Le billet du jour : Entrons en résistance, il nous faut sauver notre France, cette France belle et rebelle !

muguet

MOI_pC’est le 1er mai et c’est la fête du Travail, aujourd’hui le monde du travail à ce droit de mettre les pieds en éventail.
C’est le 1er mai et la coutume veut que l’on offre un brin de muguet.
Monsieur « muguet », celui qui le 1er mai fait toujours plaisir de rencontrer et cela chaque année.
Monsieur « muguet » ce quelqu’un qu’il ne faut surtout pas manquer.
Eh oui ! Le 1er mai jour où on étale ce que nous avons revendiqué, syndiqué ou pas, dans les défilés, avec un brin de muguet accroché à la boutonnière nous parlons de nos difficultés.
Ce 1er mai est un moment important, cela va faire une année que nous sommes présidés par un soi disant homme de gauche, et pourtant, rien a changé.
Ce 1er mai qui appelle tous les syndiqués à marcher pour épurer, crier ce qui est revendiqué, critiquer ce qui est envisagé.
Mais le 1er mai est aussi un jour où les ouvriers sont rassemblés, et ces jours sont exceptionnels, pourtant, rassemblé nous pouvons toujours faire basculer.
Oh toi monsieur le « muguet » ! Oui toi ! Celui qui est chargé de porter bonheur et prospérité au monde ouvrier, fait que ce 1er mai soit celui d’un avenir meilleur, d’un avenir plein de dignité.
Brin de muguet accompagné par cette fleur couleur de sang qui accroché à mon cœur me donne cet aspect de révolté, d’indigné, appelle mes sœurs et mes frères pleins de colère à vouloir résister et ne rien lâcher.
Monsieur « muguet », en ce 1er mai, donne force et courage au monde du travail, car aujourd’hui force est de constater qu’il nous faut être conscient que de rentrer en résistance dans notre France cette France belle et rebelle est devenu une grande importance.

http://youtu.be/1DzyYWbJdn0

Le billet du jour : Bon 1er MAI 2012. RESTONS CONSCIENT, ENTRONS EN RESISTANCE……

Voilà de nouveau le 1er Mai, un 1er Mai qui a toute son importance dans l’histoire de notre France.
Un 1er Mai de lutte, un 1er Mai que nous n’oublierons peut être jamais.
Il est de coutume de se retrouver pour défiler, syndiqué ou pas, c’est derrière les syndicats que nous défilons pour rappeler nos revendications.
Fête du travail, un jour férié, un jour de fête, un jour de propos, un jour de rassemblement, un jour où toutes et tous ensemble, nous exigeons d’être entendu.
Le 1er Mai est aussi la fête du muguet, chacun offre à celles et ceux qu’il aime un brin de muguet. Petites clochettes blanches qui sentent bon entourées de feuilles vertes, petit bouquet ou pas, mais qui fait énormément plaisir. Ce muguet est devenu avec les années, quelqu’un que nous avons toujours plaisir à rencontrer en ce 1er Mai, quelqu’un qui compte, quelqu’un qui ne faut pas manquer.
Mon ami(e), mon camarade, ma sœur, mon frère de combat, t’offrir un brin de muguet qu’il soit virtuel ou réel est un réel bonheur, ne dit-on pas que ces petites clochettes portent bonheur ?
Alors reçoit ce brin, ce bouquet pour qu’il te donne chance tout au long de cette année qui s’annonce dans les difficultés.
Chaque année qui passe, tu es attendu oh toi le brin d’muguet, attendu comme un messie, toi qui fais partie de la panoplie du révolutionnaire, et cette année tu auras encore plus d’importance, car dans ma France, on rêve d’une révolution citoyenne.
Avec toi, j’accroche à mon cœur un morceau de chiffon rouge, fait de tes amis(es), tes compagnons de colère et de combat, des femmes et des hommes qui ne souhaitent que vivre dans la dignité.
Brin d’muguet, tu es quelqu’un !
Et si j’écris ces mots un 30 avril, c’est que pour moi demain est la fête du travail, et comme je tiens aux coutumes, au rendez-vous, demain, je n’écrirais pas.
Je serais dans les défilés avec les syndiqués pour revendiquer.
Je serais dans les défilés, en espérant que cette société va changer.
Je serais dans les défilés, pour crier que je ne veux que garder ma dignité.

Le premier MAI, journée de lutte, revêtira cette année un caractère tout à fait exceptionnel.

► Pour Villerupt :
Rendez-vous 10 heures devant l'Hötel de Ville

► Pour Longwy Longuyon
il se déroulera place DARCHE à Longwy haut.
A 11 h Meeting CGT  CFDT FSU
Ensuite 1er mai  festif. Restauration, stands d’associations.
A partir de 14 h concert gratuits.
Appel à donner un coup de main à monter les stands à partir de 6 h.    et tenue des stands
Popularisation:
Des tracts et affichettes qu’on peut mettre sur
les panneaux syndicaux sont à ta disposition à l’Union Locale

Le « vrai » travail ?

Le « vrai » travail ? Celui des 600 accidents mortels, des 4500 mutilés du travail par an ? Celui des droits violés, des licenciements sans motif et des heures supp’ impayées ?
Le « vrai » travail ?  Celui des maladies professionnelles, amiante, TMS, surdité, cancers, qui augmentent, sont sous-déclarées, sous réparées.
Le « vrai » travail ? 150 000 accidents cardiaques et 100 000 accidents vasculaires par an dont entre 1/3 et 50 % liés au travail…
Le « vrai » travail ? Ce jeune ascensoriste de 26 ans écrasé par l’engin qu’il réparait, à cause de la compétition sauvage « libre et non faussée » entre OTIS et KONE
Le « vrai » travail ? Et les milliers d’ouvriers désamianteurs que Sarkozy laisse en ce moment mourir sans protection par refus d’un moratoire ?
Le « vrai » travail ? Celui de l’ouvrier de 55 ans devant son marteau piqueur ? De l’instituteur de 62 ans pour sa 41ème rentrée devant sa classe d’enfants ? De l’infirmière qui soigne encore à 65 ans ? De ceux pour lesquels le travail est devenu si pénible depuis le report de l’âge de la retraite ?
Le « vrai » travail ? Celui des mini-jobs, des stages, des emplois saisonniers atypiques, des 3 X 8, des 4 X 8, des intérims et CDD répétés ?
Le « vrai » travail ? Celui des millions de précaires ? « La vie, la santé, l’amour sont précaires…  pourquoi le travail ne le serait-il pas ? » (Parisot/Sarkozy)
Le « vrai » travail ? Celui des millions de travailleurs pauvres mal logés qui n’arrivent pas à vivre avec leurs salaires ?
Le « vrai » travail ? Celui du milliard d’heures supplémentaires non déclarées, non majorées, non payées attribuées à ceux qui ont un boulot au détriment de ceux qui n’en ont pas ?
Le « vrai » travail ? Celui des femmes qui gagnent 27 % de moins que les hommes ?
Le « vrai »  travail ? Celui des jeunes à 25 % au chômage et à 80 % en CDD ?
Le « vrai » travail ? Celui des Travailleurs Handicapés exclus du dispositif retraite anticipée et pour lesquels les patrons paient plutôt que de les embaucher
Le « vrai » travail ? Celui des immigrés, forcés à bosser sans droits et sans papiers par des esclavagistes et marchands de sommeil bien franchouillards ?
Le « vrai » travail  ? Celui des seniors licenciés, 2 sur 3 à partir de 55 ans et qui ne peuvent cotiser que 35 annuités alors que 42 sont exigés dorénavant pour une retraite décente ?
Le « vrai » travail ? Celui du partage féroce et forcé du temps de travail entre sur-travail sous-travail et sans-travail, avec des milliards d’heures supplémentaires, trois millions de temps partiels à 60 % subi, trois millions de précaires, cinq millions de chômeurs ?
Le « vrai » travail ? Celui des restaurateurs dont 1 sur 4 utilisent des clandestins, non déclarés dans le fond de leur cuisine ?
Le « vrai » travail ?  Celui  d’exploitants agricoles qui tuent des inspecteurs du travail pour pouvoir abuser d’immigrés clandestins ?
Le « vrai » travail ? Celui des beaufs des cadres casques oranges de chez Bouygues, des contremaitres qui appellent leurs manœuvres de la « viande » ?
Le « vrai » travail ? Celui qui ne fait jamais grève, qu’on ne voit jamais manifester, qui n’est pas syndiqué, qui piétine son collègue ?
Le « vrai » travail contre le droit du travail ?  Le pauvre exploité apeuré qui sue, souffre  et se tait, la dinde qui vote pour Noël !
Le « vrai » travail.. « sans statut » ? « La liberté de penser s’arrête là où commence le Code du travail » selon Mme Parisot et… M. Sarkozy
Le « vrai » travail… sans loi ?  Celui sans état de droit dans les entreprises, sans protection des contrats, sans promotion dans les carrières, sans garantie de l’emploi ?
Le « vrai » travail ? Celui des conventions collectives, vieillies, foulées aux pieds par un patronat qui ne les négocient plus ?
Le « vrai » travail sans syndicat ? Sans syndicat il n’y aurait rien, pas de Smic, pas de durée légale, pas de congés payés, pas de sécurité sociale, pas de code du travail
Le « vrai » travail  ?  Sans CHSCT, sans hygiène sécurité, sans médecine du travail renforcée et indépendante ?
Le « vrai » travail ? Celui sans délégué du personnel, sans comité d’entreprise, sans CHSCT, sans institution représentative du personnel ?
Le « vrai » travail ? à France Télécoms, des dizaines de suicides, faute inexcusable du patron de combat qui licencie, stresse, harcèle, casse.
Le « vrai » travail ? Parlons en ! Stress, risques psychosociaux, harcèlement, souffrances, suicides, chantage à l’emploi, management de combat ?
Le « vrai » travail ? Celui sans justice qui remet en cause les élections prud’hommes et taxe de 35 euros ceux qui sont obligés de les saisir pour faire valoir leurs droits
Le « vrai » travail ? Les travaux les plus durs sont les plus mal payés, bâtiment, restauration, nettoyage, transports, entretien, industries
Le « vrai » travail ? Qu’est ce qu’il y connaît ? Dans le bâtiment, 1,1 million bossent surexploités, maltraités, mal payés, accidentés, et meurent sans retraite.
Le « vrai » travail ? Celui des 900 000 foutus dehors par « rupture conventionnelle » de gré à gré sans motif et sans mesure sociale ?
Le « vrai » travail ?  Celui soumis au chantage à l’emploi, aux licenciements sans cause réelle et sérieuse, abusif, boursiers et incontrôlés ?
Le « vrai » travail ? Celui soumis à la spéculation de la finance, des fonds de pension cyniques et rapaces, celui des Molex, de Sea France, de Gandrange et Florange, de Continental, Freescale, de Lejaby, de Pétroplus, ou des Fonderies du Poitou, de toutes celles et ceux qui ont du se battre pour le garder ?
Le «vrai» travail ? Celui des auto-entrepreneurs, un million en théorie, la moitié en réalité, qui se font exploiter comme faux salariés, à bas prix et sans protection sociale ?
Le « vrai» travail ?  Celui des fausses externalisations, de la fausse sous-traitance, du marchandage, du prêt illicite de main d’oeuvre, des marchés truqués  ?
Le «vrai” travail ? Celui qui bosse dur pour survivre misérablement ou celui qui exploite dur les autres pour vivre dans des palais dorés, avec des millions aux Iles Caïman ?
Le « vrai » travail ? Celui des actionnaires, des rentiers, des riches, des banksters du Fouquet’s qui gagnent 600 SMIC par an en dormant ?
Le « vrai » travail ? Celui de Maurice Levy patron qui se ramasse 16 millions d’euros d’argent de stocks option de poche pillés sur les richesses produites par les salariés.
Le « vrai » travail ? Qu’est ce qu’il y connaît ce cul doré de Sarkozy ? N’a jamais passé la serpillière dans une cantine ni poussé un chariot.

Le billet du jour : Aujourd’hui 1er MAI offrez votre muguet et portez un morceau de chiffon rouge !

Brin d'muguet, tu es quelqu'un a dit le poète.
Tout le monde est quelqu’un, tout le monde a quelque chose que n’a pas l’autre, chaque femme et chaque homme sont uniques, avec ses défauts et ses qualités.
Vouloir croire que nous sommes la ou le meilleur nous perdra un jour, vouloir dire que l’autre est nul, ou incompétent, ou encore ne faisant pas l’affaire comme diraient certains, ne se justifie en rien, surtout que critiquer c’est facile quand on ne connaît pas l’autre.
Car pour connaître, il faut vivre avec l’autre, dans le cas contraire, on ne connaît que ce que l’on entend ou voit.
Entendre : on en entend des choses sur l’autre, pas toujours vrai car pas toujours dit avec objectivité, et tout dépend de celle ou celui qui dit.
Voir : souvent, on voit ce que l’on veut, ce qui nous arrange de voir de l’autre, mais on ne voit pas tout.
Et puis il y a celles et ceux qui s’imaginent être supérieur à l’autre, pourquoi supérieur ?
On est supérieur dans la hiérarchie, dans l’entreprise ou dans quelconque structure, mais dans la vie, dans la vie courante, personne n’est supérieur, chaque femme, chaque homme a sa spécificité des choses de la vie.
Chaque femme, chaque homme méritent d’être connu.
Brin d’muguet, tu es quelqu’un, et toi qui lit ces mots, tu es quelqu’un aussi, et peut être que toi aussi tu apporte bonheur et envie à celles et ceux que tu accompagnent dans la vie.
Peut-être que toi aussi, on t’attend comme on attend le brin de muguet du 1er MAI.
Cela, tu ne le sauras pas, parce que jamais personne ne te le dira, et si elle ou il ne te le dit pas, c’est parce qu’elle ou il a peur de te donner trop d’importance.
Et pourtant, entendre certains mots, peut te donner cette envie de continuer, de poursuivre ce que tu fais, alors que le silence ne fait que te poser des questions sur toi-même.
Brin d’muguet, tu es quelqu’un, mais pour moi tu es quelqu’un que si tu es accompagné par une fleur couleur de sang.
Et toi, elle ou il, accroche à ton cœur un morceau de chiffon rouge, fait de tes amis(es) tes compagnons de colère et de combat, car la vie n’est qu’un combat, le combat de se faire respecter et de vivre dignement.
Brin d’muguet, tu es quelqu’un, elle, ou il aussi, et moi aussi.

Villerupt : Dimanche 1er MAI – Rendez-vous à 10 Heures devant l’Hôtel de Ville

Le 1er mai 2011, Solidarité internationale et progrès social
Texte commun

CFDT – CGT – FSU – Solidaires – UNSA

Continuer la lecture de « Villerupt : Dimanche 1er MAI – Rendez-vous à 10 Heures devant l’Hôtel de Ville »

Dimanche 1er mai 2011 : mobilisons-nous et participons aux manifestations unitaires

Le 1er mai 2011, Solidarité internationale et progrès social : Texte commun CFDT – CGT – FSU – Solidaires – UNSA
Le 1er mai, journée de solidarité internationale du monde du travail, prend un relief particulier dans un monde marqué par des évolutions majeures.
Les organisations CFDT – CGT – FSU – Solidaires – UNSA expriment leur soutien aux peuples des pays arabes qui se soulèvent pour la dignité et la liberté. Partout dans le monde, cette onde de choc salutaire bouscule les dictatures et porte un message d’espoir de liberté, de démocratie et de progrès social.
Elles font aussi du 1er mai une journée de solidarité européenne en dénonçant les politiques d’austérité imposées par les Etats membres de l’Union et les Institutions européennes pour « assainir » les dépenses publiques. Les salarié(e)s ne doivent pas payer le coût d’une crise dont ils ne sont pas responsables.
En France, le 1er mai 2011 se déroule dans un contexte de crise économique et sociale qui creuse les inégalités et mine la cohésion sociale, un contexte de tension sociale toujours forte liée aux préoccupations des salariés en matière d’emploi, de salaires et de conditions de travail qui se sont exprimées fortement dans les mobilisations de 2009 et 2010 face à la crise et à la réforme des retraites.
Partout participons aux manifestations unitaires pour :

Continuer la lecture de « Dimanche 1er mai 2011 : mobilisons-nous et participons aux manifestations unitaires »

1er tour de chauffe de la mobilisation sur les retraites

Les manifestations du 1er Mai ont rassemblé 350 000 personnes dans toute la France.
Pour les syndicats qui se retrouvent le 6 mai pour décider d’autres rendez-vous, il s’agit d’une « base de mobilisation importante »

Comme les autres responsables syndicaux, Laurent Berger, secrétaire confédéral de la CFDT, apprécie lucidement la mobilisation de ce 1er Mai 2010. « On est bien en dessous de l’an dernier ou du 23 mars, mais plus haut que les 1er Mai traditionnels. Le gouvernement aurait tort de ne pas tenir compte de ce qui s’exprime aujourd’hui. » Les syndicats ont recensé samedi 350 000 manifestants dans près de 300 défilés et rassemblements organisés àtravers tout le pays. Un nombre « honorable » selon Bernard Thibault, le secrétaire général de la CGT. « Une base de mobilisation importante » pour son homologue de la CFDT, François Chérèque. 45 000 à Paris, de 15 000 à 20 000 à Bordeaux, 15 000 à Marseille, 8 500 àLyon, 7 000 à Rouen et à Rennes, 6 000 à Toulouse, 5 000 à Grenoble, à Nantes et à Montpellier, 4 000 à Caen… Les défilés étaient en effet loin d’être négligeables. « On aurait tort de penser que si les mobilisations sont moins fortes que l’an dernier, cela vaudrait acquiescement de la politique gouvernementale » assure Bernadette Groison, secrétaire générale de la FSU. Continuer la lecture de « 1er tour de chauffe de la mobilisation sur les retraites »

Sondage 70 % des Français soutiennent les manifs du 1er Mai

Samedi, près de 300 manifestations organisées par la CGT, la CFDT, la FSU, Solidaires et l’Unsa, pour l’emploi, les salaires et la garantie des retraites. La première occasion de se faire entendre sur la réforme des retraites.
C’est sans appel ! Notre sondage réalisé par l’institut CSA le montre : à 70 %, les Français soutiennent ou expriment de la sympathie pour les manifestations unitaires du 1er mai organisées par la CGT, la CFDT, la FSU, Solidaires et l’Unsa, sur l’emploi, les salaires et les retraites. Ce résultat dépasse les chiffres atteints le 23 mars (65 %) et lors des grandes manifestations de 2009 (69 % le 29 janvier, 62 % le 19 mars). On flirte même avec les records de soutien et de sympathie enregistrés lors du mouvement des lycéens d’avril 2008 (73 %) !

Continuer la lecture de « Sondage 70 % des Français soutiennent les manifs du 1er Mai »

Le 1er mai ce n’est pas un jour comme un autre, c’est un grand jour de rassemblement. VILLERUPT : MOBILISATION CITOYENNE – 1er MAI 2010 ‐ RASSEMBLEMENT A 10 HEURES. HÔTEL DE VILLE

Pour :
Tous les travailleurs de toutes les classes sociales confondues – car elles sont toutes touchées – ,
Les chômeurs qui ne retrouvent pas de travail ou qui doivent se contenter de "miettes" qui ne leur permettent même pas de subsister, qui risquent souvent leur vie pour des livraisons, sur des motos de quatre sous, pour 6,93 € smic horaire net,
Des retraités qui ne peuvent pas même se nourrir aujourd'hui et qui ont pourtant passé leur vie à travailler,
Une réforme des retraites qui veut repousser l'âge du départ plutôt que d’assurer la succession par un demandeur d’emploi qui attend qu’on veuille de lui.
Travailler plus et plus longtemps pour gagner plus ? Pour vivre mieux ?
Non pour payer tout en plus et en ayant toujours moins :

  • Les impôts (en supprimant par exemple les ½ part des divorcés ou personne seule de manière à payer comme un célibataire (peut-être pour rembourser les cadeaux fiscaux !),
  • Les surloyers appliqués en dépit du bon sens. La loi dite Molle (Mme Boutin) sur ces surloyers qui consistaient à l’origine à lutter contre la sous-occupation des logements et qui dans son application fait en sorte qu’elle n’en tient pas compte pour taxer un maximum de locataires du parc HLM qui ne pourraient pas de toute façon se loger dans le parc privé.
  • Des surloyers de solidarité dont on se demande encore à qui ça profite puisque cela n’incite de toute évidence pas à la construction des logements sociaux pour des personnes qui ne trouvent pas de logement dont les situations sont dramatiques,
  •  Et que dire des travailleurs qui vivent dans la rue ( et il y en a croyez moi) ou qui trouvent, quand ils ont de la chance, à se faire héberger par-ci, par-là,

Un pouvoir d'achat inflationniste : tout qui augmente sauf les salaires de celles et ceux qui en auraient pourtant le plus besoin,
Des d'entreprises qui préfèrent délocaliser ou externaliser le travail pour le sous-payer et augmenter leurs profits,
Des patrons qui partent avec des stocks options pendant que leur entreprise est en surendettement et qu’elle demande à ses salariés de faire des efforts et de se serrer la ceinture,
Des salariés qui sont harcelés et poussés au suicide dans des Entreprises,
Du personnel hospitalier, éducatif en sous-nombre, qui ne peuvent plus ni répondre aux attentes de soins ni remplir dans de bonne conditions leurs enseignements,
La Presse lourdement touchée qui représente pourtant un lien indéfectible de l’information et de la liberté de pensée universelle,
La suite est longue, forcément j’en oublie, quoi qu’il en soit n’oubliez pas que ce jour du 1er mai
C’est le nôtre à toutes et tous qui voulons vivre décemment et aspirons à un avenir meilleur pour nos enfants et nous-mêmes,
Continuons la lutte de celles et ceux qui nous ont précédés, soyons une force vivre et rassemblons-nous, que ce 1er MAI soit un immense exemple d'unité pacifique dans nos revendications.