Villerupt


Vive le peuple tunisien ! Vive le peuple égyptien ! Rassemblement ce Vendredi 04 Février 2011 à 18 heures 30 devant l’Hôtel de Ville de Villerupt…..

Depuis la « Journée de la colère » du 25 janvier 2011 en Egypte contre la dictature et la pauvreté ( la moitié de la population -soit 40 millions de personnes- vit avec moins de deux dollars par jour ), un mouvement populaire sans précédent dans son histoire récente se développe partout dans le pays, du Caire à Suez, d’Alexandrie à Assouan, d’Ismaïlia au bastion ouvrier de Mahalla el Koubra. Elle touche désormais l’ensemble des couches sociales. Malgré la censure ( y compris coupures internet et tél.), l’intimidation policière, les provocations, le couvre-feu et une répression sanglante ( plus de trois cent morts et des milliers de blessés au 1er février selon l’ONU ), des millions de gens manifestent et tiennent la rue, exigeant la chute de Moubarak et de son régime. Ils réclament la LIBERTE. La DIGNITE. La JUSTICE SOCIALE.
Depuis plus de trente ans, l’Égypte vit sous le joug d’une dictature associant pouvoir et argent : un régime autoritaire, corrompu, illégitime qui gouverne le pays au détriment de son peuple, au profit de lui-même et de quelques alliés stratégiques. Moubarak, mais aussi sa famille, sa cour de ministres aux ordres et ses hommes d’affaires véreux sont autant de vieux visages qui tiennent les mêmes discours pour détourner les Egyptiens de leurs véritables ennemis : corruption, misère, chômage, répression (l’état d’urgence décrété en 1981 est toujours en vigueur), absence d’éducation et libertés muselées, sous le regard complaisant des gouvernements voire la complicité active des instances internationales comme le FMI.
Depuis plus de trente ans, des générations se sont succédées et ont fait face à la même rengaine, aux mêmes discours, à la même politique : toujours au détriment du peuple égyptien et au profit d’un « pharaon » autocrate entouré de notables corrompus.
Aujourd’hui, tout change ! L’Egypte ne sera plus jamais la même car son peuple à relevé la tête et le défi du changement, bien décidé à ne plus accepter la soumission. Le vent de liberté réclamant démocratie et justice sociale, venu de Tunisie, a désormais atteint l’Egypte et se propage dans l’ensemble du monde arabe. Les gens n’ont plus peur.
Le soulèvement populaire ne se contentera pas de vagues promesses de « transition » démocratique. Et les Egyptiens comme les autres peuples arabes n’entendent se faire dicter par personne – surtout pas par les dirigeants français, européens et américains complices de Moubarak et du régime – la conduite pour la suite de leur mouvement. Ils comptent  sur un large mouvement de solidarité internationale pour dire Halte ! à la répression de leurs aspirations à la liberté, et pour gagner ensemble de nouvelles conquêtes démocratiques, sociales et politiques au niveau international, à commencer par la liberté d’aller et venir et de s’organiser.
Plus que jamais, la paix passe par la réussite de la révolution démocratique en cours.
Dans l’immédiat, le peuple égyptien veut mettre en échec les manoeuvres dilatoires d’un régime aux abois. Celui-ci a lancé mercredi 2 février 2011 ses « baltaguiya » – des nervis et des milices armées maquillés en manifestants « pro-Moubarak » – à l’assaut du mouvement qui occupait pacifiquement la place Tahrir pour provoquer un sentiment de chaos et pour diviser la population, dans l’espoir de reprendre la main. Le bilan de cette journée est lourd : encore plusieurs morts et des centaines de blessés.
Avec les Egyptiens, la communauté internationale doit dire :
► LE PEUPLE ÉGYPTIEN EXIGE LA CHUTE DU RÉGIME
► SOLIDARITÉ AVEC LES LUTTES DES PEUPLES ARABES
► HALTE AU SOUTIEN AUX DICTATURES
► HALTE A LA RÉPRESSION ! DISSOLUTION DES MILICES PARA-MILITAIRES»
► MOUBARAK DÉGAGE !
► VIVE LA RÉVOLUTION ÉGYPTIENNE !
► VIVE LE PEUPLE TUNISIEN ! VIVE LE PEUPLE ÉGYPTIEN !
► VIVENT LES PEUPLES ARABES EN LUTTE !
► SOLIDARITÉ  AVEC LA RÉVOLUTION ÉGYPTIENNE ET ARABE !


Tunisie, Egypte… UN AIR DE LIBERTE – VENDREDI 4 FEVRIER – 18 heures 30 Hôtel de Ville de Villerupt. Soutien aux peuples du MAGHREB !

L'histoire s'accélère et les révolutions se précipitent en Afrique du nord et au . Après la Tunisie, c'est l'Égypte qui tente de se débarrasser de son despote, d'un régime oligarchique, autoritaire et corrompu. La mobilisation a rassemblé plus d'un million de personne au Caire, scandant à l'unisson : Moubarak, dégage !
Le vent qui souffle dans le monde arabe est un vent de liberté qui n'a pas de frontières et s'échappe dans le monde entier qui a un grand besoin de justice sociale et de démocratie.
Moubarak dégage !

C'est un peuple égyptien exaspéré par le coût de la vie, le manque de libertés, la difficulté d'accéder aux soins, aux études, c'est un peuple fatigué par les injustices et confronté à un déficit de démocratie qui se mobilise.
A l'heure où ces lignes sont écrites on ne sait pas encore quelle sera la suite des événements.
Quand et comment Moubarak va partir? Qui le remplacera? Quels seront les prochaines étapes politiques et institutionnelles? Mais ce grand rassemblement du peuple égyptien pour les libertés et la démocratie, pour ses droits et pour une vie meilleure… c'est déjà une victoire.
Une victoire du courage contre la sauvage répression policière. Une victoire de la dignité.
Justice et démocratie… pour un autre monde
Les protestations populaires contre l'injustice sociale et le déficit démocratique se manifestent fortement dans le monde arabe. Certes les situations politiques de la Tunisie, de l'Egypte, du Yemen, de l'Algérie, de Jordanie… sont très différentes. Pour autant, ces pays connaissent tous un déficit de démocratie criant, ainsi qu'une soumission au modèle de développement néolibéral, base des nombreuses injustices. C'est un désaveu profond pour tous ceux qui, s'appuyant sur les dictateurs, prônaient la « guerre des civilisations » ou « infantilisaient » les peuples d'Afrique pour accroître leur domination économique. A l'instar du FMI qui invitait il y a quelques mois les dirigeants égyptiens à poursuivre dans la voie engagée. Les puissances occidentales et les intérêts des multinationales qu'elles représentent n'ont pas dit leur dernier mot. Ils tentent de maintenir leur domination. Les peuples en lutte ont besoin de notre solidarité
et d'un autre ordre économique mondial.
La France et l'UE doivent prendre leurs responsabilités
La France et les pays de l'Union européenne se sont décrédibilisés en soutenant Moubarak, comme Ben Ali. En France, nous devons exercer une pression sur nos gouvernants pour que changent les rapports économiques de domination avec ces pays, appuyés sur des rapports de complicité avec les pouvoirs en place C'est ce que le Parti communiste, avec ses parlementaires et avec le Front de Gauche est déterminé à faire.
L'Égypte et le peuple égyptien ont besoin de soutien et de coopération, avec la France et l'Union Européenne, pour les aider à réaliser ce grand changement dont ils ont besoin.
Le Parti communiste français se tient fermement au côté des manifestants, de toutes les forces qui agissent pour que les attentes du peuple égyptien, se réalisent, pour que le mouvement populaire ne soit pas dépossédé de sa lutte courageuse.


Le billet du jour : Réfléchissons ! Qu’avons-nous à perdre de plus ?

Bonjour à toutes et à tous, bisous à toutes celles et tous ceux que j’aime.
Au Maghreb ça bouge, que ce soit en Egypte, en Algérie, ces peuples manifestent leur colère, ils ont bien raison.
Ils manifestent, alors que dans leur pays, ils n’ont pas ce droit, ce sont des régimes de dictatures.
Dans notre pays, c’est soit disant la Démocratie, une république, où la diversité politique existe, où la presse est « libre », et nous, nous ne faisons rien.
Pourtant, depuis quelques temps, nous faisons demi-tour sur nos acquis, on nous presse pour redevenir plus pauvre que nous le sommes déjà.
En Tunisie, pays où la dictature de BEN ALI a pendant des décennies museler son peuple, celui-ci courageusement a su se faire entendre.
N’est-ce pas un exemple qui nous est donné ?
Alors pourquoi attendre ? Pourquoi tergiverser ?
Il nous faut inventer notre révolution, 2012 est encore trop loin, d’ici là, nous allons assister à un désastre économique, la pauvreté va encore et encore grandir, et nous allons laisser faire ?
Réagissons ! Agissons ! Pour que notre pays, notre peuple vive dans la dignité, dans la fraternité, avec l’égalité et en toute liberté, en y ajoutant la solidarité.
Réfléchissons ! Qu’avons-nous à perdre de plus ?
RIEN, ABSOLUMENT RIEN !


Le billet du jour : Pas donneur de leçons, c’est un constat. 2

Comme chaque jour, hier j’ai reçu comme beaucoup, des emails.
Des emails qui m’ont fait frémir quant à leur contenu.
Être au Front de Gauche, c’est vouloir rassembler toutes les idées anticapitalistes de ce pays.
Être au Front de Gauche c’est vouloir réunir toutes ces composantes, vouloir faire un ENSEMBLE, vouloir RASSEMBLER.
Ce que j’ai pu lu hier :
D’abord, qu’il fallait déjà dire ce que nous devions faire au deuxième tour des élections présidentielles de 2012.
A ce sujet, je dirais, que vont dire les autres partis de gauche, si nous pouvons encore les appeler ainsi pour le même sujet ?
Ensuite, je me bats pour que nous soyons placés au premier tour, donc pour le deuxième j’ai encore le temps de la réflexion.
Par ailleurs, si DSK est candidat, je me vois mal appeler à voter pour cet homme qui appauvrit les pays émergeants, et qui donne raison à la politique de Sarkozy.
En fait, je le dis comme je le pense, je n’ai plus envie de voter pour ce sois disant « vote utile ».
Pour moi voter utilement, c’est voter pour enfin mettre en place une politique réellement à gauche.
Cela fait plus de 30 ans, que nous subissons des politiques de droite et social-démocrate.
Ça suffit ! Ça suffit !
Nous sommes proche, très proches du mur !
Être révolutionnaire, c’est prendre des risques, nos amis(es) Tunisiens nous ont montré comment il fallait faire, ÊTRE DANS LA RUE, car c’est dans la rue que cela se passe.
L’autre email, c’est le comptage des membres du NPA à la manif à Nancy concernant l’enseignement.
Il est dit, « je n’ai pas vu beaucoup de NPA », parce que les NPA, ont les reconnaît à leur visage, leur tenu, leur façon de marcher !
Enfin, vous y avez vu beaucoup d’élu, et pourquoi ne pas le dire ?
Enfin, vous pensez rassembler avec ce genre de propos ?
Je n’y étais pas non plus, désolé, mais je travaillais, et pourtant j’étais de tout cœur avec les manifestants.
Si nous voulons réellement rassembler, il faut tenir compte de beaucoup d’éléments, la première c’est de dire les choses, même si parfois elles doivent blesser. Car dire les choses, c’est clarifier le débat, les taire, c’est fausser celui-ci.
Je sais de quoi je cause.

Alors faisons ENSEMBLE, même si parfois cela parait difficile, rien n’est facile dans cette société, surtout quand il y a le chômage, la pauvreté qui s’installe à grande échelle.
C’est à ça, de ça, qu’il faut que nous soyons très forts à combattre.
Faire ENSEMBLE, avec les idées de chacun, surtout si elles sont proches des nôtres, ce sera faire un grand pas vers la victoire.
Pas donneur de leçons, c’est un constat.


Vive la révolte des peuples, car c’est le peuple qui doit décider.

Le peuple Tunisien a été courageux.
Une révolution rapide, il y a eu des morts, mais ils sont morts pour un résultat.
Et quel résultat !
Un exemple pour tous les peuples opprimés, un exemple de vie, quand le peuple bouge, quand le peuple veut vraiment, il y a toujours un résultat positif.
Une bonne leçon pour le MAGREB et les peuples d’AFRIQUE.
Mais une leçon aussi pour nous Européens, ce qui arrive là-bas, doit nous interpeller, en effet, si nous ne bougeons pas plus, cela va nous arriver aussi.
On est en train de nous affamer, de nous faire faire un demi-tour sur nos acquis à grande vitesse, tout cela au nom de l’argent.
Nous ne devons pas accepter toutes ces mesures qui font mal, qui nous font retourner à l’âge de pierre.
Nous ne devons pas accepter que nous ne soyons pas écoutés.
Quand on regarde de près, on s’aperçoit que nos dirigeants pensent comme ce BEN ALI, à un tel point, que notre ministre des Affaires étrangères de la République proposait même l’aide de notre police, pour aider les policiers Tunisiens.
Que DSK vantait la démarche économique et sociale de la TUNISIE.
Quelle différence entre BEN ALI et nos dirigeants ?
Ne serions-nous pas capable, nous peuple de France de faire changer le cours des choses ?
Nous l’avons prouvé lors de la réforme des retraites ?
Nous n’étions pas encore assez nombreux !
Malgré tout, SARKOZY n’a pas écouté le peuple, il a fait, ils ont fait, comme ils voulaient.
Est-ce de la démocratie ? Ou est-ce de la dictature ?
Certes, les élus ont voté, et ces élus se disent élus du peuple, vous y croyez-vous ?
Il nous faut Réagir, Agir, très vite, nous n’avons pas le droit de laisser faire, nous n’avons pas ce droit, car des gens sont morts pour que nous ayons ces acquis.
Ils ne doivent pas être morts pour rien !
De l’argent il y en a, il faut le partager.
De quel droit, y-aurait-il, celles et ceux qui ont tout, et celles et ceux qui ont rien ?
Qui a dit cela un jour ?
Vive la révolte des peuples, car c’est le peuple qui doit décider.