Remerciement aux jeunes de Meurthe-et-Moselle qui ont fait du stand 54, un stand, où la fraternité et la bonne humeur n’a cessé d’exister tout au long de cette fête de l’Humanité 2011.

%%wppa%%
%%slide=8%%
%%size=580%%

Un remerciement tout particulier à Pierre VIRGILIO qui a réussi son pari, un pari pas facile à gagner. Pierre par ta persévérance, tu as fait du stand du 54, un stand où pendant trois jours, il a fait bon vivre, où la Fraternité était au rendez-vous, où la bonne humeur n’a cessé d’exister. Bravo à toi et à toute cette jeunesse  de Meurthe-et-Moselle qui a su redorer notre département, notre Fédération et notre Région.
Vivement l’année prochaine, car te connaissant, il faudra les pompiers pour éteindre l’incendie.
Bravo et encore BRAVO…..

Soyons les initiateurs du “UNIS, NOUS SOMMES + FORT”

Pendant la campagne des élections régionales, les communistes lorrains étaient divisés par une liste Socialo Communiste et une liste Front Lorrain de Gauche. Alors, qu’au niveau national, le PCF faisait cause commune avec le Front de Gauche.
Aujourd’hui, le PCF se réjouit de la réunion de travail du 09 juin 2010, avec le Front de Gauche, les communistes de Meurthe-et-Moselle en remettent une couche.
Lors de la dernière conférence départementale du samedi 12 juin, où pour des raisons professionnelles je n’ai pu m’y rendre, et après avoir entendu mes amis du pays haut, une nouvelle fois, les communistes de Meurthe-et-Moselle sont à contre-courant avec la direction nationale du parti communiste.
« Il est vrai que les communistes sont dans une position si forte, qu’ils peuvent encore se permettre de diviser pour mieux GAGNER. »
Mais que se passe-t-il dans la tête de ceux qui s’imaginent que seul, nous allons pouvoir encore être ce parti qui a été pendant des décennies, un parti reconnu et capable de faire bouger les choses ?
Certes, il ne s’agit pas, parce que notre « côte » a baissé, de faire du n’importe quoi, mais dans le même temps, il faut se rendre à l’évidence, seul nous ne sommes plus rien, il nous faut composer, et faire avec d’autres.
Pourquoi aurions-nous peur du Front de Gauche, alors que nous somme les initiateurs de ce mouvement ?
L’histoire, nous a prouvé avec force, que notre alliance avec le Parti Socialiste a été un fiasco, c’est cette coalition qui a fait que notre Parti est aujourd’hui si bas.
De plus, la majorité des communistes ne se retrouvent pas dans la politique mise en place, ou proposé par le PS.
Alors, pourquoi vouloir encore, et encore, faire alliance avec ceux qui nous ont laminés ?
Lors des dernières élections présidentielles, notre candidate (Marie George BUFFET), a atteint péniblement les 2 %. En 2012, si nous partons seul, nous aurons peut-être la chance d’atteindre les 0,5 %, c’est de ça que nous voulons ? Ou, faire en sorte, avec d’autres, de remettre notre pays sur les rails d’une politique de gauche, d’une vraie politique de gauche.
Personnellement je choisis sans hésiter le deuxième cas de figure.
Depuis samedi soir, des SMS et des MAILS fusent de tous les côtés, où insultes, mépris, font écho d’une conférence départementale mouvementée.
Camarades, l’heure n’est pas au déchirement, non, nous n’avons pas ce droit de nous déchirer, car les Françaises et les Français ont encore besoin de nous, ils attendent autre chose de notre Parti.
Ne sommes-nous pas des adultes, capables de réfléchir et de proposer d’une part, la possibilité d’un Parti fort avec d’autres, et d’autre part, une autre politique que celle que nous avons connu depuis plus de 30 ans ?
Avant d’évincer au nom d’une « certaine économie » pour la Fédération des jeunes plein de courage, évinçons ceux qui souhaitent le retour du centralisme démocratique. En effet, ce n’est pas en revenant en arrière que nous allons avancer.
Pour ma part, si je suis encore au Parti Communiste, c’est parce que j’ai toujours eu cette intuition que nous étions les seuls à pouvoir régler les problèmes de fonds. Aujourd’hui force est de constater, que non seulement, seul nous ne pesons et ferons rien, bien au contraire, SEUL, nous disparaitrons du paysage politique de notre pays.
Pourquoi avoir peur des autres ? Peur de perdre un certain pouvoir ? Peur de perdre des postes ?
Nous savons que nous avons l’outil, alors faisons en sorte que cet outil serve à refaire du Parti Communiste un parti FORT, un parti, qui aura su avec d’autres, mettre en place une politique réellement à gauche, c’est possible, alors il n’y a plus d’hésitations à avoir.
Camarade, parfois, la raison doit être plus forte que le ressenti, croyez-moi, je sais de quoi je parle. Aujourd’hui, la raison est de tout faire pour rendre à notre Parti ses noblesses d’autre fois, de faire de notre Parti, un Parti fort, qui soit écouté et reconnu. N’est-ce pas ce que le premier texte mis en débat lors de ce congrès dit d’étape propose ?
Ne soyons pas complexés, rassemblons autour de nous et peut importe que ce soit sous le sigle PCF ou Front de Gauche, le principal, c’est de faire ENSEMBLE basculer la droite vers une réelle politique de GAUCHE. Le principal, c’est que nous soyons les initiateurs de ce rassemblement. Le principal, c’est que nous soyons présents.
Je préfère entendre un jour dire, que les communistes ont participé au changement, que d’entendre dire un jour, les communistes ont participé à mettre en place une politique sociale-démocrate.
« Soyons nous-même », ne veut pas dire camper sur des aprioris, mais démontrer que nous voulons réellement une politique ancré à gauche, et que cette politique peut passer, si nous faisons avec d’autres.

août 2018
L M M J V S D
« Juil    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Traduire

%d blogueurs aiment cette page :