6 min pour se remémorer les événements qui ont marqué 2010…

C’était hier encore cette année, mais les événements bouleversants se sont succédés à telle allure que nos souvenirs s’emmêlent. Le séisme en Haïti, la tempête Xynthia, l’éruption du volcan Eyjaflöll en Islande, les rebonds de l’affaire Bettencourt, la réforme des retraites, le scandale Wikileaks, le gouvernement remanié et la neige en automne… Qui se souvient que tous ces événements nous ont ému l’année dernière ?
Une année 2010 riche en faits d’actualité émouvants au cours d’un montage vidéo de moins de 6 minutes d’images d’archives, qui nous permet de synthétiser cette succession d’événements. Puisqu’un clou chasse l’autre en matière de presse et d’information, nos gouvernants ont beau jeu de surfer sur la vague, en se situant uniquement dans l’air du temps. Mais les blessures marquent les peuples qui n’ont pas de mémoire.

La Fifa accusée d’affamer les vendeurs de rue

Plusieurs voix se sont élevées pour défendre tous ces petits commerçants informels d'Afrique du Sud. La Fifa a obtenu qu’ils soient tenus à l’écart des stades de foot durant le Mondial.
La Fifa peut-elle expulser sans ménagement les petits vendeurs qui vivent habituellement du commerce lors des grands rassemblements en Afrique du Sud ?
Pour l'ancienne commissaire aux droits de l’Homme de l’ONU, Mary Robinson, pas question. "C’est une question de droits humains", selon elle.
Interrogée par le journal économique sud-africain Business Report, en marge d’un forum économique en Afrique du Sud, Mary Robinson se dit inquiète pour les dizaines de milliers de petits vendeurs qui ont perdu leur travail.
En cause: la Fifa (organisme qui pilote la Coupe du monde) qui a fait interdire les petits commerces informels dans un rayon de 1 km autour des stades de football. Parallèlement, la Fifa s’est réservée l’exclusivité de la vente de boissons, d'aliments et de produits dérivés.
Selon l’ONG Street Net, qui travaille avec des vendeurs de rue – très nombreux dans les pays en développement comme l’Afrique du Sud -"100.000 travailleurs informels auraient perdu leur gagne-pain pendant le Mondial". "Ils méritent une compensation", estime l'ONG.
La place des vendeurs de rue devra également être prise en compte pour la prochaine Coupe du monde qui aura lieu au Brésil.

Résultat en Lorraine et à Villerupt ….

LORRAINE : 73   Sièges à pouvoir ; Inscrits : 1666241 ;  Exprimés : 692338

Villerupt : L’UMP derrière Masseret et le Front lorrain de Gauche

Triste journée dans les sept bureaux de vote villeruptiens. Sur les tables, les piles de listes peinent à diminuer et les urnes à se remplir. À 15h, les votants atteignent péniblement les 22 %. Après un sursaut vers 17h, seules 2 075 des personnes inscrites se sont déplacées pour voter contre les 5 854 attendues, soit 35,45 %. Un chiffre nettement en baisse par rapport à 2004 où 50,64 % des votants s’étaient exprimés.

Ce n’est qu’à 18h, au moment du dépouillement, que les bureaux ont connu un peu de vie. À l’hôtel de ville (le bureau central de la commune), les grilles de résultats sont définitivement closes vers 19h30. Et c’est Jean-Pierre Masseret qui sort largement en tête avec 50,22 % des voix. En 2004, déjà, la tête de liste de la gauche avait écrasé le scrutin en réalisant un score de 51,53 %. Il devance le Front lorrain de gauche, emmené par Philippe Leclerq (12,48 %) et Laurent Hénart pour l’UMP (10,74 %). Jean-Luc André récolte, lui, seulement 1,59 % des voix. Échec, également d’Europe écologie qui réalise un score de 5,47 %. Quant au Front national mené par Thierry Gourlot, il perd deux points par rapport à 2004 et réalise 8,06 % des voix.

Villerupt : le sortant écrase le scrutin avec 50,22

Seulement 35,45 % de votants dans les bureaux de Villerupt, une déception par rapport à 2004 (50,64 %). Jean-Pierre Masseret récolte 50,22 % des voix (comme en 2004) contre 10,74 % pour la liste UMP, menée par Laurent Hénart. Le Front lorrain de gauche, emmené par Philippe Leclercq, et soutenu par le maire Alain Casoni, tire son épingle du jeu avec 12,48 % des voix. En 4e position, Thierry Gourlot (Front national), avec un score de 8,06 %, marque un recul de 2 points par rapport à 2004. Les listes Debout la Lorraine de Jean-Luc André (1,59 %) et Europe écologie de Daniel Béguin (5,47 %) chutent à Villerupt, contrairement aux prévisions. Au second tour, et compte tenu des chiffres, la gauche devrait encore creuser l’écart. Le Front lorrain de gauche pourrait d’ailleurs appeler à voter pour Masseret.

Régionales : une claque pour la droite

La droite subit un recul plus fort que prévu. L’abstention atteint un niveau record. La gauche enregistre une large avance. Le Front de gauche s’installe dans le paysage politique.

« Il faudra faire campagne sur mon bilan », avait enjoint Nicolas Sarkozy aux têtes de file UMP aux élections régionales, avant de battre prudemment en retraite lorsque le ciel des sondages s’est assombri. Reste que c’est bien un désaveu et une sanction que les électeurs ont signifiés lors de la dernière élection nationale du quinquennat. La droite rassemblée sous la bannière du parti présidentiel est surpassée par le PS et recueille nettement moins de 30 %. La sanction est lisible dans les votes exprimés mais elle l’est tout autant dans la hausse des abstentions, autour de 10 points supérieure aux élections de 2004. Une bonne partie de l’électorat de droite, notamment celui des milieux populaires à qui Nicolas Sarkozy avait fait miroiter des jours meilleurs, fait la grève des urnes. Il ne s’est pas encore rallié à une gauche qui ne présente pas d’alternative suffisamment solide à ses yeux, mais il ne soutient plus l’Élysée.

Là encore, le chef de l’État voit se démentir sèchement ses vantardises ou il s’attribuait le mérite d’avoir réconcilié le pays avec la politique, du fait de la bonne participation en 2007. Il est à craindre au contraire que le vendeur de mirages n’ait encore creusé le fossé entre les citoyens et le pouvoir. Que plus de la moitié des électeurs choisissent de ne pas se rendre aux urnes témoigne d’une véritable crise de confiance dans la démocratie. Mais comment pourrait-il en être autrement alors qu’avant même le scrutin François Fillon et Nicolas Sarkozy proclamaient leur intention de ne pas respecter la volonté des électeurs et de faire passer leurs contre-réformes en force ? Cette participation bien faible, si elle accuse la droite, interpelle aussi la gauche. La partie n’est pas jouée ; les salariés n’ont pas suffisamment confiance en ses projets pour se confier à elle ; ce n’est pas dans l’étalage des ambitions que l’opinion puisera des motifs de lui donner les clés du gouvernement.

Si le Parti socialiste réalise un bon score, qui le place presque à la hauteur de l’UMP, il lui faudra compter avec les autres forces de gauche pour l’emporter dans la plupart sinon toutes les régions. Encore faudra-t-il d’ailleurs que leurs électorats ne jugent pas la partie trop vite gagnée en délaissant les urnes le 21 mars. Mais c’est une tâche d’une bien plus grande ampleur qui est désormais demandée à la gauche. Dans ce cadre, le score du Front de gauche témoigne de la recherche d’une opposition combative qui conteste les choix du capitalisme. L’unité dont il témoigne a d’ailleurs été un atout… qui manque cruellement au NPA d’Olivier Besancenot, sèchement renvoyé sous la barre des 5 %. Europe Écologie reste à un niveau élevé mais inférieur à ses ambitions. Si le Modem et l’opération qui visait à injecter de la droite au cœur de la gauche ont du plomb dans l’aile, le Front national reste, hélas, à un niveau bien trop élevé. Il faut dire qu’Éric Besson et le nauséabond débat sur l’identité nationale l’ont aidé à rebondir. Il pourra se maintenir dans plusieurs régions. Le président ne peut donc même pas se targuer de réduire à la portion congrue la droite extrême. Le recaler dimanche prochain dans toutes les régions est donc le choix de la raison. La sanction à l’égard de Nicolas Sarkozy est lisible dans les votes exprimés mais elle l’est tout autant dans la hausse des abstentions.

octobre 2018
L M M J V S D
« Juil    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Traduire

%d blogueurs aiment cette page :