allocations


Vous êtes pauvre ?…….. A la caisse !

La multiplication des contrôles dans les caisses d’allocations familiales précipite des foyers dans l’endettement. Or, la fraude est loin d’expliquer tous les « indus ». En cause : la complexification de la réglementation.

Marina, 800 euros de revenu mensuel, 588 euros de trop-perçu, et donc une partie du revenu de solidarité active (RSA) à rembourser. Bernard, aucun revenu, 56 ans, aucun bien mobilier ni immobilier, est aujourd’hui hébergé par une amie. La Caisse d’allocations familiales (CAF) lui conseille de se tourner vers la Banque de France pour préparer un dossier de surendettement au motif qu’il a cumulé un trop-perçu de 2 000 euros sur deux ans. Un ­comble pour cet homme qui déclare n’avoir jamais eu de dette ! Les témoignages de ce genre abondent sur Internet : blogs d’usagers, sites de conseil juridique se multiplient pour répondre à l’urgence sociale et surtout aux redressements de plus en plus nombreux exigés par les CAF. Modification des droits des allocataires alors que la situation n’a pas changé, erreurs informatiques ou humaines : les causes pullulent alors que l’administration peine à expliquer les mécanismes qui génèrent ces indus. Odile, une mère de famille, ne comprend pas : « Ce n’est quand même pas à nous de faire le travail de la CAF ! »

(suite…)