Algérie : « Concertation d’ensemble urgente sur les causes de la crise Sahelo-malienne »

algerie2_0Le bilan de la prise d'otages au siège gazier d'In Amenas en Algérie, n'est toujours pas connu et la confrontation armée, suite à l'assaut de l'armée algérienne, ne semble pas terminée et aurait fait de nombreuses victimes.
Cette attaque d'un groupe djihadiste élargit et aggrave encore la crise sahélo-malienne, et accroît les inquiétudes quant à l'avenir de toute la région.
Le PCF souligne l'importance décisive, dans ces circonstances, d'une concertation de l'ensemble des pays européens et de l'Union européenne avec les pays du Sahel, les pays du Sud et de l'Est de la Méditerranée, l'ensemble des États de l'Union africaine pour entreprendre une transformation radicale des règles et des conditions de la coopération, des financements et des critères de l'aide au développement, pour construire une véritable sécurité et une paix durable pour les peuples de cette région. Le déroulement tragique et très préoccupant de cette crise doit contraindre l'ensemble des gouvernements concernés à l'urgence d'une réflexion collective sérieuse sur les causes afin que des réponses alternatives et fortes soient engagées pour l'avenir.

Mali : « L’ intervention militaire française comporte de grands risques de guerre »

mali2Le PCF partage l'inquiétude des maliens devant l'offensive armée des groupes djihadistes vers le sud de leur pays. Ces groupes islamistes radicaux, avec leurs pratiques violentes, ont montré le danger qu'ils représentent pour la dignité humaine, pour les libertés, la justice et la stabilité du Mali et de toute la région.
Le PCF exprime une nouvelle fois son inquiétude devant la nouvelle et grave situation créée par la reprise de la confrontation armée au Mali. L' intervention militaire française comporte de grands risques de guerre et d'enlisement sans véritable solution durable pour le peuple malien et pour la reconstruction du pays. Cette intervention,  suscite l'angoisse légitime des familles des otages car la vie de ceux-ci est sérieusement mise en danger. On sait d’ailleurs que Denis Allex, retenu en otage en Somalie, a été assassiné par ses "geôliers" suite à une opération de la DGSE dans la nuit de vendredi à samedi. Cela montre quels sont  les périls dramatiques et les limites de ces opérations militaires.
Le PCF rappelle que la réponse à la demande d'aide du Président du Mali aurait du s'inscrire dans le cadre d'une mission de l'ONU et de l'Union africaine, réalisée sous drapeau de l'ONU, par des forces maliennes et africaines, dans le strict respect de la Charte des Nations-Unies, dans les limites imposées par l'exigence de la souveraineté malienne. La France, ancienne puissance coloniale, ne peut apparaître comme voulant poursuivre les pratiques dominatrices de la "françafrique". Cette intervention militaire n'efface pas la nécessité de la recherche d'une solution politique et d'un dialogue avec les groupes de la rébellion non liés au terrorisme et respectueux de l'intégrité territoriale du Mali. C'est ce que demandent les résolutions de l'ONU.
Le PCF demande que les autorités françaises répondent aux lourdes questions posées par une intervention militaire déclenchée sur décision du Président de la République et engagée sans débat préalable au Parlement.

Thierry Meyssan à propos de la “prise” de Tripoli

Interview le 2 septembre 2011 de Thierry Meyssan, journaliste français, par la radio francophone Iranienne à propos de la situation en Libye et de la "prise" de Tripoli : l’implication des forces de l’Otan, de l’armée du Qatar, de cellules d’opposition. La stratégie de l’Otan aurait consisté en une utilisation de plus en plus brutale de la force armée, surtout à l’égard des populations civiles et dépassant largement le cadre fixé par la résolution de l’ONU…

Comment les forces de l’occupation israélienne essaient de terroriser un village palestinien

Par ISM-France
Dans la nuit du 13 juillet, quatre véhicules militaires sont entrés à Nabi Saleh. Les soldats ont tiré des grenades assourdissantes et des grenades lacrymogènes sur les maisons des Palestiniens endormis. Le 15 juillet, les habitants du village organisaient leur manifestation non armée hebdomadaire contre le vol de leur terre au bénéfice d'une colonie illégale voisine. Quatre manifestants ont été arrêtés, deux Palestiniens, un international et un israélien, qui ont tous deux été libérés peu après. Un des deux palestiniens a été libéré dans la nuit, l'autre est toujours en prison.

Voir les vidéos de Bilal Tamimi.

Le régime de Bachar al-Assad cache ses crimes dans les fosses communes à Derra (Syrie)

Une fosse commune aurait été découverte, dans le sud de la Syrie, lundi 16 mai à Deraa. L’armée syrienne avait passé plus de 10 jours dans cette ville, pour réprimer les manifestations, avant de se retirer le 5 mai dernier.
La répression des manifestations aurait fait plus de 700 morts selon les ONG présentes en Syrie.La répression des manifestations a fait, selon les organisations des droits de l’homme, au moins sept cents morts, dont plusieurs centaines à Deraa, et a entraîné des milliers d’arrestations à travers le pays, suscitant de vives critiques internationales.

Nakba: l’armée d’Israël tue au moins 20 manifestants

Les troupes israéliennes ont ouvert le feu sur des manifestants aux frontières avec la Bande de Gaza, le Liban et la Syrie sur le plateau occupé du Golan, dimanche, lors des rassemblements pour le 63e anniversaire de la "Nakba", la "catastrophe" représentée pour les Palestiniens par la création de l'Etat hébreu en 1948. Au moins 12 personnes ont été tuées.
Les incidents les plus meurtriers se sont produits sur le plateau syrien du Golan annexé par Israël. Des milliers de manifestants venus de Syrie se sont massés près de la frontière, selon l'armée israélienne. Au moins six personnes ont été tuées et plusieurs dizaines blessées. Selon des responsables israéliens, deux manifestants sont morts côté israélien et au moins quatre morts étaient signalés côté syrien.
Les manifestants seraient des Palestiniens vivant dans des camps de réfugiés en Syrie. L'un de ceux qui ont franchi la frontière, interrogé sur la chaîne israélienne Channel 2, a dit être un habitant du camp de réfugiés de Yarmouk. "Je suis un Palestinien de Nazareth", a-t-il ajouté.
La chaîne a diffusé des images, prises par un habitant du village de Majdal Shams, frontalier du Golan, de ce qu'elle a présenté comme une manifestation pro-palestinienne dans les rues du village.
Israël a occupé le Golan depuis de la guerre israélo-arabe de 1967. La Syrie réclame la restitution de ce territoire, Damas exigeant qu'elle figure dans tout accord de paix qui serait conclu avec Israël. Malgré l'hostilité entre les deux pays, la frontière est restée relativement calme depuis la guerre de 1973.

Palestine : une ONG israélienne dénonce les méthodes d’annexion de la Palestine

Yehuda Shaul, ancien officier de 28 ans a créé l’organisation non gouvernementale (ONG) Breaking the silence (briser le silence) en mars 2004.
Il vient de publier un livre « Occupation des territoires. Témoignages de soldats israéliens 2000- 2010 ». On trouve 180 témoignages rassemblés qui ont vocation à analyser la stratégie d’occupation et les méthodes opérationnelles de l’armée israélienne.
On peut lire :
-« Sur le terrain, c’est une politique offensive, les opérations militaires servant systématiquement à l’annexion de territoires, à la dépossession de la population, en répandant la peur ».
-« Derrière les justifications officielles se cache l’idée que tout palestinien, homme ou femme, est suspect et constitue une menace pour les forces de sécurité et les citoyens israéliens ».
-« Maltraiter les Palestiniens aux check-points, confisquer leurs biens, infliger des punitions collectives, modifier ou interdire des routes d’accès, changer de façon arbitraire les règlements, tout cela fait partie de la « prévention ».

Il explique que parler de la nécessité de « l’activité préventive terroriste » permet d’assimiler toute opération militaire sur la Palestine à une action préventive.
Il montre l’étroite collaboration entre l’armée et les colons israéliens. Pour cette ONG israélienne, le plan politique est clair, c’est celui d’une annexion croissante d’une partie des territoires palestiniens.
Les frappes aériennes sur Gaza ont reprises
Depuis vendredi dernier les frappes aériennes sur Gaza ont fait plus de 20 morts et 70 blessés.
Le prétexte, un missile tiré par une brigade du Hamas sur un bus scolaire israélien qui longeait le territoire palestinien.
Cela fait plus de 40 ans qu’Israël colonise la Palestine, qu’il pille, tue (1400 Palestiniens ont trouvé la mort dans l’opération sur Gaza fin 2008).
Qu’attend Sarkozy pour arrêter Israël au nom de la protection de la vie de la population Palestinienne ?

Côte d’Ivoire : retour sur quatre mois de crise

Depuis l'élection présidentielle du 31 octobre dernier jusqu'à l'arrestation de Laurent Gbagbo, retour sur quatre mois de crise en Côte d'Ivoire avec les reportages de nos envoyés spéciaux, les analyses, les entretiens parus dans l'Humanité.
► 28 octobre 2010. Reportage de notre envoyée spéciale à quelques jours du scrutin. À quelques jours du premier tour de l’élection présidentielle ivoirienne, prévu dimanche, les accrochages entre militants sont restés marginaux, dans une campagne plutôt apaisée. Les Ivoiriens sont impatients de tourner la page d’une longue crise politico-militaire, avec ce scrutin maintes fois repoussé depuis cinq ans. À chaque carrefour de la capitale économique, Abidjan, de gigantesques panneaux vantent les mérites des candidats. Ils sont quatorze en lice, mais le match se joue entre les trois hommes qui dominent la scène politique ivoirienne depuis la mort de Félix Houphouët-Boigny, en 1993. –> Lire la suite
► 4 novembre 2010. Reportage à Abidjan au lendemain du premier tour de l'élection présidentielle. Les Ivoiriens devront bien retourner aux urnes le 28 novembre prochain. Après une longue attente, le scénario d’un second tour opposant le président sortant, Laurent Gbagbo (Front populaire ivoirien, FPI), à l’ancien premier ministre d’Houphouët-Boigny, Alassane Dramane Ouattara (Rassemblement des républicains, RDR), s’est confirmé. La Commission électorale indépendante a commencé à rendre publiques des tendances par région. Celles-ci dessinent la géographie électorale d’un pays qui porte encore les stigmates de la crise politico-militaire qui l’a longtemps coupé en deux. –> Lire le suite
► 3 décembre 2010. Alassane Ouattara proclamé vainqueur des élections. Après une longue attente de quatre jours, le président de la commission électorale indépendante en Côte d’Ivoire a fini par annoncer les résultats du second tour de la présidentielle hier soir : Alassane Ouattara a été donné vainqueur avec 54,1 % des voix. Son adversaire, le président sortant Laurent Gbagbo, a recueilli 45,9 % des suffrages lors de ce second tour. Les deux camps n’en ont probablement pas fini. Ils ne fourbissent pas que des arguments juridiques ou diplomatiques ; malgré un retour à la vie normale avant le couvre-feu des altercations, puis des incidents armés ont éclaté dans les quartiers, faisant craindre le pire, surtout à l’heure où le gagnant est proclamé. –> Lire la suite

novembre 2018
L M M J V S D
« Juil    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Traduire

%d blogueurs aiment cette page :