Sodimatex : pour le ministre Apparu, c’est un “chantage”

Le secrétaire d’Etat au Logement Benoist Apparu a dénoncé vendredi le "chantage" exercé par des salariés de l’équipementier automobile Sodimatex qui menacent d’incendier une citerne de gaz dans leur usine pour obtenir un meilleur plan social.
"Je n’ai jamais compris le chantage dans le dialogue social. C’est totalement contradictoire !", a déclaré M. Apparu sur i-télé, réagissant aux propos d’un délégué CGT qui a réitéré sur la chaîne la menace de "faire sauter" une "bouteille" de gaz de "5.000 litres".
"Il y a en France des tribunaux qui sont là pour arbitrer entre des syndicalistes et des salariés qui ne sont pas contents, et des patrons qui ne font pas respecter le dialogue social", a-t-il fait valoir.
"Ca c’est le droit, ça c’est la France, ça c’est une démocratie. Mais dire : +je vais faire sauter (l’usine, ndlr) si j’ai pas mes 20.000 euros+, ce n’est pas une démocratie", a-t-il ajouté.
Les salariés de Sodimatex réclament notamment une prime extra-légale de 21.000 euros par salarié, dans le cadre du plan social qui doit accompagner la fermeture de l’usine annoncée en avril 2009.
"Autant je peux comprendre qu’un salarié soit exaspéré (…) de perdre son boulot, par contre je trouve inacceptable qu’un syndicaliste quel qu’il soit dise tranquillement à la télévision : +j’ai 5.000 litres de gaz, je fais péter, il y a des gens autour, mais je ne suis pas responsable", a-t-il poursuivi.
L’usine Sodimatex de Crépy-en-Valois (Oise) était toujours occupée vendredi matin par des salariés. Une table ronde réunissant le préfet, la direction et des représentants du comité d’entreprise devait se tenir dans la journée.