Des jeunes du Pays-Haut qui font parler d’eux : Stéphane Solida : « seul au monde » à Tchernobyl. C’est un Thillois….

Ce n’est pas en tant qu’opposant au nucléaire que le Thillois Stéphane Solida est allé à Tchernobyl. Il a pris ce risque d’abord par passion de la photographie, et des voyages « insolites ».

Tchernobyl : un nom qui fait toujours aussi froid dans le dos, vingt-six ans après la catastrophe, l’accident nucléaire qui avait causé des milliers de morts et l’évacuation de plusieurs centaines de milliers de personnes en Ukraine.
Stéphane Solida, jeune Thillois de 29 ans passionné de voyages et amateur d’excursions « originales et insolites » autant que de sensations fortes, y est allé en août 2011. Avec son appareil photo, ce consultant en informatique au Parlement européen a vécu une expérience aussi « bouleversante » qu’inquiétante.
Son exposition d’une quinzaine de ses images est à découvrir jusqu’au 5 février au puits de siège à Longwy-Haut.
Récit.
Préparation. – On ne va pas à Tchernobyl comme on va à Ibiza. « Je m’étais préparé mentalement, en regardant des documentaires, vidéos (d’enfants ou animaux déformés par exemple), etc. Mon père y était allé dans l’humanitaire en 1994. L’idée vient peut-être de là. Je savais qu’en n’y restant que trois heures, les dangers d’irradiation étaient limités, à condition de respecter certaines règles de sécurité. »
Agence. – Stéphane Solida a profité du voyage qu’il faisait avec un ami entre Kiev et Belgrade pour contacter une agence touristique spécialisée dans les excursions à Tchernobyl et située dans la capitale ukrainienne, à 110 km de la centrale nucléaire. « Elles sont une dizaine à faire ça. Elles font du business avec ce drame. Ça coûte 100 €. Ça peut paraître glauque, oui. Mon ami a eu peur et est resté à l’hôtel. Je le comprends. Je suis monté dans le bus avec une dizaine d’autres touristes, dont des Italiens, des Canadiens. Ils nous ont passé un reportage sur les événements et ses conséquences. »
Continuer la lecture de « Des jeunes du Pays-Haut qui font parler d’eux : Stéphane Solida : « seul au monde » à Tchernobyl. C’est un Thillois…. »

La vidéo qui explique aux enfants japonais ce qui se passe à Fukushima

Alors que les médias se demandaient si le Japon communiquait correctement ce qui se passe à Fukushima, un petit personnage du nom de "Nuclear boy" qui souffre d'un gros mal de ventre, a fait son apparition sur les écrans de télévisions japonaises, afin d'expliquer aux enfants ce qui se passe à la centrale de Fukushima.

Bon courage à tous les Japonais, notamment à ceux qui changent les couches de Nuclear boy, ces hommes prêts à sacrifier leur vie pour les autres, les liquidateurs.