est journaliste freelance, l’autre travaille en auto-production. Alors prendre les chemins de traverses, ils ont l’habitude. « On roule quand même parfois sur des quatre voies », plaisantent-ils.
« La République n’est pas aimable : leurs problèmes à eux (aux gens, NDRL), c’est hors champs » ; « Je me demande ce que vous allez rencontrer… La campagne ça nous passe par dessus la tête, comme les supersonics », confessent les religieuses de Garges-lès-Gonesse, quand Jacky de Saint-Dizier lâche, écœuré : « Jusqu’à maintenant, y’a pas beaucoup de présidents qui ont tenu leurs promesses. Les ministres et tout ça… » Même Marcel, le paysan « écolo » de Bure, y va de son constat sur Eva Joly : « Ben, j’la connais pas ! » L’ambiance est plus grave au camp militaire de Bitche, où des soldats s’apprêtent à partir en Afghanistan : « On meurt encore pour la France. » Mais l’humour n’est jamais loin, comme lors de la rencontre, à Florange, avec François Hollande. « La permanence sera ouverte. Début avril, oui, je serai là », finit par lâcher le candidat à Alexis qui signalait leur prochain passage à Tulle.

Page : facebook.col/lacampagneavelo

Républicain Lorrain du Jeudi 1er Mars 2012 – O. F.

Christian Picquet pour un nouveau Front populaire ( Assemblée Citoyenne du 20 Novembre 2011 à Thil).

Le cofondateur du Front de gauche et porte-parole national de la Gauche unitaire, Christian Picquet, a présidé une assemblée citoyenne hier à Thil. L’objectif était d’échanger et de faire évoluer le programme pour les élections.

Les membres et sympathisants du Front de Gauche (FG) et du Parti communiste français (PCF) du Pays-Haut étaient en assemblée citoyenne hier, et ce jusqu’en fin de journée.
11 h 15. Quelques minutes avant l’arrivée de l’invité Christian Picquet, porte-parole national de la Gauche unitaire, cofondateur du Front de Gauche également très actif dans la campagne de Jean-Luc Mélenchon, il y avait de l’agitation dans l’air dans et autour de la salle Jacques-Duclos de Thil. «  En résumé, c’est un repas au cours duquel les gens vont débattre. Il s’agit d’écouter ce que tout le monde a à dire sur le programme du Front de gauche, car celui-ci est amené à évoluer. Il n’est pas figé. Et puis on veut que le peuple s’exprime. Christian Picquet va présider cette journée. C’est un orateur hors normes », explique Philippe Marx, candidat PCF-FG aux législatives. À peine le temps de parler avec Brigitte Blang, membre du bureau national du Parti de gauche, et l’assemblée a débuté avec l’entrée de l’invité. Celui-ci a répondu à quelques questions avant d’échanger avec la centaine de participants présents.
Pourquoi venir à Thil ?
« Le Front de gauche est en campagne et a pour particularité de vouloir l’implication des citoyens dans la grande bataille politique, qu’ils aillent plus loin que mettre un bulletin dans l’urne. On a lancé une démarche de rencontres, et ici, mes amis, mes camarades ont débuté le processus. La semaine prochaine je serai dans le Morbihan. »
Que signifie "grande bataille politique" ?
« Il faut que la gauche soit à la hauteur. On a une crise du système, avec cette spéculation financière qui mène l’Humanité et l’Europe à la catastrophe. On ne pourra pas se contenter de demi-mesures. On veut tout simplement mettre au pas les marchés financiers, que la banque centrale européenne soit sous contrôle public, dire "Sarkozy dégage" comme les peuples l’ont dit aux dirigeants arabes, redéfinir un traité européen pour qu’il soit social, écologique etc. Et pour y arriver, il faut que les gens reprennent confiance en la politique. On veut rassembler. »
Vous parlez de rassemblement mais on s’y perd un peu avec tous ces partis…
« En face, c’est pareil. Mais on n’est pas dans la protestation par rapport aux autres. On ne souhaite pas rester dans une délimitation de nos idées, dans notre petit espace. On est à l’écoute. »
On parle de la dette ?
« Pourquoi connaît-on la dette publique ? Car les finances publiques ont essayé de sauver les banques d’une situation où leurs propres turpitudes les y ont entraînées, et car le dogme libéral n’a jamais cessé de faire des cadeaux aux privilégiés. Ensuite, parler d’austérité pour y remédier est totalement absurde, car cette dernière va avoir pour conséquence la chute de l’activité, la hausse du chômage etc. Cette crise est aussi terrible que celle des années 30. Et à cette époque, on a pensé au Front populaire pour faire face. La gauche doit s’engager pour un Front populaire du XXI e siècle. »
La gauche (Parti socialiste et écologistes) se penche ces temps-ci sur la question du nucléaire. Vous en êtes où par rapport à cette question ?
« On assume qu’il y ait débat. Certains sont pour la sortie progressive, d’autres pour une proportion plus limitée du nucléaire. On ne la tranche pas à la va-vite. On sait juste qu’on souhaite sortir des énergies carbonées. Et surtout que l’énergie nucléaire ne soit plus entre les mains du marché et du privé (avec ses conséquences : concurrence, profit, compétitivité), mais qu’on en fasse un grand pôle de service public. Dans tous les cas, on organisera un débat citoyen pour que le peuple s’exprime. C’est la méthode de la démocratie. On ne prendra pas comme Hollande et les Verts un accord sur un coin de table, en laissant ce qui nous sépare de côté. Il faut de la clarté à gauche. »

Républicain Lorrain du 21 Novembre 2011 – Sébastien Bonetti.

octobre 2018
L M M J V S D
« Juil    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Traduire

%d blogueurs aiment cette page :