Réunion du Groupe d’action Villeruptiens (ennes) Insoumis (es) du vendredi 29 Juin 2018. LE COMPTE RENDU…

Vouloir changer le monde, modifier ces mentalités égoïstes, lutter contre « se laisser aller » au gré de ce que l’on nous impose tous les jours et sur tous les sujets est-ce vraiment des sujets qui intéressent nos compatriotes ?
La question est posée… La ou les réponses ne sont pas évidentes.

Pour autant, faut-il ne plus rien faire dans ce domaine ?
Faut-il laisser faire et se contenter de ces attitudes qui effacent notre rôle de citoyen ?
Nous ne le pensons pas, c’est tout le contraire qui nous anime.
En effet, ce n’est pas parce qu’une majorité n’est pas intéressée par les sujets qui nous touchent, qui nous préoccupent et qui nous sont régulièrement imposés qu’il faut baisser les bras.
Il faut continuer à EXPLIQUER, à INFORMER en espérant bien évidemment un changement clair dans les mentalités.
Notre rôle est de tout mettre en œuvre pour mettre en place partout où il est possible une éducation populaire, pour prévenir avec les moyens qui sont nôtres. Être sans cesse sur la brèche pour faire comprendre que si nous laissons faire, nous finirons par le regretter amèrement.
Parce qu’un jour, par la force des choses, quand nos concitoyens seront encore plus mis devant le fait accompli, face à ce mur, ils RÉAGIRONT, ils AGIRONT, ils n’auront plus le choix, car dans le cas inverse la DÉMOCRATIE déjà bien mise à mal, n’existera plus. Elle ne sera plus qu’un souvenir.
Notre DIGNITÉ D’ÊTRE HUMAIN déjà entamée par la volonté de ces responsables qui ne pensent qu’à faire disparaitre tout ce que nous avons acquis par nos luttes, à faire plaisir aux plus riches le sera encore plus, et QUE SERONS-NOUS ? QUE DEVIENDRONS-NOUS ?

Ne rien dire, laissez faire, c’est se rendre COMPLICE, nous ne le sommes pas, nous ne le serons jamais. C’est dans nos gênes. Nos convictions, nos valeurs nous l’interdisent.
Il y a encore un peu de pain dans la corbeille, mais les dirigeants de ce monde impitoyable, nos dirigeants, dessinent un monde où le pain se fera rare, et c’est dommage d’attendre ce moment pour AGIR et RÉAGIR.

Aussi, vendredi soir, ce 29 juin 2018, le « Groupe d’action Villeruptiens (nes) Insoumis (es) » a convié à une réunion publique, la population de Villerupt et alentour sur les thèmes de l’eau et des compteurs Linky.

SUR L’EAU D’ABORD, nous avons dénoncé le choix de notre municipalité à vouloir reconduire pour 10 ans le contrat qui la lie avec le privé au sujet du service des eaux. En fait ce choix a été réalisé sans concertation avec nos concitoyens, seuls les élus ont eu ce privilège du choix.
Oui ! Avec cet avantage, car c’est un privilège de pouvoir choisir. Choisir sans consulter, sans informer sur les tenants et les aboutissants de ce choix c’est tout simplement IMPOSER.
Nous citoyens, n’aurions-nous pas un mot à dire sur ces décisions, ces grandes décisions ?

Alors qu’au niveau National, les Sénateurs et les Députés de la France insoumise, communistes et Front de gauche argumentent pour la création d’une grande agence nationale publique de l’eau et de l’assainissement.
Pourquoi ne pas commencer dans nos villes où les Maires se disent de la même famille politique ?

Pourtant, la gestion de l’eau fait partie de ces grandes décisions, en effet, l’eau est source de vie, PAS DE PROFIT. En sachant que 3 jours sans eau et nous sommes morts.
L’eau est une ressource naturelle, un bien commun, un droit humain. Elle nous tombe du ciel pour approvisionner nos nappes phréatiques, nos sources, nos rivières, nos fleuves, nos étangs, nos lacs, nos mers et nos océans etc.
ELLE DEVRAIT ÊTRE GRATUITE.

NOUS, nous considérons, que les élus doivent être avant toutes choses nos représentants, celles et ceux qui doivent défendre ce que les populations souhaitent. Ce qui doit être le mieux pour les humains que nous sommes, celles et ceux qui doivent reprendre les rênes dans les décisions qui sont prises par les technocrates qui n’ont comme objectif que la gestion.

Ce que les populations souhaitent… Comment savoir ce qu’elles souhaitent si on ne leur demande pas leur avis ?
Comment savoir ce qu’elles souhaitent si elles ne participent jamais aux grandes décisions ?

LÀ SE POSENT TOUTES LES QUESTIONS !

Certes, les populations ne répondent plus à nos invitations ou si peu, n’est-ce pas aussi de la faute des élus qui ne prennent jamais le temps de les réunir ? De leur demander ce qu’elles pensent ? Ce qu’elles voudraient ?
Pour notre part, l’érosion des citoyens dans ces réunions est une cause de la façon dont sont prises les décisions, mais bien évidemment pas que…

Dans l’article paru dans le républicain Lorrain du 28 juin 2018 pour annoncer notre réunion, à la question : quelles sont les solutions ? Le Maire de Villerupt dit ceci : « On avait imaginé une gestion à l’échelle du territoire du syndicat intercommunal à vocation multiple de l’Alzette. Le prix de l’eau aurait alors été plus bas. Mais Audun-Le-Tiche ou encore Russange viennent de relancer leur contrat vers du privé pendant dix ans. Notre idée n’est donc plus possible. »

Plus possible ! Ne dit-on pas qu’impossible n’est pas Français ?
Nous vous avons entendu Monsieur le Maire, mais alors pourquoi n’avoir pas informé les citoyens que vous étiez dans cette démarche ?

Qu’il y avait des difficultés pour la réaliser ?
D’autant que nous sommes conscients qu’aujourd’hui dans le domaine des énergies et notamment pour l’eau, il faut mutualiser les besoins et les moyens.

Nous sommes des citoyens responsables, et quand il s’agit de défendre le service public et les droits communs nous pouvons et devons être aux côtés de ceux qui les défendent.

Ceci pour dire et ce qui prouve amplement l’importance de la participation des citoyens dans le débat démocratique et sur des sujets aussi importants que la distribution de l’eau.
Sur certains autres sujets aussi importants vous ne vous gênez pas, et quand les élus appellent à la mobilisation, il y a toujours plus de monde qui y répond.

Alors dire que sur cette question qu’est la gestion de l’eau faute de participants suffisants nous devrions vous laisser faire cela serait trop vite dit.

Nous n’arrêterons pas de demander notre juste participation. Nous ne stopperons pas nos demandes afin d’exiger que l’on réfléchisse sur notre territoire à une gestion des services de l’eau par un service public digne de ce nom.

Aussi, nous profiterons de cette période de vacances pour rencontrer celles et ceux qui sont pour la défense des services publics et mettrons tout en œuvre afin que l’on puisse mobiliser pour que sur notre territoire, un grand service public de l’eau voie le jour.
Est-ce trop demander ? 

Nous en avons par-dessus la tête de ces querelles de clochers, c’est ENSEMBLE et uniquement ENSEMBLE que nous pourrons améliorer notre quotidien.

Nous en avons assez qu’on nous impose tout, tout le temps, c’est ENSEMBLE et uniquement ENSEMBLE que les bonnes décisions sont prises.

Prendre le temps et la mesure, débattre avec nos concitoyens, faire de nos villes des lieux où nous prouverons que de mettre l’humain en avant à toute son importance.
Que de donner la place au peuple n’est pas utopique mais bien réaliste.

Changer de direction, innover, inventer, ne se fait pas avec un claquement de doigts, cela prend du temps, et nous, nous devons prendre ce temps pour construire un avenir meilleur.

Prendre le temps de discuter, de débattre, d’écouter, d’entendre celles et ceux qui font que la ville existe.
Ce n’est pas demander la lune.
Prendre ce temps est un besoin pour garantir une réelle démocratie dans notre cité.

SUR LES COMPTEURS LINKY : bien que le Maire ait pris un arrêté afin que Enedis ne trompe pas les abonnés à l’électricité, nous prenons en compte cette avancée, mais elle ne nous semble pas suffisante.
Il fallait un arrêté qui interdise la pose de ces compteurs ESPIONS ET DANGEREUX POUR LA SANTÉ… Plus de 648 communes l’ont déjà fait.

Nous ne nous laisserons pas faire, une distribution d’un tract est prévue sur toute la ville, afin d’expliquer ce que sont réellement ces compteurs.
Nous ne nous laisserons pas avoir par les MENSONGES d’Enedis et par les pressions de ses sous-traitants :
L’INSTALLATION DES COMPTEURS LINKY N’EST EN AUCUN CAS OBLIGATOIRE ! 

Nous demandons que le Maire revoie sa copie et prenne UN ARRÊTÉ POUR INTERDIRE PUREMENT ET SIMPLEMENT LA POSE DE CES COMPTEURS.
Nous appelons les propriétaires et les locataires à refuser catégoriquement la pose de ces compteurs.

Prix Nobel de la paix : le désarmement enfin à l’ordre du jour

nobel_1Le Parti communiste français se félicite de l'attribution du prix Nobel de la paix 2013 à l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) et du choix du jury pour une organisation internationale qui œuvre au désarmement et à la paix dans le monde.
Ce prix récompense une organisation vouée à la mise application de la Convention internationale d'interdiction des armes chimiques de 1993 dont 190 États sont parties, et prend tout son sens après la résolution sur la destruction des armes chimiques en Syrie adoptée par la 68e Assemblée des Nations unies. Ce geste appelle à étendre au plus tôt ce processus à toutes les zones de la planète où ces armes existent, et à s'engager maintenant résolument contre toutes les armes de destruction massive et dans le désarmement nucléaire.
Ce prix Nobel de la paix 2013 est aussi une reconnaissance du poids des opinions publiques contre les escalades militaires et, au-delà, de la volonté des peuples de démilitariser et pacifier la planète, de combattre les inégalités sociales sources d'humiliations et de violences et de s'engager dans la voie du développement et du partage.
Récompenser aujourd'hui une organisation comme l'OIAC, dont presque tous les pays du monde sont membres, contribue à conforter le multilatéralisme comme mode d'élaboration collective des solutions politiques et diplomatiques, et le droit international.

Tarif de l’énergie : des hausses prévues en juillet

gazetages_0Les tarifs réglementés du gaz augmenteront de 0,5% pour les ménages au 1er juillet, leur première hausse depuis janvier, d'après un arrêté paru dimanche au Journal officiel. Les tarifs de l'électricité seront quant à eux révisés en juillet par le gouvernement, et là, la note s'annonce plus salée pour le consommateur.
Bien que le numéro deux de GDF Suez, Jean-François Cirelli, avait prévenu, fin mai, qu'il n'y aurait pas de majoration et que les tarifs resteraient "stables" début juillet, une "hausse de 0,5% au 1er juillet est prévue" pour plus de 80% des 11 millions de foyers français, a fait savoir la ministre de l'Ecologie et de l'énergie, Delphine Batho, dans un communiqué. Augmentation confirmée d'après un arrêté paru ce dimanche au Journal officiel.
Cette légère hausse est la première enregistrée depuis janvier, grâce à la réforme des tarifs du gaz mise en place fin 2012 par Delphine Batho, qui avait déjà conduit à une indexation plus forte sur les prix de marché. Après une envolée de 80% entre 2005 et début 2013, les prix du gaz ont reculé de 0,5% en février, 0,3% en mars, 0,6% en avril, et après une pause en mai, de 0,6% en juin.
Une nouvelle formule de calcul a allégé la note

Continuer la lecture de « Tarif de l’énergie : des hausses prévues en juillet »

Privatisation : le cas exemplaire de l’eau

A tous les résistants du Nouvel Ordre Mondial, intéressez-vous aussi à qui vous fournit de l’eau à votre robinet ! C’est un sujet très symbolique et formateur. Tous les ingrédients sont réunis : pour/contre la privatisation, intérêt général vs intérêts privés… Ce sont des grands groupes français qui ont été leaders de la privatisation de l’eau au niveau mondial (et non des groupes américains).
Pour avoir une première compréhension sur le sujet, voir ce documentaire de 2010 ’Water makes money’ :

https://www.youtube.com/watch?v=7wbXe5DQgZQ

Continuer la lecture de « Privatisation : le cas exemplaire de l’eau »

Hausse des tarifs du gaz : « coup de canif dans le pouvoir d’achat des français »

Après la très faible revalorisation du SMIC, la hausse des tarifs du gaz, même limitée à 2% comme l'a annoncé Jean-Marc Ayrault, est un coup de canif dans le pouvoir d’achat des français. Elle aggrave la situation déjà alarmante de 3.8 millions de familles en précarité énergétique.
Déjà depuis 2004, à l’ouverture du capital de Gaz de France, le prix du gaz a augmenté de 60 % dont 20% entre avril 2010 et avril 2011. Pourtant le groupe GDF Suez a versé 3.3 milliards de dividendes en 2012 à ses actionnaires, ce qui représente un taux de distribution de 83 %. Actionnaire à 35 % l'État peut s’opposer, au conseil d’administration, aux décisions abusives et contraires au développement d’un vrai service public et aux besoins des populations.
Le PCF rappelle que les sénateurs communistes ont fait voté en décembre dernier un amendement visant à ce qu’une commission pluraliste composée d’élus, d’usagers, de représentants des salariés du secteur et du ministre chargé de l’énergie soit créée afin d’étudier la formule tarifaire du gaz. Cette commission fixerait les tarifs réglementés afin de pouvoir mesurer les écarts entre les coûts réels d’approvisionnements et les formules de fixation des tarifs. Le PCF revendique donc un gel des tarifs d’ici là.

Hausse des prix de l’essence : Fillon, nouveau VRP de Total

En pleine hausse de l'essence et pendant que des millions de Français s'apprêtent à partir en vacances, François Fillon a choisit son camp : celui du patron de Total, Christophe De Margerie qui a annoncé des hausses futurs des prix du carburant à la pompe. Pour le Premier ministre, et maintenant VRP du groupe pétrolier français, les propositions visant à stabiliser les prix et taxer les super-profits sont « démagogiques » et « sans aucun sens ». Les rendez-vous annoncés en grande pompe entre le Ministre Baroin et le PDG de Total ne sont donc que de la gesticulation visant à calmer une opinion publique mécontente. Les Français sont de plus en plus las d'un gouvernement incapable d'imposer sa volonté aux puissants. Le PCF dénonce cette collusion et demande l'instauration d'un prix maximum à la pompe, la diminution de 5 % de la TIPP sur les produits pétroliers et le financement de ces mesures par une taxe sur les profits des compagnies pétrolières.

Accord contre la hausse des prix alimentaires : le gouvernement joue l’intox

Le ministre de l'agriculture a réuni ce matin les représentants des producteurs, transformateurs, et distributeurs au sujet de la flambée du prix de céréales et de la hausse des prix de viandes. Surfant sur l'inquiétude réelle des consommateurs qui payent au prix forts les denrées alimentaires depuis des mois, on aurait pensé qu'à l'issue de cette rencontre, le gouvernement prendrait des mesures à la hauteur des enjeux.
Ce dernier se contente de se féliciter de sa proposition d'accords volontaires entre les parties pour une meilleur réponse de la volatilité des cours des matières premières agricoles qui ne règle en rien les prix payés à la caisse par les consommateurs.
En effet, la viande est devenue un produit de luxe pour les classes populaires, pendant que les éleveurs, du fait de l'envolée des prix des aliments du bétail se retrouvent sur la paille. Dans le même temps, les géants de l'agroalimentaire et la spéculation financière s'engraissent sur les terres et les céréales, la grande distribution pratique son diktat sur le ticket de caisse.
Dans cette situation de vie chère, des mesures immédiates s'imposent.
• La création de stocks de sécurité alimentaire en France, en Europe pour lutter contre la spéculation. – L'augmentation des salaires et du pouvoir d'achat
• La répartition de la plus-value au sein des filières agroalimentaires
• L'encadrement des marges et pratiques de la grande distribution

Energie: le gouvernement préfère EDF aux consommateurs

Le gouvernement a accordé une nette victoire à EDF, ce mardi, et posé les bases d'une forte hausse des tarifs de l'électricité après l'élection présidentielle de 2012, en fixant le prix de l'électricité nucléaire à 42 euros le mégawattheure (MWh) au 1er janvier prochain. Cette décision met en lumière le mensonge de la baisse des prix que devait amener l'ouverture à la concurrence du marché de l'énergie.
► Le contexte
La question très politique s'inscrit dans le cadre de la Nouvelle organisation du marché de l'électricité (Nome), une loi adoptée en novembre par le Parlement pour doper la concurrence sur un marché ultra-dominé par EDF. En vertu de ce texte, l'ancien monopole public va être contraint de vendre jusqu'à un quart de la production de ses centrales nucléaires à ses concurrents (GDF Suez, Poweo, Direct Energie). Pour qu'elle entre en application, il restait toutefois au gouvernement à fixer le prix de vente de cette électricité nucléaire, connue sous le nom barbare d'Arenh, pour Accès régulé à l'Electricité nucléaire historique.
Le patron d'EDF, Henri Proglio, se battait pour obtenir 42 euros/MWh, seuil en dessous duquel il estimait que son entreprise se serait fait "piller". Son grand concurrent GDF Suez réclamait, lui, 35 euros/MWh et rejetait d'un revers de main les demandes d'EDF, en les qualifiant d'"inacceptables".
Nicolas Sarkozy donne un coup de pouce à son copain Henri Proglio

Continuer la lecture de « Energie: le gouvernement préfère EDF aux consommateurs »

Marie-George Buffet contre la hausse du prix du gaz

La députée PCF, Marie-George Buffet, a vivement dénoncé le feu vert donné hier par la Commission de régulation de l’énergie à l’augmentation de 4,9 % du tarif réglementé du gaz à compter du 1er avril prochain. Rappelant que « la hausse du prix du gaz atteint 21 % pour la seule année écoulée », elle affirme que « cela ne peut plus durer ! » et que « le droit à l’énergie doit être assuré à tous et toutes ». L’élue de Seine-Saint-Denis dit enfin sa « disponibilité pour agir, dans la rue et au Parlement, avec tous ceux et toutes celles qui le souhaitent pour la refuser ».