Les communistes veulent rallumer les étoiles

pcf35econgresLes adhérents du Parti communiste français étaient appelés aux urnes ce 14 et 15 décembre 2012 afin de déterminer leur base commune de discussion pour leur 36ème congrès, qui se tiendra du 7 au 10 février 2013 à Aubervilliers. Dans un processus de travail qui commence à prendre son essor, 54,19% des inscrits se sont déplacés pour départager les quatre propositions qui étaient en débat.
Le texte proposé par le Conseil national du PCF, « Il est grand temps de rallumer les étoiles – Humanifeste du Parti communiste à l’aube du siècle qui vient », a été adopté à 73,15% des suffrages exprimés. Le texte alternatif numéro 1, « Unir les communistes pour un PCF de combat, marxiste, populaire et rassembleur » a obtenu 11,08% ; le texte alternatif numéro 2, « Combattre l’austérité, en finir avec le capitalisme », a obtenu 9,95% : et le texte alternatif numéro 3, « Un parti résolument communiste dans l’affrontement de classe ni abandon ni effacement », a obtenu 5,82%.
Ce résultat marque une forte volonté des communistes de poursuivre et amplifier la dynamique engagée depuis leur dernier congrès. Il témoigne également du souffle et de l’ambition par lesquels ils veulent nourrir leur combat face à la crise et au capitalisme, dans une Révolution citoyenne plus que jamais nécessaire.
Le texte adopté est désormais le bien commun de l’ensemble des communistes. Mais ce vote est loin de clore les débats. Il ouvre une nouvelle phase de notre réflexion qui doit nous permettre d’approfondir et de préciser nos analyses comme nos orientations. Qui doit nous permettre également nous rassembler plus encore. Dans les semaines qui viennent, nous appelons les communistes à poursuivre le travail engagé afin d’enrichir cette base commune et de faire de notre congrès un évènement politique retentissant pour notre peuple.

En Meurthe-et-Moselle ce même texte « Il est grand temps de rallumer les étoiles – Humanifeste du Parti communiste à l’aube du siècle qui vient » n’a été adopté que par 40,73 % des votants.
En Meurthe-et-Moselle, la direction départemental n’est pas prête à adhérer à la stratégie Nationale. Qui sont les véritables dissidents ?

Le billet du jour : La politique n’est pas un métier !

Une réflexion piochée sur le net :
La 11 ème condition d'adhérer à l'internationale communiste
Les Partis désireux d’appartenir à l’Internationale Communiste ont pour devoir de réviser la composition de leurs fractions parlementaires, d’en écarter les éléments douteux, de les soumettre, non en paroles mais en fait, au Comité Central du Parti, d’exiger de tout député communiste la subordination de toute son activité aux intérêts véritables de la propagande révolutionnaire et de l’agitation.
quelques réflexions sur les élus :
– Le communisme doit avoir le courage d’être un "fantasme" s’il veut récupérer une authentique réalité", Gianni Vattimo dans l’Idée du communisme, Nouvelles Éditions Lignes, 2010
– La démocratie représentative a déjà été critiquée par J.-J. Rousseau qui constatait qu’elle incite le citoyen à rester passif car il délègue son pouvoir de décision à une personne censée le représenter. L’élu ne rend de compte qu’au moment du vote et non tout au long de son mandat. La gauche a inventé l’expression "démocratie participative" pour satisfaire les citoyens mais, au final, c’était pour mieux les endormir.
Malheureusement, certains élus communistes ne croient plus dans un mouvement qui mènerait à la réalisation de leur idéal (on ne citera pas de nom, il faudra chercher par vous-même). Ils ne songent qu’à leur mandat et à leur réélection comme n’importe quel autre de leurs collègues. Ils tombent dans le piège de la professionnalisation de la vie politique. Ils préfèrent ne pas prendre de risque et se soumettent aux exigences du conformisme. Ils deviennent peu à peu des notables. Cela décourage les militants : le parti s’affaiblit. Par conséquent, les élus en question compensent la baisse d’activité de leur parti en adoptant encore plus les attitudes du notable (comme celle de ne travailler que dans leur étroit champ d’action sans se préoccuper de ce qui se passe ailleurs) Ce cercle vicieux les éloigne des militants et du parti à qui ils ne doivent plus rien. Le parti devient une coquille vide. Quand des adhérents veulent juste comprendre leur action politique, cela devient vite un scandale :
"– Comment ? Expliquer ? rendre des comptes ? Si nous avons tel ou tel mandat, c’est parce que nous le méritons. Cela fait des années que nous attendons la place. Faites comme nous, attendez en silence et vous serez servis un jour."
Ce genre de dérive ne concerne pas que le parti communiste mais elle va à l’encontre de tout projet politique révolutionnaire.
Un notable communiste est une contradiction dans les termes mêmes de l’expression. Répétons-le : la politique n’est pas un métier !

septembre 2018
L M M J V S D
« Juil    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Traduire

%d blogueurs aiment cette page :