amende


SOLDES !! le prix de l’« injure à caractère racial publique »

La 17e chambre correctionnelle du Tribunal de grande instance de Paris a condamné, aujourd’hui vendredi 4 juin, Brice Hortefeux à 750 euros d’amende et 2.000 euros de dommages-intérêts pour « injure à caractère racial, dans un lieu non public ». La condamnation intervient suite à une citation directe du MRAP, qui avait poursuivi Monsieur Hortefeux pour « injure à caractère racial publique ».
Le tribunal a ainsi sanctionné les propos de Monsieur Hortefeux, tenus lors de l’université d’été de l’UMP, le 5 septembre 2009. L’homme politique avait alors évoqué les origines d’un jeune militant, qui lui avait été présenté comme un Arabe « buvant de la bière » et « mangeant du cochon ». Brice Hortefeux avait évoqué qu’« il ne correspond pas au prototype » et ajouté : « Quand il y en a, ça va. C’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes. »
Le tribunal n’a pas suivi les tentatives d’explication de Monsieur Hortefeux, prétendant qu’il n’aurait parlé que d’« Auvergnats ». Il a, en revanche, requalifié l’endroit où les propos ont été tenus – l’université d’été de l’UMP, bien qu’elle se soit déroulée en plein air – en « lieu non public ».
Pour le MRAP, l’essentiel réside dans le fait que le caractère raciste des propos tenus par Monsieur Hortefeux a été reconnu, et s’en dit satisfait. Alors que Monsieur Hortefeux a annoncé qu’il fera appel du jugement, le MRAP annonce qu’il fera également appel pour obtenir sa condamnation pour « injure à caractère racial publique ».
En attendant, la condamnation de Brice Hortefeux pour avoir tenu des propos racistes soulève la question de la légitimité de son maintien au gouvernement.