accepter


Le billet du jour : Faut-il être révolutionnaire pour ne pas accepter ? 5

Bonjour à toutes et à tous,
Aujourd’hui, j’ai envie de vous dire : Allé tous ensemble, tous ensemble !

Plus le temps passe, et je me rends compte de tous les évènements qu’une vie peut encaisser.
Certes, il y en a des bons, heureusement, et il faut surtout ne pas oublier de les apprécier, car nous devons bien avouer qu’ils sont rares.
Ça commence avec l’enfance, des rires, des pleurs, des jeux, des amis, les réunions de familles et à l’époque, nous sommes inconscient de ce qui nous pends au nez.
Puis, l’adolescence, les flirts, les bals, les surprises partys, toujours les amis mais pas forcément les mêmes. Ça commence à turlupiner dans la tête.
Puis l’âge adulte, le travail, le mariage pour la majorité d’entre nous, la naissance de nos enfants (que du bonheur). Mais là, on commence à se rendre compte ce qu’est réellement la vie.
Et comme on s’en rend compte, pour la plupart d’entre nous, nous nous engageons soit dans la vie associative ou politique, parfois les deux. Ce n’est pas incompatible, croyez-moi.
Il y a les aléas de la vie, la maladie, la séparation, les décès, mais comme souvent on le dit, ce sont les choses de la vie.
Très vite, si l’on cherche un peu, et si l’on veut comprendre la société et le monde, on se rend vite compte, qu’il y a deux mondes.
Le monde de ceux qui n’ont rien, et le monde de ceux qui ont tout.
Je ne suis pas envieux, mais alors pas du tout, par contre je ne supporte pas les injustices, et quand certains ont rien et d’autre tout, cela est UNE INJUSTICE.
Quand certains se permettent tout et que d’autre n’ont que le droit de la fermer, c’est l’apothéose d’une république qui part en lambeaux.
Eh oui ! Ceux qui nous gouvernent aujourd’hui, souhaitent avec force nous remettre dans les rails, les rails de l’esclavage, les rails du fascisme, les rails du « Travail et ferme ta gueule ».
Pouvons-nous honnêtement concevoir cela ?
Pouvons-nous honnêtement accepter cela ?
Je ne le pense pas !
Être révolutionnaire, n’est pas donné à toutes et à tous, mais vouloir rester une femme et un homme, doit être une de nos priorités, surtout pour nos enfants, nos petits-enfants. Cela s'appelle, GARDER SA DIGNITE.
Quoi de plus normal, et naturel que de se rebeller contre toutes ces mesures, qui nous sont néfastes !
Il ne faut pas avoir peur de se battre et de lutter, il faut avoir peur de l’avenir que l’on nous annonce par mesures, décrets, lois, changement de la constitution.
Nous devons avoir peur de cela, au point de nous faire réagir et agir, car ne rien faire, c’est nous mettre et nous laisser mettre dans une situation, où notre vie sera un enfer.
Je ne suis pas une star, un people, et je sais que mes propos ne sont lus que par peu de personnes, mais, si ce peu de personnes, le font savoir à d’autres et que ces autres le font savoir encore à d’autres et ainsi de suite, on arrivera à le faire savoir à beaucoup.
Je ne suis pas moraliste, je ne suis pas non plus contre tout, mais je ne peux supporter aujourd’hui ce que l’on nous annonce et ce que nous gouvernants font passer comme message.
Je reste persuadé que nous sommes très nombreux dans ce cas.
Ils ont été élu sur un programme, ils ne respectent cela, notre devoir, est de ne pas accepter, ce qui arrive aujourd’hui, ce n’est pas la FATALITE, c’est une volonté politique de certains.
Se taire, ne rien faire, c’est approuver. Se taire, ne rien faire, c’est être complice.
Je ne veux pas APPROUVER, ni être COMPLICE.

Des moments dans l’année nous appellerons à nous manifester, il faudra malgré nos difficultés y répondre, pensez déjà au 7 septembre, plus nous serons dans la rue, et plus nous aurons de poids pour renverser la vapeur.