Vous avez dit rigueur ?

En 2011 Sarkozy entend poursuivre sa politique de régression sociale et de cadeaux au capital.
Le 1er janvier a vu la hausse des assurances que ce soit pour l’habitation de 3,5 à 8% ou pour les véhicules de 2,5 à 4,5% malgré les cocoricos du pouvoir qui affirme la main sur le cœur que le nombre de tués sur les routes diminue pour la neuvième année consécutive.
La santé  n’est pas épargnée, les vignettes bleues sont ramenées à 30% de remboursement au lieu de 35% auparavant,  les pansements, les seringues etc… passeront de 65 à 60%, la consultation chez le généraliste passe de 22 à 23 euros, le forfait hospitalier passe de 91 à 120 euros en dessous duquel, il faudra acquitter le ticket modérateur de 20%. Rien n’est épargné non plus aux maladies de longue durée ou aux diabétiques, auxquels s’ajoute tout un tas de remises en cause.

Dans le même temps, la casse du service public se poursuit avec l’ouverture  du secteur postal européen à la concurrence.
A l’inverse, les cadeaux aux entreprises et au plus fortunés se poursuit. L’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) est ramené de 75 à 50%, mais  les rares stocks options que pourraient percevoir les salariés verront la CSG applicable passer de 2,5 à 8%. Sans parler de la suppression des trois déclarations d’impôts lors du mariage ou d’un PACS.
Mais cela ne leur suffit pas, ils entendent bien poursuivre la casse des aspects sociaux, comme par exemple, la retraite dont ils envisagent de faire  disparaître le régime de répartition au profit d’un système par point. Nous en connaissons la nocivité avec nos retraites complémentaires qui fonctionnent déjà avec ce schéma.
Chacun aura également entendu la pseudo polémique, initiée par Manuel Valls, éminence grise du PS et Maire d’Evry concernant les 35 heures.
Bien entendu, l’UMP ne pourrait rêver mieux.  Car, parler des 35 heures, c’est tromper son monde . Comme on peut le voir, à un an de la présidentielle chacun réaffirme son projet. Pour le PS et ses alliés, la baisse du coût du travail reste et restera l’objectif principal. Pas de doute, le capital peut dormir sur ses deux oreilles.
D’ici là, il reste les luttes qui chaque jour se déclarent dans les entreprises. Bien entendu, les média se taisent, la peur de la contagion sans doute.
Bernard Thibaut  a refusé d’aller à la cérémonie des vœux de Sarkozy. Bien mais cela ne le dispense pas de réfléchir à une question autrement importante : alors que la mobilisation prenait de l’ampleur chaque jour, pourquoi les confédérations, à commencer par la CGT n’ont pas jugé utile de lancer un mot d’ordre d’action interprofessionnel !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :