arrestations


Arrestations, violences, assassinats : la réponse d’Israël à l’unité retrouvée des Palestiniens

israel_2La disparition, mystérieuse et non revendiquée de 3 jeunes colons dans une zone sous contrôle israélien est prétexte à un déferlement de violences dans les territoires occupés et à Gaza, alors même qu’aucune preuve n’est avancée de l’implication du Hamas.
L’opération militaire de grande envergure se traduit par des bombardements sur Gaza faisant de nombreux blessés dont des enfants, et de nombreux dégâts (maisons et écoles détruites, bouclage de la Cisjordanie avec des centaines d’arrestations, répression envers les civils avec saccages et destruction de biens et de locaux et assassinat de 6 personnes). Tout ceci s'apparente à une punition collective considérée par le droit international comme crime de guerre.
Pour l'heure, il n'y a encore eu aucune réaction de la communauté internationale: un silence complice qui s’ajoute à celui sur le sort des prisonniers en détention administrative en grève de la faim, ainsi qu'à la nomination scandaleuse et provocatrice d’Amohai vice-président de la Quatrième Commission de l’Assemblée générale des Nations unies chargée des questions politiques spéciales et de la décolonisation.
La France ne peut rester muette et passive devant de telles agressions criminelles de la part du pouvoir israélien. Les autorités françaises doivent condamner sans équivoque les actions de répression conduites sous la responsabilité du gouvernement Nétanyaou, et exiger qu'il y soit mis un terme.
La France doit également apporter son soutien à la demande de saisie du Conseil de Sécurité, formulée par les Palestiniens.
Le Parti communiste français renouvelle son soutien et sa solidarité au peuple palestinien, et prendra toute sa part pour exiger que soit mis un terme aux interventions militaires israéliennes.


Arrestation de Tunisiens : “révolution de la dignité contre coups de matraque”

Les 138 Tunisiens qui occupaient l'immeuble de l'avenue Simon Bolivar à Paris ont été évacués avec une violence inouïe par les forces de l'ordre cet après-midi. Comment ne pas être indigné de la manière dont sont traités les Tunisiens en France lorsque ces mêmes Tunisiens se sont soulevés contre le régime Ben Ali pour leur liberté et leur dignité. Le gouvernement français passe un cap dans sa violence et sa répression contre les migrants tunisiens. Alors que la Tunisie, en plein bouleversement, a tout mis en œuvre pour accueillir des Libyens qui fuyaient la dictature Kadhafi, le gouvernement français répond sans complexe par l'arrestation de plusieurs centaines de Tunisiens en France. En soutenant jusqu'au bout Ben Ali, la France s'est lamentablement abaissée dans ses rapports avec la Tunisie. Comme si cela ne suffisait pas, le gouvernement s'acharne à flatter les thèses xénophobes de l'extrême droite en créant un sentiment de peur chez les Français. J'affirme que le PCF fera tout pour contribuer à créer une perspective d'avenir aux travailleurs tunisiens. La solidarité est plus que jamais essentielle lorsque la liberté et la dignité des hommes est menacée. Pour nous, il devient urgent de faire place à une autre politique, une politique de gauche réellement solidaire. Nous exigeons du gouvernement qu'il accueille ces migrants tunisiens et qu'il leur apporte soutien pour la bataille qu'ils mènent.