Austérité : manifestation à Lisbonne

Des centaines de jeunes ont manifesté ce soir à Lisbonne contre les mesures d'austérité annoncées par le gouvernement socialiste pour assainir ses finances publiques, a-t-on appris de source syndicale.
Les manifestants ont défilé jusqu'au parlement portugais à l'appel du syndicat de gauche CGTP qui n'a pas communiqué d'estimation sur le nombre de participants. "Des millions de travailleurs réclament la stabilité, des hausses réelles de salaires et un avenir", a déclaré Valter Loios de Interjovem, la section jeunesse de la CGTP, à la radio privée TSF. "Les jeunes sont les plus touchés par la précarité, le chômage et les bas salaires. Leurs droits individuels sont systématiquement touchés", a déclaré de son côté le leader du Parti communiste Jeronimo de Sousa.

Le parlement portugais a voté jeudi une résolution de soutien aux objectifs de redressement budgétaire fixés par le gouvernement socialiste afin de rééquilibrer les comptes publics, fortement déficitaires, d'ici 2013.
Le programme du gouvernement, exposé dans le Programme de stabilité et croissance, s'appuie notamment sur une réduction drastique de la dépense publique avec un gel des salaires des fonctionnaires pendant quatre ans et une diminution des aides sociales.

Bruxelles persiste et saigne

Les chefs d’État et de gouvernement de la zone euro ont esquissé jeudi soir leur plan pour la Grèce. Ils s’en remettent aux marchés pour financer la dette d’Athènes. Décryptage.

Au sortir du Conseil européen, la Grèce reste dans la position de Prométhée. Enchaîné sur le mont Caucase, un aigle venait chaque jour lui manger le foie qui repoussait indéfiniment. Les 16 membres de la zone euro ont décidé jeudi soir de laisser Athènes en proie aux vautours de la finance. L’accord se félicite des mesures d’austérité grecques. Il s’en remet au marché pour financer la dette d’Athènes mais prévoit un « mécanisme » si le « financement de marché est insuffisant ». Les Vingt-Sept se saisissent de l’occasion pour transformer le Conseil européen en gouvernement économique, en fait en gendarme financier.

Nous reproduisons certains extraits de la déclaration des chefs d’État et de gouvernement de la zone euro et les commentons.

Continuer la lecture de « Bruxelles persiste et saigne »