Le billet du Jour : Quand il y a de la gêne, il n’y a pas de plaisir…

Une semaine vraiment dure à supporter, une semaine, où il nous est démontré, que quand il y a de la gêne, il n’y a pas de plaisir.
D’abord, notre Président de la République, vous savez celui qui a donné tant de millions d’Euros de cadeaux à ses amis les riches, il est allé rendre visite aux Restos du Cœur du XVème arrondissement de Paris.
Quel toupet ?
Alors, qu’en 2007, il nous annonçait que plus un français ne dormirait dans la rue, qu’il serait le Président du pouvoir d’achat, la pauvreté dans notre pays ne cesse d’augmenter.
Et lui, rend visite à cette association qui reconnaît aujourd’hui qu’en 2010-2011, les Restos ont servi 109 millions de repas à 860.000 personnes, et que cette année, ils reçoivent déjà 10% de personnes en plus.
En quittant les lieux, il s’est adressé à Véronique COLUCCI et Olivier BERTHE en lançant « Ce que vous faites est exceptionnel, soyez-en fiers ».
Si cela ne s’appelle pas de la provocation, que faut-il en croire ?

Oui Monsieur le Président, cette association peut être fière de ce qu’elle fait, car elle est obligée de réparer les dégâts que VOUS provoquez ! Et quels dégâts ? Vous brisez sans remords, sans regrets, des êtres humains, vous donnez à vos amis les riches, ce que vous prenez au peuple.
Honte à vous.

Puis, ce cher Président, qui se dit avoir des convictions (Mort de Rire), ne respecte pas la Démocratie, il envoie la police pour réaliser le travail des grévistes. Il casse le droit de grève, ce droit dignement gagné par la classe ouvrière. Pire, il va donner une prime aux policiers qui vont assurer le travail de nos amis qui luttent pour une augmentation de salaire.
S’il y a de l’argent pour une prime, il y a aussi de l’argent pour augmenter ces agents de sécurités !
Et cette prime, qui va la payer ? Ceux qui emplois ces agents ? Ou l’Etat ?
Et enfin, alors que notre cher Président n’arrive même pas à gouverner son pays, le voilà qui se mêle des histoires de la Turquie. Il demande à l’assemblée de voter une loi sur la négation du génocide arménien.
Parce que la France est propre, la France pendant les guerres qu’elle a engendrées n’a jamais, non jamais, provoqué de génocide ! Demandez au peuple algérien ce qu’il en pense ?
Revenir sur l’histoire pour en tirer des leçons OUI ! Mais d’abord balayons devant notre porte.
Il aurait été plus judicieux de pendre la défense de la Palestine, qui aujourd’hui même, et depuis 50 ans souffre de l’occupation Israélienne.
Mais ça, pour notre Président, c’est autre histoire. Et pourtant, quand on lui pose la question de savoir le pourquoi de cette loi, il répond sans gêne, sans scrupule, qu’il a des convictions, que la France porte des valeurs.
Oh que oui ! Notre pays porte des valeurs, celles de la FRATERNITÉ, de la LIBERTÉ, de l’ÉGALITÉ et de la SOLIDARITÉ.
Où est la FRATERNITÉ ? Quand on rend visite aux pauvres, alors que l’on aurait pu donner plus au peuple et moins aux riches.
Où est la LIBERTÉ ? Quand on réprime les grèves et que l’on ne respecte pas ce droit.
Où est l’ÉGALITÉ ? Lorsque certains ont tout, et d’autres n’ont rien (la majorité).
Où est la SOLIDARITÉ ? Lorsque l’on se mêle de ce qui s’est passé et que l’on fait l’impasse sur ce qui se passe.
Vous avez dit convictions ? Valeurs ?
Non Monsieur le Président, les mots les plus justes seraient, ÉLECTORALISTE, DICTATURE DÉGUISÉE, ANTI DÉMOCRATIQUE, CHASSE AUX VOIX, DIFFÉRENCE, NON RESPECT DE L’HUMAIN, et il y en aurait encore tant à y ajouter.
Le chef de l’Etat a déclaré : « j’ai voulu la mettre à l’honneur, la remercier, et à travers les Restos du cœur remercier tous les bénévoles (…) qui sont auprès de nos compatriotes dans la souffrance », cite 20minutes.
Oui les bénévoles, mais est-ce aux bénévoles, de pallier aux manque de l’état ?
Oui le Peuple souffre !
Monsieur le Président, ça ne vous gêne pas de constater cette situation ?
C’est un GÉNOCIDE SOCIAL que nous vivons, alors avant de faire la leçon aux autres, faites que votre peuple soit un exemple, qu’il vive dans d’autres conditions, que la France redevienne ce pays où il a fait bon vivre, ce pays d’accueil, un pays digne de ce nom. Un pays DÉMOCRATIQUE dans une RÉPUBLIQUE où l’HUMAIN passe AVANT.
Peuple de France, quand il y a de la gêne, il n’y a pas de plaisir, mais quand il y a de la vie, il y a de l’espoir, alors toutes, et tous ENSEMBLE, rendons cet espoir possible.
CHANGEONS LES CHOSES, NOUS LE POUVONS.