Angleterre : Cameron fait de la “Droite Populaire”

Médias et police britanniques multiplient les appels à la dénonciation. Les « citoyens » sont invités à donner les noms des émeutiers. Un principe nauséabond qui n’est pas sans rappeler les voisins vigilants d’Eric Ciotti.
C’est une machine de propagande sans nuance et effrayante qui s’est enclenchée en Angleterre. D’un côté, il y a les bons citoyens, et de l’autre, les méchants émeutiers. Qui n’ont pas de problèmes sociaux, ni aucune revendication, qui sont juste là pour casser et piller les magasins. "C’est de la criminalité pure et simple, elle doit être affrontée et vaincue" assure Cameron. Piller de la nourriture dans un supermarché n’est donc sensé connoter aucun problème social, mais uniquement une pure volonté criminelle de nuire. Son vice-Premier ministre confirme : c’est de la "violence gratuite et du vol opportuniste, ni plus ni moins".
Le pire, c’est l’espèce d’union sacrée politicienne : le chômage, l’absence de perspective, l’implosion du service public britannique comme la coupe des aides sociales ne sont même pas évoquées par les parlementaires de l’opposition.
Délation ou vigilance
Là où on atteint l’obscène, c’est avec cette Une du Sun, ici à l'image. Le « journal » publie une liste de photos d’individus prises par des caméras de surveillance appelant à dénoncer « ces imbéciles », avec un numéro de téléphone à appeler si on en reconnaît un. Idem sur le site de la police métropolitaine, une galerie de portraits est publiée, les citoyens étant invités à donner des informations sur ces émeutiers recherchés.
Et ce, une semaine après qu’Eric Ciotti lançait sa nouvelle lubie sécuritaire, les « voisins vigilants ». Le but, constituer une véritable hotline à délation, avec un habitant du quartier « référant », chargé de transmettre à la police tout fait suspect. Une voiture inconnue passe plusieurs fois dans la rue, ou une bande de jeunes donc forcément suspecte, et on décroche son téléphone. Principe brillamment défendu le 4 août sur France Inter par l’auteur, avec un lapsus inespéré, relevé par le site Reflets : “la collaboration, les milices, c’est une période très sombre de notre histoire (…) n’appelons pas à chaque fois qu’on n’est pas d’accord des théories qui sont d’une époque qui malheureusement est révolue et qu’on a tous combattues”
Tournant sécuritaire
Après une nuit de calme à Londres, Cameron se rengorge. Il faut dire qu’avec 16000 policiers quadrillant la ville, soit un renfort de 10000 hommes, les quartiers populaires étaient vissés. D’autres villes, comme Manchester, ont explosés… C’est que ces renforts, il a fallut aller les chercher quelque part. Depuis aujourd’hui, des canons à eau sont à la disposition des forces de l’ordre, arme jusqu’ici réservée aux Irlandais. Près de 800 personnes ont été arrêtées, plusieurs peines très lourdes prononcées. Les conditions des interpellations sont déjà contestées, jugées parfois « aveugles » : il ne fallait pas passer dans la rue au mauvais moment.