Liberté


Clause de conscience : « une proposition humiliante »

François Hollande a annoncé hier devant les Maires de France son intention d'introduire une clause de conscience pour les Maires qui refuseraient de célébrer des mariages de couples de même sexe. Cette proposition est scandaleuse. Elle est humiliante pour les couples de même sexe qui aspirent à l'égalité. Surtout, elle constitue un recul terrible du Président de la République sous la pression des lobbies réactionnaires qui se sont exprimés ce week-end, souvent de manière violente.
Le PCF n'admet pas que la loi sur le mariage pour tous puisse souffrir d'exception. Aucune clause de conscience ne saurait valoir dans ce domaine. Accorder la liberté de conscience aux Maires qui refusent le mariage pour tous, c'est donner bonne conscience aux homophobes.
Le PCF mènera le combat pour que le projet de loi, trop timide, sur le mariage pour tous puisse bénéficier de réelles avancées. C'est le sens des propositions de loi déposées dès cet été par Marie-George Buffet et André Chassaigne. C'est d'égalité des droits et d'émancipation humaine dont il s'agit.


Québec : le Parlement adopte une dangereuse loi d’exception pour museler les étudiants

Le Parlement québécois a adopté vendredi dernier une "loi spéciale" pour mettre fin aux manifestations étudiantes contre une hausse vertigineuse de 82% des frais universitaires. Cette loi restreint le droit de manifestation et d'expression. Elle prévoit de très lourdes amendes quasiment insupportables pour les personnes et les associations étudiantes. Cette loi appelée "loi matraque", votée afin de museler une jeunesse inquiète pour son avenir, est vivement critiquée notamment par le mouvement syndical et par des leaders et personnalités universitaires.
Le Parti communiste français exprime sa consternation et sa condamnation devant le vote d'une telle loi de répression et d'exception. Il est très préoccupant qu'une loi puisse être ainsi adoptée pour régler un conflit spécifique par la restriction des libertés fondamentales au nom de l'urgence et de la raison d'Etat. C'est une politique de force. C'est le principe même de l'Etat de droit et son universalité qui est ici directement mis en cause. Le PCF est solidaire de l'ensemble de la jeunesse québécoise et de toutes les forces qui agissent pour leurs droits et pour la défense de leurs libertés.


La République pour de vrai

Atteintes aux libertés, autoritarisme, discriminations : l'Etat Sarkozy s'en prend aux fondements même de notre République. Il est temps d'engager une refondation républicaine conforme à la devise, « Liberté, égalité, Fraternité ».

  • Réaffirmer la loi 1901 sur la laïcité comme pilier de la République, porteur de droits à tous.
  • Mettre en place un Ministère des femmes et de l'égalité dans tous les domaines.
  • Abroger les lois liberticides et sécuritaires et garantir la sécurité par la prévention et le développement d'une police de proximité.

30ème ANNIVERSAIRE DE L’ARRESTATION DE MUMIA ABU-JAMAL

ENSEMBLE, SAUVONS MUMIA
Collectif Unitaire National de Soutien à Mumia Abu-Jamal rassemblant une centaine d'organisations et de collectivités publiques françaises
MEMBRE DE LA COALITION MONDIALE CONTRE LA PEINE DE MORT
43, boulevard de Magenta 75010 Paris – TEL : 01 53 38 9999-E MAIL : contact@mumiabujamal.com
Communiqué

1981 – 2011
30ème ANNIVERSAIRE DE L'ARRESTATION DE MUMIA ABU-JAMAL
MERCREDI 7 DECEMBRE
RASSEMBLEMENT à PARIS
de 18h à 20h face au Consulat des Etats-Unis
– angle Rivoli / jardin des Tuileries –
Métro CONCORDE
Une délégation se rendra à l'Ambassade des Etats-Unis
(suite…)


Marche des Fiertés : le PCF s’engage dans la lutte contre toutes les discriminations

Samedi aura lieu la 9ème « Marche des Fiertés », lesbiennes, gay, bi et transsexuelles à Paris. Je souhaite qu’elle connaisse le plus grand succès possible.
Les communistes d’Ile-de-France et au delà seront présents et auront à cœur de contribuer à la réussite de cet immense rassemblement.

Il est aujourd’hui intolérable que des personnes soient brimées, réprimées, opprimées en raison de leur orientation sexuelle, de leur identité de genre, de leurs différences. A l’opposé de toutes les dominations, des divisions et inégalités qu’elles secrètent, notre engagement communiste s’identifie à la lutte contre toutes les discriminations et pour l’égalité des droits. C’est notre engagement au service de l’Humain, de son émancipation, de son épanouissement. Nos propositions, le travail des parlementaires communistes, l’activité de notre collectif « Fier-e-s et Révolutionnaires » en témoignent.
Face à un pouvoir qui s’arcboute pour écraser les acquis sociaux et toujours rabaisser les droits et libertés, il devient clair que le succès de chaque riposte, de chaque exigence pour mieux vivre et vivre ensemble, revêt un caractère décisif pour notre peuple. C’était le cas hier, ça le sera demain.


Malgré l’interdiction, la gay-pride de Moscou a eu lieu

Cela fait 5 ans que le maire de Moscou interdit la gay-pride. Et cela fait 5 ans que les organisateurs de cette marche le défient.
Une cinquante de personne… et beaucoup de journalistes
Malgré cette interdiction, une cinquantaine de personnes ont quand même réussi à défiler dans la ville. Elles ont semé les forces de l'ordre, puis ont déployé un drapeau arc en ciel de 20 mètres de long.
"Une vraie gay-pride"
C'est certes peu, mais c'est beaucoup pour certains.
Maria Ifrimenko, militante homosexuelle déclare : "Nous avons réussi à manifester pour notre dignité et notre droit, pour nous c'est ça une vraie gay-pride".

Un combat pour la liberté.
"Nous avons réussi à semer la police, et à braver l'interdiction du maire de Moscou. Il avait juré que cette manifestation n'aurait jamais lieu, et elle a bien eu lieu. Nous sommes fiers, heureux d'avoir été aux cotés de nos camarades gays russes qui se battent pour leur liberté".
Le maire de Moscou, Iouri Loujkov a pour certains été "ridiculisé. Il faut rappeler que celui-ci n'hésite pas à qualifier les homosexuels "d'œuvre de Satan".


Quand Sarkozy était contre l’interdiction du voile

Après le coup du "Il faut rendre constructibles les zones inondables", qui a dit : « Si quelqu’un veut aller faire ses courses avec son voile, au nom de quoi devrait-on l’en empêcher ? » Nicolas Sarkozy, le 18 juin 2003.
Pourtant, il appelle aujourd’hui à l’interdiction totale de la burqa. Dans le premier cas, la tempête Xynthia a tout changé. Dans le second, c’est le cataclysme électoral. Explication du Parisien : "Plutôt partisan au départ d’une ligne douce (il préconisait une résolution parlementaire suivie de décrets et de mesures législatives ciblées), il a durci le ton après la défaite de la majorité aux régionales et le rebond du FN. Déjà, lors du débat sur le voile à l’école, il s’était d’abord opposé à la loi d’interdiction voulue par Jacques Chirac (loi du 15 mars 2004)". "Au nom de quoi" interdire le voile alors, Nicolas ? Mais en celui de la "dignité de la femme", de "l’égalité des sexes" et de "la sécurité publique", brâme le choeur les ânes de la majorité.
Mais en 2003, ces excellentes raisons étaient-elles moins valables ? D’où cette confirmation évidente : la loi d’interdiction de la burqa n’est qu’une manoeuvre électoraliste. Et partant, Sarkozy n’est qu’un arriviste capable de dire tout et son contraire, du moment qu’il pense que ça lui rapportera des voix (d’extrême droite).


CONTINUONS A FAIRE EN SORTE QUE SALAH, ET TOUS LES PRISONNIERS POLITIQUES PALESTINIENS, RETROUVENT LA LIBERTE ! 1

Vous avez été très nombreux à répondre à notre appel et les passants également :  de METZ et THIONVILLE 500 cartes ont été signées et adressées au Président de la République.  Merci à tous.
Si vous n’avez pas envoyé cette carte et que vous avez le moyen de la reproduire vous la trouverez en P.J.

Salah nous a entendu depuis sa prison de GUILBOA au nord d’Israël d’où il nous écrit une lettre que nous reproduisons ci-dessous ainsi que le message de sa maman QU’IL FAUT ABSOLUMENT LIRE !

Un message de Salah Hamouri…

Salah se souvient de son arrestation il y a 5 ans le 13 mars 2005, des interrogatoires, de ses transferts, etc.… Une de ses préoccupations est le sort réservé aux enfants dans les tribunaux et les prisons de l’occupation israélienne.

Il nous a fait passer un message….

Un message de Salah Hamouri…

Chers amis,

Je souhaite tout d’abord remercier du fond du cœur toutes celles et ceux qui se souviennent avec moi et ma famille que 5 ans déjà sont passés et que je partage avec d’autres

Metz, Samedi 13 Mars 2010

camarades une toute petite cellule dans une prison israélienne.
Merci pour les rassemblements et manifestations organisés un peu partout en France.
L’enfance perdue.
La cause des enfants palestiniens dans les prisons de l’occupation est un sujet douloureux dont je souhaite vous parler.
Les associations n’épargnent pas leurs efforts pour donner la priorité à l’enfance, développer des programmes de divertissement pour protéger les enfants et favoriser leur développement  naturel.
Après 5 ans passés en prison, je me demande  comment est –il possible en même temps de voir ici l’enfance persécutée et défigurée…
Le monde doit savoir qu’ il y a  entre 300 et 350 enfants détenus dans les prisons israéliennes  dans des circonstances très dures, ils sont en effet traités comme des détenus adultes, ils sont séparés de leurs familles, certains n’ ont pas droit aux visites familiales pour des motifs sécuritaires et si les visites sont permises, ils ne peuvent avoir aucun contacts physiques avec leurs parents.
Dans l’enceinte de la prison, l’intervention d’organismes internationaux n’est pas permise et les enfants ne reçoivent aucune aide psychologique  alors qu’ils sont  dans un environnement étranger, loin de l’école ou de la famille. Au contraire les israéliens utilisent tous les moyens de pression pour détruire leur jeunesse.
Les enfants sont le plus souvent jugés dans des tribunaux militaires comme les adultes, ils ont droit au même traitement que les plus vieux  dans les tribunaux illégitimes que sont les tribunaux militaires de l’occupation.
Il n’existe pas de tribunaux pour mineurs  même si Israël a signé un traité sur les droits de l’enfant, ceci apparemment ne concerne pas les enfants palestiniens.

Avez-vous entendu parler du petit Hassan Muhtaseb ? Il y a 3 semaines, deux frères âgés de 10 et 12 ans ont été arrêtés  à Hébron puis emprisonnés.
Le petit a été libéré 10 heures plus tard mais le deuxième, Hassan, a été interrogé puis envoyé en prison. Il a été ensuite amené au tribunal militaire d’Ofer les mains et les pieds liés. Pendant l’audience, son avocate Léa Tsemel, lui a offert un ballon qu’elle a gonflé avant de commencer à plaider… Le juge militaire était gêné et s’est cache la tête derrière son ordinateur… Hassan a été libéré sous caution après avoir été interrogé et mis en cellule…

Prison de Guilboa, section 4
Le 13  mars 2010

(suite…)