Le billet du jour : Cahuzac a commis un crime d’état, il s’est moqué de ses confrères, du peuple, il doit payer.

MOI_p« Je ne crois pas à la lutte des classes, je n'y ai jamais cru. » Cahuzac.
Et pour cause !
Moi j’y crois, et j’y crois de plus en plus.
La classe politique, celle qui fait les lois et celle qui devrait montrer l’exemple, on est loin de cette démocratie blanche comme neige (pourtant ce n’est pas ce qui a manqué cette année), à moins que neige pour la classe politique veut dire toute autre chose, vous m’avez compris.
Je suis indigné, dégoûté, écœuré, blasé d’entendre ici et là je serais le président du changement, un président normal, un président dont l’ennemi est la finance.
Quel changement ? Un changement d’homme un point c’est tout, le reste que ce soit au niveau politique ou attitude, rien a changé.
Cahuzac, ministre de la fraude fiscale, qui depuis des semaines implore son innocence, que ce soit auprès de celles et ceux qui représentent la république, celles et ceux qui représentent le peuple ou chez les médias, pour enfin avouer son crime, mais où est donc passé toutes ces valeurs que l’on nous a inculquées dans ce pays ?
Le peuple ne se déplace plus pour aller voter, les jeunes ne croient plus aux hommes politiques, on entend « tous les mêmes », attention, le FN grimpe, et ça continue, aucune correction n’est donnée pour que cela change vraiment.
On installe le peuple dans la misère et celles et ceux qui appliquent cette disposition ne sont pas ces chevaliers sans peur et sans reproche, certes ils sont minoritaires et heureusement, mais ils entachent la République, ils se moquent du peuple, et en plus ils insistent pour dire qu’ils sont innocents.
Nous réclamions la VIème république, car il est temps que cela change, il temps de vider le sac et de tout recommencer, il temps de blanchir cette Vème république qui depuis des lustres est salie par les affaires. Il faut aujourd’hui mettre un coup de pied dans la fourmilière et cela a tous les niveaux.
Quelle image pour ce jeune qui fume son joint et qui se retrouve condamner ? Quelle image pour ce jeune qui ne peut plus sortir en boîte sans se faire contrôler ? Quelle image pour celles et ceux qui tirent leur ceinture en fin de mois quand ce n’est déjà pas au milieu alors que celui qui traque la fraude fiscale en commet une ?
Et si « Médiapart » n’avait pas fait connaître cette affaire ? Et combien de celles-ci existent dans notre pays sans que l’on sache quoi que ce soit ? Cahuzac, DSK, Sarkozy, Woerth, les frères Guérini, tous des responsables politiques de droite et de gauche, et après on s’étonne, d’entendre tous les mêmes ! Tous dans le même panier (de crabes bien évidemment) !
Cahuzac a commis un crime d’état, il s’est moqué de ses confrères, du peuple, il doit payer.
La lutte des classes !
Non ! La lutte des places serait aujourd’hui mieux appropriée, quand l’argent et le pouvoir montent à la tête d’un individu, tôt ou tard, il nous trahira !
Qui croire aujourd’hui ? Comment accepter aujourd’hui ?
Il est grand temps de réagir et d’agir, il est grand temps de dire stop à toutes ces magouilles qui faussent la démocratie, il est grand temps d’arrêter cette mascarade qui ressemble plus à un milieu mafieux qu’à la politique, il est grand temps que cela change, que cela change vraiment !
Il est grand temps d’écouter la raison, et quand un politique parle comme nous, simplement, avec nos mots et qu’il dit « tous dehors ! », ou encore qu’il prononce le mot de « salopard ! », il ne le dit jamais pour rien.
Place au peuple ! Oui, place au peuple ! La France c’est nous ! Donnons-nous ce droit de limoger, donnons-nous ce droit de contrôler, donnons-nous tous les moyens pour s’en sortir, nous en sortir la tête haute.

http://youtu.be/4kdnntnszfU

MENTEUR ! MENTEUR !
Où s’arrête la chaine des mensonges ?

Qui est le clown ?
Et il ose parler de sincérité !

http://youtu.be/qmuy85NC8Lo

Tu es déçu ? Rejoint le Front de gauche !

Qui savait ?
On va nous dire que personne ne savait rien !
Et mon c.. c'est du poulet ?

Sarkozy mis en examen : réaction de Pierre Laurent

sarkozy2Le plus extraordinaire n'est pas la mise en examen de Nicolas Sarkozy. Malgré la présomption d'innocence qu'il faut toujours rappeler, les relations d'argent entre Mme Bettencourt et l'UMP dont Nicolas Sarkozy était le président, ont toujours été évidentes.
En revanche le fait que la droite crie au scandale manifeste à l'évidence ce qu'il en était pour elle des liens entre la justice et les politiques.
Face au climat détestable des affaires en cours, il faut laisser la justice travailler en toute indépendance.

Le PCF demande depuis longtemps un changement de statut du chef de l'Etat afin qu'il puisse, en dehors de ses fonctions, répondre de ses actes pendant son mandat. Quant à l'indépendance des magistrats, elle doit être consacrée par un changement de statut du parquet.

 

Balme et Marx, même combat ? Vous croyez ? On verra bien ! …

On l’a appris cette semaine, René Balme, maire de Grigny et candidat du Front de gauche dans la 11 e circonscription du Rhône, est accusé d’avoir donné la parole, sur un site internet dont il est l’animateur, à des blogueurs véhiculant des thèses antisémites.
Rue89 a sorti l’affaire il y a deux jours.
Une histoire qui n’est pas sans rappeler l’Opération Poulpe à l’origine de la chute de Philippe Marx. Le candidat Front de Gauche de la 3 e circonscription de Meurthe-et-Moselle avait publié des vidéos d’Alain Soral, un essayiste proche du FN.
Une bourde qui lui avait fait perdre son investiture.
L’histoire Balme a l’air d’embarrasser le Front de Gauche au plus haut point, qui devrait statuer rapidement sur ce cas.
René Balme subira-t-il le même sort que Philippe Marx ?

Républicain Lorrain du 03 Juin 2012

Contacté par l'AFP, Alexis Corbière, secrétaire national du PG et spécialiste du auprès de M. Mélenchon, a indiqué que si M. Balme était complaisant vis-à-vis des thèses antisémites, "ce serait incompatible avec l'appartenance à des forces comme les nôtres" car "nous sommes intransigeants sur l'antisémitisme".
Il peut aussi y avoir un "manque de vigilance" de la part de ce candidat, ce qui amènerait "un rappel à l'ordre", d'après lui. La commission de contrôle du PG sera "sans doute saisie", après un "petit travail de recherche" sur M. Balme qui pourrait prendre quelques semaines, soit après les législatives, a-t-il précisé, assurant ne pas connaître oulala.net.

Manque de vigilance pour BALME.
Un petit travail de recherche sur BALME après les législatives qui pourrait prendre quelques semaines.
Pour MARX aucune excuse alors qu’il ne connait SORAL ni d’Ève, ni d’Adam, aucune recherche pour savoir qui il est exactement !
Une semaine a suffit pour lui faire perdre son investiture.
Il n’a même pas eu ce droit de se défendre.
Assisterions-nous encore une fois à une mascarade et comprendre que certains peuvent et d’autres pas ?
Deux poids, deux mesures ????????

La réaction du Groupe Communiste et des élus du Parti de Gauche au Conseil de Paris

Monsieur le Maire, chers collègues,
Introduction
Il fut une époque à Paris, il n’y a pas si longtemps, où la conduite des affaires publiques passait par des zones d’ombres et de profit, et ne répugnait pas aux petits arrangements et au mensonge. Incarnées par Jacques Chirac, ces années ont pris fin en 2001 avec l’élection d’une nouvelle majorité et un changement radical de comportement des élus. L’actuelle municipalité a soutenu la procédure judiciaire visant l’ancien maire, et s’est tout de suite constituée partie civile. Malgré les reports et les délais, la ville a tenu bon, considérant que les Parisiens avaient été lésés et qu’ils entendaient que justice soit faite. Parce que cette époque, où le flou des convictions morales et l’à peu près réglementaire étaient tressés ensemble, est révolue. Ce débat en est à la fois la preuve et la conclusion.
Les tours de passe-passe
Cependant, j’entends certains dans cette assemblée, des partenaires, des amis, qui soutiennent que l’enjeu de ce protocole d’indemnisation dépasse largement la réparation matérielle d’un préjudice fait aux Parisiens par leur ancien maire. Qu’il s’agit d’éthique, de morale et de politique. Qu’il s’agit de justice. Et je crois que c’est en effet ce dont il s’agit. Je crois qu’il est bel et bien question de politique, de morale et d’éthique. Et je suis d’accord avec ceux qui nous rappellent que les électeurs se détournent de leurs élus et se méfient d’eux, aujourd’hui. Je suis d’accord avec ceux qui disent que l’exemple donné aujourd’hui au sommet de l’Etat les incite plus que jamais à la défiance, voire à la colère. Tout cela est vrai et indubitable. Les errements des ministres, la rhétorique contradictoire, pour ne pas dire plus, d’un Président de la République plus partial que jamais, tout cela aura des conséquences importances, et creuse un fossé toujours plus profond entre le peuple et ses représentants. Le déficit de crédibilité est terrible et sans appel. Ce n’est pas un hasard si le protocole d’indemnisation dont nous parlons a fait tant parler de lui dans la presse – et interroge un certain nombre de Parisiens. L’ère est au soupçon, et cela n’a rien d’anormal car les blessures de la confiance sont à peines refermées dans notre ville.

Emplois fictifs : le Conseil de Paris entérine l’affaire. UNE HONTE POUR LA POLITIQUE, UNE HONTE !

Jeunes des banlieues, si vous vous faites attrapés par la police, rendez-lui, ce que vous avez volé, vous ne subirez pas la justice.
Honte, Honte à la politique, certains ont payé cher, très cher, pour moins que cela.

Puisqu’il est question d’éthique et que certains n’ont que ce mot à la bouche, je me dis que l’éthique en politique, c’est peut-être de considérer que tous les coups ne sont pas permis
.

Le Conseil de Paris a adopté, à une large majorité, le projet d’accord d’indemnisation de la Ville par l’UMP et Jacques Chirac dans l’affaire des emplois fictifs.
En tout, 147 élus ont voté pour, 13 ont voté (les neufs élus Verts, 2 du Parti de gauche, un Modem et un non inscrit) contre et un élu s’est abstenu. Soit 161 élus recensés ayant pris part au vote contre 163 conseillers de Paris en tout. Ce scrutin était électronique au lieu d’être comme habituellement à mains levées, à la demande des Verts.

Affaire Woerth : Le Monde accuse l’Elysée de l’espionner !

Le quotidien Le Monde accuse l’Elysée d’avoir fait appel aux services du contre-espionnage français pour identifier le journaliste travaillant sur l’affaire Woerth et a annoncé qu’il allait déposer plainte. Sommes-nous à l’orée d’un nouveau scandale d’Etat ?
Aujourd’hui, l’Elysée a totalement démenti les accusations du Monde.

Molex : une nouvelle affaire Woerth ?

L'affaire remonte à la fin mars 2010 quand Eric Woerth avait donné son aval, malgré l'avis de l'inspection du travail, au licenciement des représentants syndicaux de cette usine de connectique automobile, fermée en septembre 2009 après onze mois de lutte des 280 salariés. Cette décision avait soulevé une forte polémique.
Où argent, amitiés et droite font bon ménage… Une enquête diffusée par France Inter révèle qu'un conseiller du ministre, Eric de Sérigny, travaillait pour la société en investisssement financier Athéma, qui a collaboré avec les avocats de la direction de Molex.Eric de Sérigny a affirmé que ce sujet "n'a jamais  été évoqué" avec le ministre.
Le directeur général du travail, Jean-Denis Combrexelle, a volé au secours de son ministre et réfuté samedi toute "intervention" du cabinet d'Eric Woerth dans le licenciement des représentants syndicaux de l'usine Molex. "Le dossier a été instruit par la direction générale du travail dans des conditions de délais tout à fait normales. C'est moi-même qui ai pris la décision en la matière", assure-t-il.

Woerth nous prend pour des cons…

De nouveaux éléments accréditent la thèse d’une rencontre entre MM. Woerth et Maistre en janvier 2007.
Eric Woerth et Patrice de Maistre se sont-ils rencontrés dans les semaines qui ont précédé l’élection présidentielle de 2007 ?
Selon l’hebdomadaire Marianne, M. Woerth – qui était alors trésorier de l’UMP – et le gestionnaire de la fortune de Bettencourt se sont bien recontrés le 19 janvier 2007, dans "un café". Le rendez-vous était noté dans l’agenda de M. de Maistre, comme l’indique Marianne dans son édition du 24 juillet.
Mais dans un article publié samedi 24 juillet sur son site Internet, l’hebdomadaire reconnait "ne pas avoir tout de suite prêté attention" à un autre point : ce rendez-vous figurait églament dans l’agenda de Claire Thibout, la comptable de Mme Bettencourt. A la date du 19 janvier 2007, ce rendez-vous est précisé sous la mention "Patrice et trésorier". Une révélation qui fragilise encore la défense de l’actuel ministre du travail qui niait, au début de l’affaire, toute relation avec M. Maistre.
Dans son agenda, dont Marianne publie un fac-similé, Mme Thibout a noté un rendez-vous avec Patrice de Maistre la veille, le 18 janvier 2007. Il y est précisé : "Pour donner enveloppe qui donnera à Patrice".

octobre 2018
L M M J V S D
« Juil    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Traduire

%d blogueurs aiment cette page :