La ferme des 1000 vaches se prend un méchant coup dans les dents

vaches_0L’Etat invite l’entrepreneur à démonter les bâtiments de la ferme-usine qui ne sont pas conformes aux règles, et saisit la justice en ce sens.
Pour ceux qui s’opposent à cette usine à vaches, c’est un premier point de marqué, et pas des moindres: l'Etat vient d’annoncer, ce jeudi en fin d’après-midi, qu’il demande aux promoteurs de la ferme des 1000 vaches, dont la construction a déjà démarré dans la Somme, de démolir les bâtiments excédant la taille autorisée par le permis de construire. «Les services de l'État ont constaté que le chantier ne correspond ni aux règles, ni au permis de construire, et ont invité le propriétaire à démolir les installations litigieuses», a indiqué le cabinet de Cécile Duflot, à l’issue d’un entretien avec les représentants de la Confédération paysanne et de Novissen, association locale mobilisée contre la ferme-usine.
Infraction
La semaine dernière, les deux organisations avaient investi les bâtiments en construction, bloquant les accès aux camions et empêchant la poursuite des travaux. Leur revendication: être reçu par Philippe Martin, ministre de l’Ecologie, et la ministre de l’Egalité des territoires et du Logement, auprès de laquelle ils entendaient contester le permis de construire accordé à l’entrepreneur. Outre qu’il n’a pas été précédé explicitement d’une enquête publique, estiment les organisations, les bâtiments déjà sortis de terre dérogent aux plans présentés. Certains excèdent la taille indiquée. Un autre déborde de près de 25 mètres sur une zone archéologique censée être préservée de toute construction. Cécile Duflot semble donc abonder dans leur sens, indiquant que «dans le respect du droit, les installations devront respecter le permis de construire et que toutes celles en infraction seront détruites».
Baron du BTP
Déboulonnée, la ferme à méthane de Michel Ramery, baron du BTP et paladin, dans le Nord, du traitement industriel des déchets? C’est encore loin d’être gagné. Car, indiquent les services de Cécile Duflot, l’Etat n’a pas le pouvoir «de contraindre le propriétaire à s'exécuter». Il a donc, parallèlement à «l’invitation» faite à l’entrepreneur, saisi la Justice – de même que l’avait fait Novissen, qui a porté plainte au pénal en décembre. La préfecture de la Somme elle-même a déjà fait dresser des procès verbaux par des agents de la DDPM et de la DRAC, remis au Procureur.
Guerre politique
Reste que Michel Ramery, qui a déjà déposé, fin novembre, une demande de «permis modificatif» afin de mettre ses installations en conformité, peut très bien décider d’aller au contentieux – et il y a de fortes chances qu’il le fasse, au vu des investissements engagés. Reste aussi que rien ne l’oblige à démolir ceux des bâtiments qui seraient en conformité avec les plans, s’il y en a. Ni à en reconstruire d’autres «dans les clous» par ailleurs.
De fait, si une première étape de la bataille procédurière vient d’être remportée contre les 1000 vaches, la guerre politique, elle, reste à gagner. Elle se joue du côté des ministères de l’Agriculture et de l’Environnement. Et devrait connaître un nouveau développement, le 30 janvier prochain, date à laquelle Philippe Martin, ministre de l’Ecologie, doit rencontrer Novissen et la Confédération Paysanne.

Cuba et l’exploit de la survie malgré l’inhumain Embargo !

L'humanité n'a jamais fait l'expérience de la pénurie totale de pétrole. Il n'existe qu'un précédent, à l'échelle d'un petit pays isolé : Cuba.
Après l'effondrement de l'Union soviétique, ce pays a en effet connu une pénurie de pétrole comparable à celle qui frappera inévitablement le monde entier à moins qu'on ne la prévienne par des changements immédiats et radicaux dans les habitudes de consommation de l'énergie.
Le peuple cubain a su faire preuve d'une solidarité exemplaire qui l'a rendu capable, entre autres exploits, de transformer complètement son agriculture en une dizaine d'années.
Les tracteurs et les fertilisants russes avaient en effet permis à Cuba, dans le cadre de sa révolution verte, de se doter d'une agriculture plus industrialisée encore que celle des États-Unis, produisant de grandes quantités de sucre destiné l'exportation et important une forte proportion de sa nourriture, 50% de son riz par exemple.
Aujourd'hui, le pays est autosuffisant et après avoir redécouvert les vertus de la petite ferme privée et celle du jardinage urbain, il exporte des spécialistes de l'agriculture biologique dans le reste de l'Amérique latine.
L'équipe américaine qui a tourné le film Le pouvoir des communautés, lequel relate l'histoire de la réaction cubaine à la pénurie de pétrole, a voulu démontrer que c'est seulement en suivant l'exemple des Cubains, en faisant preuve des mêmes qualités, que les populations des autres pays du monde, à commencer par celle des États-Unis, pourront trouver une solution heureuse aux problèmes résultant du manque de pétrole. Soit dit en passant, c'est après avoir vu le film Le pouvoir des communautés que Rob Hopkins et ses amis ont décidé de créer les premiers groupes Transition Towns.

D’aucuns vont nous sortir les droits de l’homme, les prisonniers politiques et tout le tintoin … je me souviens qu’Amnesty International avait reconnu … que les prisonniers sous Fidel …pour les mêmes causes, auraient été condamnés à mort ou presque aux USA !!!
 

Bravo à la politique cubaine, qui est restée libre, contre vents, marées et puissance voisine ennemie de Cuba, mais surtout ennemie du monde libre !
Aujourd’hui, 80 % de l’agriculture cubaine est biologique !
Le manque de pétrole, leur a fait prendre de l’avance sur les pays les plus avancés … ils seront un exemple pour le monde entier … et pas que pour l’agriculture et les moyens de survivre avec peu …

Ecouter attentivement les témoignages des intervenants … intéressants au plus haut point !

Jean Ziegler dans l’HD: “Contre les affameurs, l’insurrection populaire”

Toutes les cinq secondes, un enfant meurt de faim et 37 000 personnes chaque jour sont tuées par la sous-alimentation. Dans le même temps, la spéculation boursière sur les aliments de base et le vol des terres arables permettent aux géants de l'agroalimentaire et aux trusts des biocarburants de se gaver. Un massacre organisé et légal, inouï et inacceptbale! Car l'agriculture est capable de nourrir 12 milliards d'êtres humains, le double de la population mondiale actuelle. On peut stopper ce fléau indigne. Comment? Jean Ziegler répond sans détour dans un entretien publié dans l'Humanité dimanche.
Voici deux extraits vidéos
• Qui sont les affameurs, Jean Ziegler ?

Non à ACTA

C'est en détrônant Internet et en désinformant que les candidats issus des clubs de pouvoir, François Hollande et Martine Aubry, sont à la tête du PS. Maintenant les banques qui contrôlent le monde veulent s'approprier ce qui est libre : La nature et l'information.

OGM : l’expérience mondiale contre-nature

Les apprentis sorciers de la génétique, avec pour chef de file Monsanto, ont décidé de transformer la planète en un vaste laboratoire à ciel ouvert, où tout être vivant pourra être en contact direct avec leurs organismes mutants bricolés à l’aveuglette. Nous faisons partie de cette expérience planétaire de gré ou de force. Les cultures génétiquement modifiées servent à nourrir des animaux qui eux-mêmes nourrissent les Hommes, ou se retrouveront directement dans notre assiette (maïs, blé, riz, pomme de terre, etc). Ce dévoiement de la science par quelques multinationales est une vraie attaque en règle contre l’Humanité. Les cobayes que nous sommes devenus se doivent de comprendre à quelle sauce on est en train de les manger. Les vidéos réunis ici donnent un bon aperçu de ce que sont les OGM et permettent de mesurer l’ampleur du risque qu’ils font peser à l’échelle mondiale.
[ Les méthodes des firmes productrices d’OGM (notamment Monsanto) seront exposées dans un prochain article. ]
OGM : l’expérience mondiale contre-nature
Conférence (GABBTO et la Confédération Paysanne de Touraine) sur le thème des OGM et de la mutagénèse.
Christian Vélot (chercheur au CNRS), le vendredi 21 janvier 2011
Conférence sur le thème "L’indépendance scientifique et la recherche sur les OGM : comment garantir la liberté des chercheurs" organisée par le mouvement Utopia. Conférencier,
Gilles-EricSéralini, professeur de biologie moléculaire, président du conseil scientifique du Comité de recherche et d’information indéOGM : l’expérience mondiale contre-naturependantes sur le génie génétique (CRIIGEN). Discutante : Eva Joly, députée européenne.
Confér
ence (GABBTO et la Confédération Paysanne de Touraine) sur le thème des OGM et de la mutagénès.
Jean-Pierre Berland
est
directeur de recherche de l’Institut national de la recherche agronomique à Montpellier, spécialiste de l’histoire de la sélection.
Il a coordonné La guerre au vivant (Jean-Louis Durand, Mickael Hansen et Paul Lannoye, éditions Agone). Il a aussi participé à l’ouvrage collectif Défaire le développement, refaire le monde (éditions l’Aventurine, 2003).

Il milite contre les brevets sur le vivant et les OGM.
Citation à propos des OGM : « Un "organisme génétiquement modifié", ça ne veut rien dire ! Tous les êtres vivants sont des OGM, c’est même leur caractéristique essentielle ![…] Or s’il est vrai que ce sont les paysans, les éleveurs, qui ont sélectionné les espèces au cours des siècles, cette humanité-là est aujourd’hui remplacée par cinq multinationales qui fabriquent des agrotoxiques. »

L’Afrique de l’Est crève de faim, le Kenya cultive des roses, du thé, du café…

En Afrique de l’Est la sécheresse est en train de provoquer une famine qui touche plusieurs pays (Somalie, Ethiopie, Kenya…) alors qu’au Kenya les cultures privilégiées sont, les fleurs (premier fournisseur de roses de l’Union européenne), le thé, le café… Cherchez l’erreur.
Dans une région qui subit trop souvent des famines, on cultive des roses… Au profit de qui ? La réponse donnée par Audrey Garric, journaliste au Monde : "Ces roses, une fois coupées au Kenya, sont toutes acheminées vers la bourse aux fleurs d’Amsterdam, où elles sont achetées par de grandes enseignes qui leur apposent la mention "Origine : Pays-Bas". Elles sont ensuite réexpédiées par avion aux quatre coins du monde pour se retrouver sur les étals français, anglais, allemands, américains ou russes, après avoir parcouru des milliers de kilomètres et pollué d’autant l’atmosphère."
Et qui en subit les conséquences, en sus de ceux qui crèvent de faim ? Réponse de Claude-Marie Vadrot sur Politis.fr :

Continuer la lecture de « L’Afrique de l’Est crève de faim, le Kenya cultive des roses, du thé, du café… »

Bruxelles met les putes en selle !

image

Si l’Union européenne (UE) n’est pas souvent grande, elle est toujours généreuse. Les milliards de fonds structurels qu’elle accorde aux 27 pays membres autorisent tous les gaspillages et toutes les fraudes. Petite visite au cœur de la gabegie européenne.
Ole Harild
est un Danois qui n’a pas froid aux yeux. Amateur de ski, il se ren­dait tous les ans dans les Alpes pour s’adonner à sa passion. Mais en 2006, empêché par des obligations professionnel­les, il doit renoncer aux sports d’hi­ver. Lui vient alors à l’esprit une idée très originale: plutôt que d’ailler skier à l’étranger, pourquoi ne pas s’offrir une piste à domicile, au Danemark, sur Bornholm, une pe­tite ile de la Baltique ?

Continuer la lecture de « Bruxelles met les putes en selle ! »

Agriculteurs en péril : un doc édifiant

Voici un documentaire très intéressant sur les problèmes de l’agriculture.
On y découvre les joies de la grande distribution et du libre échange.
Quelques chiffres :

►Durant les 50 dernières années, l’Europe a perdu 75% de ses producteurs.
► Durant le même pèriode, la taille des exploitations a triplé.
►1,35 milliard de personnes travaillent dans l’agriculture.
►1 milliard le fait à la main.
►500 millions sans engrais ni semence.
►250 millions sans animaux de travail.
►50 millions de paysans délaissent chaque année l’agriculture.
► 870 millions de personnes sont affamées dans le monde.
►75% d’entre-eux sont des agriculteurs.

FILM /// Je mange donc je suis from CNCD-11.11.11 on Vimeo.