Le débat sur le génocide arménien divise la classe politique

La Turquie a rappelé son ambassadeur en poste à Paris, jeudi 22 décembre, peu de temps après l’adoption par l’Assemblée nationale d’une proposition de loi sur la négation des génocides, dont celui des Arméniens en 1915.
La question divise aussi les politiques français… Certains affirment sans détour que cette initiative est purement électoraliste, et vise à capter le vote arménien.