Prix


Energie: des mesurettes pour limiter la flambée des tarifs

Le gouvernement tente de faire bonne figure face à la flambée des prix des énergies. Après s'être abstenu d'aller contre les hausses de l'essence et du gaz coup sur coup, il comptait dimanche, par la voix d'Eric Besson, de se rapprocher des consommateurs, ces électeurs en 2012. Le ministre de l'Energie a donc expliqué sur RadioJ vouloir revoir le mode de calcul des prix du gaz pour empêcher une nouvelle hausse au 1er juillet et, parallèlement, "mettre à contribution" les pétroliers pour juguler la flambée des prix des carburants.
"L'objectif du gouvernement est très clair: il est, dans un contexte de montée des prix de l'énergie au niveau international, de protéger le pouvoir d'achat des Français", a déclaré sans rire Eric Besson, alors que les tarifs du gaz ont augmenté en France de plus de 20% sur un an, et de plus de 60% depuis 2005.Le ministre de l'énergie a beau jeu de rappeler que ce n'est plus le gouvernement qui décide directement de l'augmentation des tarifs du gaz. Mais par un mécanisme mis en place par ses soins, c'est le groupe d'énergie GDF Suez, détenu à 35% par l'Etat, qui propose les tarifs depuis début 2010. La Commission de régulation de l'énergie (CRE) vérifie ensuite que les prix sont conformes à la formule de calcul. Mais le gouvernement peut "demander" à GDF Suez de ne pas appliquer la hausse.
Eric Besson annonce donc qu'il souhaitait un nouveau mode de calcul des tarifs du gaz "dans les semaines qui viennent", pour éviter une nouvelle hausse au 1er juillet dont le niveau de 7,5% serait "inacceptable" selon la formule actuelle. Il a dit avoir proposé au Premier ministre et au président de la République "de suspendre la formule actuelle et d'en adopter une nouvelle dans les semaines qui viennent", précisant que Matignon et l'Elysée devraient arbitrer "dans les jours qui viennent". L'ojectif étant de déconnecter les tarifs du gaz des transactions sur le marché à court terme, donc très fluctuantes.
Pour les tarifs de l'essence, Eric Besson a vite évacué la création d'un "tarif social de l'essence". Il s'en remet à une "contribution les distributeurs pétroliers" pour atténuer l'impact de la flambée des prix, sans livrer plus de détail sur cette (demi) mesure. Les prix à la pompe ont été tirés vers le haut ces dernières semaines par les révoltes en Libye et au Moyen-Orient qui ont fait flambé les cours du pétrole brut. Courant mars, le super sans plomb 95 avait atteint un record historique de 1,5179 euro/litre.


NON A LA VIE CHÈRE… STOP AU RACKET ! Gaz, électricité, carburant, produits alimentaires…

Alors que les salaires et les retraites stagnent le gouvernement laisse flamber les prix pour augmenter ses recettes fiscales. Il a augmenté les tarifs du gaz de 15% et décidé d’une nouvelle hausse de 5% au 1er avril 2011. Cela fera 20% en deux ans. Entre le 15 août 2010 et le 1er janvier 2011, les tarifs de l’électricité ont été majorés au total de 7%. La presse annonce de nouvelles augmentations d’au moins 5% par an.
Cela représente un prélèvement très lourd sur notre pouvoir d’achat, 200 euros en moyenne pour les ménages se chauffant au gaz. Des millions d’entre nous sont contraints de se priver sur le chauffage. Ces augmentations plombent l’activité économique.
Cette ponction sur le monde du travail ne se justifie en rien en termes d’investissement et d’intérêt public.
EDF vient de rendre public un profit (avant provisions) de 4 milliards d’euros dont 2 vont être distribués aux actionnaires. GDF-Suez annonce un profit de 4,6 milliards d’euros dont 3,9 seront distribués en dividendes. Voilà où passe l’argent de nos factures depuis la privatisation! Le prétexte des cours mondiaux des prix du gaz ne tient pas non plus, ils baissent.
(suite…)


Lagarde et Lefebvre vous expliquent comment économiser le carburant 2

Je ne sais pas vous mais je ne suis pas très convaincu…
"Transparence, concurrence et contrôles" : voici les trois maîtres mots de Christine Lagarde dans le dossier de la flambée des prix du carburant.
La ministre de l'économie a visité, mercredi matin, une station-service, en compagnie du secrétaire d'Etat au commerce, Frédéric Lefebvre.
Ils en ont profité pour annoncer qu'ils n'entendaient pas baisser les taxes mais qu'ils demandaient à la direction générale de la consommation, de la concurrence et de la répression des fraudes de multiplier les contrôles pour éviter les abus.
Et puis ils ont prodigué leurs bons conseils…

60 % de taxes, ce n'est pas encore suffisant n'est-ce-pas ?


Gaz + 20% en un an, cours du gaz divisé par 3 (cherchez l’erreur)

Gaz + 20% en un an, cours du gaz divisé par 3 (cherchez l’erreur)

Alors que le cours du gaz a été divisé par 3, le prix du gaz a augmenté de 20% pour les consommateurs en un an. Ne vous inquiétez pas, l’inflation annuelle reste contrôlée entre 1 et 2 %. De qui se moque-t-on ?
Des obligations contractuelles dit-il !!!!!!!
en pleine crise !!!!!!!!!!!
A vous de juger
!


Energie: les prix vont flamber

Carburants, électricité, gaz : la flambée générale des prix de l'énergie, qui alourdit la facture des consommateurs, devrait se poursuivre dans les mois à venir, sur fond de tensions géopolitiques et des besoins de financement du parc nucléaire et des énergies renouvelables.
Les prix de l'énergie ont progressé de 13,7% depuis un an en France, a annoncé mercredi l'Institut national de la Statistique et des Etudes économiques, un renchérissement dû à la hausse des tarifs de l’électricité (plus 6,4%) et à l’augmentation des prix des produits pétroliers (plus 17%). Le prix du gazole, carburant préféré des Français avec 78% des ventes, a ainsi atteint la semaine dernière son plus haut niveau depuis le 5 septembre 2008. A 1,3089 euro en moyenne par litre, ce carburant affiche une hausse de 16,5% depuis un an.

(suite…)


La hausse des tarifs de l’électricité entre en vigueur

Plus 3% en moyenne : une telle augmentation n'avait pas été enregistrée depuis juillet 2003 en ce qui concerne les ménages. Et si on y ajoute l'augmentation des tarifs aux entreprises (+4% à +5,5%), il n'y a pas d'équivalent dans les années 2000.
Les tarifs réglementés de l'électricité vont augmenter à partir de dimanche, avec des hausses variables en fonction des clients et du type d'abonnement et qui vont tourner en moyenne autour de 3% pour les ménages.
Le ministère de l'Energie a justifié ce relèvement, annoncé vendredi dans un arrêté paru au Journal Officiel, par la nécessité pour le groupe public d'électricité EDF d'assurer "l’intégrité du système électrique français", alors qu'il s'est lancé depuis quelques années dans une relance de ses investissements en France.
L'augmentation sera différente selon les cas. Pour les 27,5 millions d'abonnés au "tarif bleu résidentiel", elle devrait atteindre 3% en moyenne. L’impact sur la facture sera compris entre -2% et +5,7% pour 9 clients sur 10, assure  EDF soit des hausses de facture ne dépassant pas 4 euros par mois (48 euros par an). Quelques "rares" consommateurs subiront toutefois une hausse de prix de 8%, reconnaît le ministère de l'Énergie.
Les professions libérales, les artisans, ainsi que les entreprises, sont également concernés, avec des hausses moyennes de 4% à 5,5% selon les catégories.


Lundi 15 mars, le ciel va s’assombrir pour beaucoup de familles

Le 15 mars, qui marque la fin de la trêve hivernale et le retour des expulsions, risques cette année d’être dramatique pour un nombre croissant de personnes. Avec la crise, la montée du chômage et les effets de la loi Boutin qui a réduit par trois les délais d’expulsion, davantage de locataires sont menacés , des niveaux historiques.
Lundi 15 mars l’huissier peut frapper à n’importe quel porte, locataire, accédant, occupant précaire…
La flambée des loyers, de l’immobilier, et les charges y compris en HLM, conjugués à la baisse, a rendu difficile voire impossible l’accès à un loyer stable pour les familles populaires, les salaries modestes, les jeunes, les précaires, les personnes vulnérables.
La cherté du logement réduit le pouvoir d’achat des ménages, voire les précaires. L’offre de logements abordable est très nettement insuffisante. Les formes d’habitat précaire se développent, les marchands sommeils s’enrichissent, la crise du logement s étend.
En 2010, le budget de l’état en faveur des logements sociaux est en baisse. Le gouvernement ne tient pas ses engagements. De nombreuses familles sont expulsées sur autorisation de certaines préfectures, alors qu’elles doivent les reloger en vertu de la loi DALO (droit au logement opposable de 2007) la Loi Boutin  a encore restreint les droits des locataires (entorse au droit au maintien dans les lieux), tandis que les nouvelles “conventions d’utilité sociale” organisent la marchandisation du parc HLM.
La nouvelle “garantie des risques locatifs” vantée par le gouvernement ne s”accompagne pas d’aucune mesure donc le fond du coeur du problème. Rien n est fait pour encadrer le marché, décourager la spéculation et la vacance des logements et faire reculer la crise du logement
Lundi 15 mars , le ciel sera noir, pour beaucoup d’êtres humains de ce pays, des femmes avec enfants, des handicapés, des jeunes, moins jeunes…


Envoyé Spécial : TV, hi-fi, électroménager…, le grand bluff – 18/02/10

ag_forresgump54

Téléviseurs, machines à laver, fours, caméscopes ou lecteurs DVD…, quand nos appareils tombent en panne, pourquoi est-il de plus en plus difficile de les faire réparer ? Devis payants et faux diagnostics, pièces rendues indisponibles, mauvaises réparations et dépannages hors de prix, et même des appareils dont la durée de vie est programmée…, tout nous incite à racheter de nouveaux produits. Dans les coulisses des leaders de la grande distribution, des distributeurs spécialisés et des fabricants, cette enquête de plusieurs mois dévoile des stratégies qui trompent trop souvent le client : de la “vente orientée”, aux techniciens des services après-vente qui enterrent un peu vite nos appareils en passant par les extensions de garantie très rentables mais fort peu utiles (1,5 % seulement des écrans plats tombent en panne entre 2 et 5 ans), voyage dans un monde où les consommateurs sont devenus des proies.

.

 

Pensez-vous vraiment que les grandes enseignes sont des philanthropes ?
Il n’y a pas de miracles, si c’est moins cher, c’est qu’il y a des raisons bien précises.
Je suis assembleur informatique, et quand je commande mon matériel chez mes fournisseurs, mes prix sont égaux aux prix de ventes pratiqués chez ces grandes enseignes, comment voulez-vous battre avec ce genre de concurrence ?
D’abord, je n’ai jamais de ristournes, et pour cause, je ne commande jamais en grande quantité. Pour le faire il faudrait que j’ai ce débit qu’ont les hypers et les supermarchés.
Ensuite, pour ne pas disparaître de la circulation, c’est du premier choix, je doute que ce soit la même chose dans ces grandes enseignes.
Enfin, quand on achète un ordinateur chez nous, celui-ci est livré, installé et nous prenons le temps d’expliquer à nos clients. De plus, le client a dans son carton toutes les documentations et CD d’installation. Ce n’est pas le cas chez les grandes enseignes.
Je connaissais un responsable d’un super marché qui un jour m’a montré sur un ordinateur la marge qu’il se faisait, 1 €, eh oui ! 1 €, il me faisait savoir que de toute façon le client allait forcément acheter autre chose, donc il rentrerait dans le profit qu’il s’était fixé.
Comment voulez-vous vendre un ordinateur au même prix que ces grandes surfaces lorsque vous savez qu’il faut une bonne journée pour le construire, le configurer et qu’il soit prêt à l’emploi ?
Il y a aussi le conseil, nous ne pouvons pas nous tromper, chez des gens comme nous, nous n’avons pas droit à l’erreur. Dans les grandes surfaces, un client de perdu, dix de retrouvé.
Entre bien servir son client, et faire que du profit, il y a beaucoup d’euros qui nous séparent.
Mais après, il y a le SAV, en général, nous réparons que les ordinateurs venant des grandes surfaces. C’est un service qu’ils ne savent pas faire et qu’ils ne veulent pas rendre. Et s’ils le font bonjour les prix.
Un exemple, quand vous achetez une imprimante dans un hyper ou supermarché, jamais on vous dira qu’il vous faut un câble pour relier celle-ci à votre ordinateur. Résultat, vous venez l’acheter dans le petit commerce de proximité qui est près de chez vous.
Chez nous, le câble est livré avec et compris dans le prix.
Nous sommes conscients que le prix est devenu la priorité surtout dans une période de crise. Mais dépensé 200 € de plus et garder son PC ou son électroménager plus longtemps avec un suivi c’est aussi faire preuve d’intelligence et des économies.
REGARDEZ CES IMAGES ! Parce que les profits, ne profitent jamais à celui qui achète. Par contre celui qui vend et qui dit vendre pas cher, lui, les profits c’est ce que cela veut dire.