Nadine Morano piégée par Gérald Dahan à propos du FN Buzz Partager [A VOIR]

http://www.youtube.com/watch?v=Ch005B7URVE http://www.youtube.com/watch?v=a6kgyHgyRlU

Le grossier mensonge d’Alain Duhamel

Dans une chronique publiée aujourd'hui par Libération, Alain Duhamel, plaide pour une majorité socialiste absolue à l'Assemblée nationale en utilisant un argument scandaleux. Selon lui, "si l'appoint des députés communistes était obligatoire, cela déboucherait à terme sur un blocage et un bras de fer… peut-être même dans un ou deux ans, sur une dissolution téméraire". Autrement dit, un groupe Front de gauche à l'Assemblée nationale pour faire une majorité, ce serait le scénario catastrophe. Cet argument est fallacieux et mensonger.
D'abord, Alain Duhamel oublie qu'il n'y aurait pas eu d'élection de François Hollande sans les 4 millions de voix du Front de gauche et qu'aucun député de gauche ne sera élu le 17 juin sans les voix du Front de gauche. Ces voix doivent-elles, une fois passées les élections, être réduites au silence? Curieuse conception de la démocratie.
Ensuite, rappelons qu'au Sénat,sans la présence de sénateurs communistes, la gauche n'est pas majoritaire. Loin d'être un blocage, cela a déjà permis de voter des lois pour encadrer le travail du dimanche, interdire les coupures de gaz et d'électricité, accorder le droit de vote aux étrangers aux élections locales. Et si notre proposition de loi sur l'interdiction des licenciements boursiers n'a pas été votée, c'est parce que 4 sénateurs radicaux de gauche ont fait défaut. Le blocage d'une politique de gauche n'est donc surement pas le fait des communistes et du Front de gauche. C'est exactement le contraire.
Enfin, l'hypothèse d'une dissolution provoquée demain par les communistes ou le Front de gauche est une pure invention d'Alain Duhamel. Il cherche à faire oublier que le véritable défi que doit relever la gauche est celui que vient de rappeler Georges Séguy: "Si la gauche ne va pas dans le sens de ce que veut le peuple, il y a aura une réaction sociale terrible". Voilà la vérité qu'Alain Duhamel cherche à escamoter: si la présence de nombreux députés de gauche n'est pas assurée, c'est là que le cap du changement peut-être perdu.

René Balme : Pas de sanction pour le candidat conspirationniste du Front de Gauche ! “Et pourquoi ?”

Pas de sanction pour René Balme, (ce n'est pas le cas pour Philippe MARX) le fondateur et administrateur du site conspirationniste Oulala.net. Via son secrétaire national Eric Coquerel, le Parti de gauche a décidé de maintenir le candidat du Front de gauche dans la 11e circonscription du Rhône pour les législatives. Coquerel se justifie à l'Express :
Philippe MARX n'a pas pu s'expliquer, on ne l'a même pas entendu, ni d'ailleurs les gens qui le connaissent bien. La décision de lui enlever son investiture, n'a pas trainé malgré qu'il est été reconduit par ses camarades du Comité Départemental PCF de Meurthe-et-Moselle et cela par quatre fois.
« D'une part, ce n'est pas René Balme qui a écrit ces textes, et d'autre part, c'est quelqu'un qui a eu des positions très claires vis-à-vis des thèses antisémites, qu'il a toujours combattues. »
Ce n'est pas Philippe MARX qui avait réalisé les vidéos de SORAL, il a également toujours combattu les thèses du Front National, antisémites et xénophobes.
"Tir groupé" Sur son site Oulala.net « crée en réaction à la couverture médiatique du 11 septembre dans le but de contrer la pensée unique », René Balme donne la parole a plusieurs auteurs controversés comme le conspirationniste Thierry Meyssan ou encore Ginette Skandrani, Israël Shamir et Silvia Cattori régulièrement taxés d'antisémitisme. Après la publication d'un article sur StreetPress et Rue89, René Balme avait dénoncé un « tir groupé », « une attaque en règle » avant de se demander « au service… de qui au fait ? » :
Au service… de qui au fait le site "Opération POULPE" (né un 19 janvier 2012 et qui depuis le 21 Février 2012 ne publie plus rien) a t-il réalisé cette attaque en règle, de qui ?
Pour avoir trainé Philippe MARX dans la boue.

« On peut se poser la question, tant il semblerait que le site internet Rouge et Blanc devient le porte-flingue de celles et ceux qui ne veulent pas voir un député du Front de Gauche élu à l’Assemblée. »
Ménage Depuis la publication de l'article, René Balme a fait le ménage sur son site Oulala.net. Paul-Eric Blanrue – l’« historien spécialisé dans la détection des mystifications » – et son enquête « Israël, Sarkozy et les Juifs » a disparu de la boutique du site. De même que plusieurs papiers complaisants à l'égard d'Alain Soral et de Dieudonné. Balme n'assume peut-être pas toutes ses idées.
DEUX POIDS, DEUX MESURES !
Et POURQUOI ?

BALME est un élu, Philippe MARX ne l'est pas ! Pourtant ce dernier avait été élu par les adhérents des communistes de la 3ème Circonscription de Meurthe-et-Moselle avec 53% des voix.
Mais contrairement à BALME, Philippe MARX n'était pas le bienvenu pour son Secrétaire Fédéral Patrick HATZIG et pour la direction Nationale du PCF.
LE VOTE DES COMMUNISTES A ETE BAFFOUE, ON S'EST ASSIS SUR LA DEMOCRATIE !

Prenez le pouvoir a dit Mélenchon !
Alors adhérents du PCF reprenons le pouvoir et redonnons aux adhérents leur place, toute leur PLACE !

C'est aussi valable pour les autres partis.

Le billet du jour : René BALME et Philippe MARX même combat ? Certainement pas … !!

Une tâche rouge-brune dans la campagne du Front de Gauche » pour René BALME.
Les amis d'Alain Soral, toujours au Front de Gauche ? Pour Philippe MARX

« Il faut examiner la situation, estime Lydie Benoît du PCF, s’il y a un problème, on le règle.
Nous, on l’a fait en Meurthe-et-Moselle avec Philippe Marx, qui s’est finalement retiré
(lire ici). Il appartient au PG de faire la même chose. »
Un proche de Pierre Laurent, le secrétaire national du PCF, explique de son côté que « d’après ce qu’on nous dit localement, Balme est tout sauf un facho ».
En effet, la secrétaire départementale du PCF du Rhône, Danièle Le Bail, le certifie : « Je le connais bien, il est cheminot comme moi, l’homme est irréprochable dans ses combats, et je le dis sans crainte.
Comme maire, il a toujours été impeccable sur les OGM, ou sur les expulsions locatives. Il n’a jamais été antisémite dans ses combats.
On ne le lâchera pas. Il est secoué par cette affaire, et ça va l’amener à être plus vigilant dans la gestion de ce site. »

Que c’est beau le soutien d’un Secrétaire Départemental, au bout de quarante ans de loyaux et bons services, le mien (Patrick HATZIG) s’est aperçu que j’étais antisémite, xénophobe, raciste et j’en passe et des meilleurs.
Faut dire que je ne suis pas un élu, donc pas connu, ni reconnu, n’ayant aucune notoriété et pas le candidat voulu par le Secrétaire Départemental.
Pourtant, il aurait fallu aussi écouter les gens localement, car ici, ils n’en reviennent pas de constater que mes amis du Conseil Général et que mon Secrétaire Départemental puissent un seul instant penser que je sois l’ami de SORAL. Et pour cause, j'ai été dans toutes les luttes qui combattaient l'injustice. Les gens ne sont pas aveugles, ils ne sont pas dupes.
J’ai eu beau dire que je ne connaissais pas ce SORAL, que j’admettais mon erreur.
Quand on est candidat aux législatives, ce genre d’erreur n’est pas permis m’a-t-on répondu, René BALME est Maire de sa ville et candidat aux législatives, pour lui cette affaire l’amènera à être plus vigilant dans la gestion de son site. Si cela n’est pas deux poids deux mesures, qu’est ce que cela peut être ?
Lydie BENOÎT au téléphone, je t’entends et je crois à ta sincérité. Mais cela n’a pas empêché mon parti à me désavouer, et pour cause il avait un dossier à charge monté de toutes pièces par mon responsable Fédéral.
Il a voulu jouer par les deux bouts, passer pour un démocrate en utilisant le vote des militants. Il était sûr que face à un élu je serais vite éliminé. Mais les militants, malgré la pression, ont choisi le candidat n’ayant aucun mandat électif. Il a perdu, et n’a pas accepté.
Donc à partir de là pas de soutien, au contraire, il m’a enfoncé avec un tel plaisir que j’ai fini à perdre ce que les militants souhaitaient.
Oui, MOI, j’ai perdu mon investiture. Et René BALME va-t-il perdre la sienne ?

Balme et Marx, même combat ? Vous croyez ? On verra bien ! …

On l’a appris cette semaine, René Balme, maire de Grigny et candidat du Front de gauche dans la 11 e circonscription du Rhône, est accusé d’avoir donné la parole, sur un site internet dont il est l’animateur, à des blogueurs véhiculant des thèses antisémites.
Rue89 a sorti l’affaire il y a deux jours.
Une histoire qui n’est pas sans rappeler l’Opération Poulpe à l’origine de la chute de Philippe Marx. Le candidat Front de Gauche de la 3 e circonscription de Meurthe-et-Moselle avait publié des vidéos d’Alain Soral, un essayiste proche du FN.
Une bourde qui lui avait fait perdre son investiture.
L’histoire Balme a l’air d’embarrasser le Front de Gauche au plus haut point, qui devrait statuer rapidement sur ce cas.
René Balme subira-t-il le même sort que Philippe Marx ?

Républicain Lorrain du 03 Juin 2012

Contacté par l'AFP, Alexis Corbière, secrétaire national du PG et spécialiste du auprès de M. Mélenchon, a indiqué que si M. Balme était complaisant vis-à-vis des thèses antisémites, "ce serait incompatible avec l'appartenance à des forces comme les nôtres" car "nous sommes intransigeants sur l'antisémitisme".
Il peut aussi y avoir un "manque de vigilance" de la part de ce candidat, ce qui amènerait "un rappel à l'ordre", d'après lui. La commission de contrôle du PG sera "sans doute saisie", après un "petit travail de recherche" sur M. Balme qui pourrait prendre quelques semaines, soit après les législatives, a-t-il précisé, assurant ne pas connaître oulala.net.

Manque de vigilance pour BALME.
Un petit travail de recherche sur BALME après les législatives qui pourrait prendre quelques semaines.
Pour MARX aucune excuse alors qu’il ne connait SORAL ni d’Ève, ni d’Adam, aucune recherche pour savoir qui il est exactement !
Une semaine a suffit pour lui faire perdre son investiture.
Il n’a même pas eu ce droit de se défendre.
Assisterions-nous encore une fois à une mascarade et comprendre que certains peuvent et d’autres pas ?
Deux poids, deux mesures ????????

Marine Le Pen tient des propos racistes, c’est intolérable !

http://www.dailymotion.com/video/xr9ec5_marine-le-pen-a-un-beur-vous-l-avez-gagnee-au-loto-votre-voiture-ou-avec-votre-travail_news?search_algo=1

Dans un extrait vidéo diffusé par France 2, Marine Le Pen s'en prend à un jeune homme d’origine maghrébine qui supporte Jean-Luc Mélenchon en lui demandant à propos de la voiture qu'il conduit : "Vous l’avez gagnée au loto, la voiture, ou vous l’avez gagnée avec votre travail ?".
Ces propos sont racistes. Laisser sous-entendre qu'on ne peut pas gagner sa vie honnêtement par son travail du fait de sa couleur de peau est intolérable.
Après l'affaire du faux tract de Mélenchon, voici un nouveau délit commis par la candidate d'extrême-droite. Marine Le Pen revendique un siège de députée. Au final, c'est sur le banc d’un tribunal qu'elle finira par siéger.

Le billet du jour : Oulala ! Va-t-il y avoir la même sanction que j’ai pu connaitre fin janvier 2012 ?

Alors mes chers(es) détractrices et détracteurs qu'en pensez-vous ?
Toi mon ami Christian POIRSON qui m'a dit d'un regard noir, sans sourciller, ce soir du 10 février 2012, où je subissais tel un criminel un jugement stalinien sur une erreur d'avoir mis 4 vidéos d’un certain SORAL (que je ne connaissais ni d'Ève et ni d'Adam) qu’une seul vidéo suffisait pour me faire perdre l’investiture que ce même tribunal avait acté par quatre fois. Une seule, tu as redis !
Toi Annie Levi-Cyferman, qui avait écrit dans un mail « ah non ! Pas ça ! »
Vous mes chers élus du Conseil Général de Meurthe-Moselle du groupe Front de Gauche qui n’avaient pas tardé à faire un communiqué dans la presse pour condamner mon erreur.
Toi François Auguste, Président du Conseil National du PCF qui n’a pas accepté que je sois une nouvelle fois reconduit par le Comité Départemental chargé de me juger ce même soir du 10 février.
Qu’allez-vous dire si ce René BALME garde son investiture ?
Qu’allez-vous faire ?
Je rappelle que de publier n’est pas forcément encenser.
Par contre ce René BALME ne fait pas que publier !
Alors que va-t-il se passer ?
Eric Coquerel, au bureau national du PG, met en avant les atouts d’un candidat expérimenté : « A partir du moment où vous avez un maire, qui est soutenu par le maire de Givors, l’une des plus importantes agglomérations de la circonscription, ça devient un bon candidat. Surtout que les 2/3 des candidats sont des primo-candidats. »
Rouges Bruns Problème « le bon candidat » ne se contente pas de diffuser sur son site des théories du complot les plus tordues, Balme donne la parole à des chroniqueurs proches des mouvances antisémites. Ici une tribune enflammée de Ginette Skandrani qui prend la défense de Mouammar Kadhafi. un article délirant de l’essayiste antisémite et négationniste Israël Shamir sur Mahmoud Ahmadinejad « un homme modeste, qui se dévoue corps et âme pour son peuple contre les serres impérialistes. »
Qu’est-ce que cela veut dire ? Parce qu’il est un élu il aurait le droit à l’erreur ?
Il serait quand même un bon candidat ?
Parce que je ne le suis pas, je n’aurais pas ce droit ?
Soulignons au passage que ce n’est pas le blog qui m’a épinglé qui épingle René BALME, vous savez « l’Opération Poulpe » et pour cause né un 19 janvier 2012, m’épingle un 30 janvier 2012, et depuis le 21 février 2012 plus rien, plus d’articles, plus de racistes dans notre pays. C’est le site « Rue89 » qui fait le travail. Celui de "l'Opération Poulpe" est terminé, sa mission était de me faire perdre mon investiture.
Arnauld Champremier-Trigano, directeur de la communication de la campagne de Jean-Luc Mélenchon pendant la présidentielle, condamne les sorties du maire de Grigny mais ne veut pas en faire un fromage.
Oui mais, pour moi cela l’a été, et croyez moi le fromage a bien été battu, et par tout le staff de la campagne Présidentielle de Mélenchon.
Alors DEUX POIDS, DEUX MESURES ?

Les propos de Philippe MARX en ce 18 MAI 2012. Et si Jean Luc MELENCHON fait le score qu’il a fait sur notre secteur c’est grâce à notre travail. Et cela je le dis en toute modestie, je le revendique, nous le revendiquons.

Mesdames, Messieurs, Chers(es) Amis(es), Chers Camarades,

D’abord permettez-moi de vous remercier d’avoir répondu à cette invitation, d’être aussi nombreux ce soir.

C’est à Saulnes que tout a commencé, un 1er Avril, le 1er Avril 2011 lors de la venue de Marie George BUFFET.
Celle-ci a réuni tous les responsables et élus du Parti Communiste de la 3ème circonscription pour discuter des législatives de Juin 2012. Pourrions-nous dire aujourd’hui que cela a été un poisson d’avril ? Peut être ! Pour moi, certainement !
Ma camarade Marie George BUFFET soulignait alors que suite aux négociations Nationales avec tous les partenaires du Front de Gauche la circonscription revenait de fait au Parti Communiste, mais que rien ne nous empêchait de faire avec ces partenaires locaux.
Elle est gagnable disait-elle !

Depuis quelques mois, voir quelques années, un nom circulait pour cette candidature, un nom avancé sans débat et sans discussions, ni avec les instances locales de la Circonscription du Parti Communiste, ni avec les adhérents. Je veux bien évidemment parler de Serge DE CARLI.
Des accords, des promesses, des « je te donne », « tu me donnes », rien de plus.
Des façons de faire, que nous ne pouvons plus aujourd’hui accepter, cautionner, d’autant que nous sommes toutes et tous par la force des choses entrés dans cette stratégie du Front de Gauche, une stratégie de RASSEMBLEMENT, une stratégie de faire avec d’autres. Une stratégie de faire de la politique autrement.

Mes camarades du Collectif PCF de Longwy-Longuyon-Villerupt m’ont demandé de bien vouloir présenter, lors de cette rencontre du 1er Avril 2011, un topo sur les rapports entre les élus PCF et apparentés du Conseil Général et le Parti, sans oublier le Comité Local du Front de Gauche.
J’ai affirmé alors que tous les Conseillers Généraux qui nous représentaient, étaient loin d’être membres du PCF, mais qu’ils s’en prévalaient lors des échéances électorales. Et qu’ensuite, nous étions ignorés.
Puis j’ai continué en disant que ces mêmes élus, étaient Maires, Conseillers Généraux, Vice Président de ceci, Vice Président de cela, et que nous ne comprenions pas le fait de dénoncer le cumul des mandats alors que beaucoup ne manquaient pas de le pratiquer à outrance dans nos propres rangs.
J’ai ajouté que nous ne pouvions plus accepter que l’on nous impose une candidature et que l’on dénonçait l’auto proclamation.

Que nous souhaitions un vrai débat et faire participer tous les camarades au choix des candidats.
Et j’ai terminé en disant qu’avec d’autres et pas forcément des communistes, nous aspirions avec force à vouloir changer les choses.
Que nous n’étions pas de simples distributeurs de tracts ou colleurs d’affiches.
Que nous voulions participer activement à la politique menée dans nos Villes, dans notre Département, dans notre Région et dans notre Circonscription.
Nous, les militants de base, avons aussi des choses à dire, des choses à faire valoir, c’est l’essence même des Assemblées citoyennes du Front de Gauche.
Nous ne pouvons pas seulement compter ou exister le temps d’une élection.
Il ne s’agissait en aucun cas de propos anti élu, non ce n’était pas le cas, puisque j’aspirais à en devenir un, et qu’il y a de nombreux élus au Front de Gauche qui partagent mon opinion. Et pendant plus de 20 années j’ai été Conseiller Municipal et Adjoint au Maire dans ma Ville, à Villerupt.
Ce n’était qu’un constat. Aujourd’hui force est de constater qu’il y a celles et ceux qui veulent mettre en application les valeurs contenues dans le Programme Populaire et Partagé du Front de Gauche, et d’autres qui ne veulent surtout pas changer les anciennes pratiques qui les arrangent.
Il ne s’agissait donc pas de propos anti élu et pas plus d’être contre un homme. Cela, je tiens à le souligner avec fermeté.
Aussi, faisant ce constat, je proposais ma candidature à l’élection législative de ce mois de juin 2012.
Je n’ai rencontré aucune opposition à cette annonce.
Marie George BUFFET a souligné que les statuts du PCF permettent à un communiste de se présenter comme candidat à une élection, et que les communistes avaient droit au choix du candidat.
Au lieu d’instaurer un débat parmi les communistes et nos partenaires du Front de Gauche, Patrick HATZIG secrétaire Fédéral de l’époque, a demandé de suite à Patrice ZOLFO de mettre en place une procédure et un processus pour une élection interne, en faisant appel à d’autres candidatures, si candidatures il y avait.
Deux candidats se sont inscrits dans cette procédure et ce processus, Serge DE CARLI et moi même.
Une commission composée de membres du PCF (puisque la candidature devait être PCF) a été créée, afin de mettre en place dans les meilleures conditions possibles cette élection.
Une lettre motivant la candidature a été demandée aux deux candidats dans le but de faire le point sur les motivations de ceux-ci.
Suite à l’envoi de ma lettre, voilà ce que je recevais en réponse de la part de notre Secrétaire Fédéral Patrick HATZIG :

« Bien reçu Philippe,
Merci pour ta franchise, ton engagement, et ton désir de faire gagner un communiste à cette élection législative.
Ce sera la première élection législative (depuis que je suis secrétaire fédéral) qui peut rassembler toutes les sensibilités de la famille communiste, les adhérents, les élus, les sympathisants, la gauche de la gauche.

Ce sera la première fois si nous y arrivons, et pour y arriver, il faut au demeurant que ce candidat soit le candidat des adhérents, c’est pourquoi un vote sera organisé.
C’est ainsi que les camarades ont souhaité avancer, c’est ainsi que nous avancerons.
Et le comité départemental est pleinement engagé pour que cela soit ainsi…
Bien à toi ».

Que dire, aujourd’hui des ces propos ?

Philippe Marx se retire. Je ne suis pas plus l’ami de SORAL que MÉLENCHON n’est l’ami de BUISSON, et en plus je n’ai jamais approché ce SORAL.

Désigné candidat PCF-Front de Gauche pour les législatives en juin 2011, décrié par la majorité des élus locaux communistes et remercié en février 2012 par son propre parti… Philippe Marx est revenu hier soir sur un feuilleton qui aura tenu en haleine la galaxie rouge pendant près d’un an. A Saulnes, « là, où tout a démarré », il a annoncé son retrait de la course aux législatives, « pour ne pas passer pour le diviseur ».

Philippe Marx : « On a fait les poubelles de mon blog »

On retiendra les regrets, beaucoup de regrets dans la voix de Philippe Marx. Après avoir perdu l’investiture PCF-Front de Gauche pour les législatives dans des circonstances troublantes, il a décidé de retirer sa candidature.

J’ai souffert, j’ai été blessé dans mon amour-propre. Mais je me dis aussi que je devais vraiment gêner pour qu’ils en arrivent à ce stade. » Le Poulpe a refait surface hier soir à Saulnes, après avoir causé bien des soucis à Philippe Marx en février dernier. Candidat aux législatives pour la famille Front de Gauche, élu par les militants en juin 2011, Philippe Marx a vu ses ambitions électorales partir en fumée après la parution d’un article sur le site internet Opération Poulpe ( lire ci-dessous). « Fin janvier, les responsables de ce site, bien évidemment restés anonymes, ont épinglé mon blog sur lequel j’avais déposé quatre vidéos d’Alain Soral, que je ne connaissais ni d’Eve, ni d’Adam, a affirmé Philippe Marx, qui ne s’était jamais exprimé sur le sujet. Quatre vidéos sur plus de 7.000 articles, qui ne faisaient pas état de racisme, de xénophobie ou de publicité pour le Front national. Il a fallu qu’ils fassent les poubelles de mon blog ou qu’ils soient dirigés par certaines personnes. » Revenant sur ses maladresses, le militant a reconnu son « erreur, mais de là à ce qu’elle devienne une erreur impardonnable il y a des kilomètres… Personne n’est dupe ».
« Ils auraient trouvé autre chose »
La gorge nouée, les yeux rougis, Philippe Marx enchaîne : « Il fallait éliminer ma candidature. N’importe quel procédé était bon. […] Si ces vidéos n’avaient pas existé, ils auraient trouvé autre chose pour m’écarter, cela a été confirmé après coup par François Auguste, président du conseil national du PCF à mes amis Fernand Tiberi, Frédéric Brigidi et Roger Corbellotti lors d’une rencontre : la direction nationale avait déterminé qui serait candidat bien avant le 1 er avril 2011. »
Le Villeruptien, fervent militant depuis une quarantaine d’années, souligne une nouvelle fois que le comité départemental a validé « par quatre fois ma candidature. Allez dire à une équipe de foot qui gagne 4-0 qu’elle a perdu le match ! »
Et reprend. « J’ai été lâché par ma famille politique par un seul communiqué sans date, sans en-tête et sans signature. Aujourd’hui, je n’ai toujours rien reçu d’officiel, il n’y a pas de légitimité pour l’investiture du candidat PCF-Front de Gauche de la 3 e circonscription. » Philippe Marx argumente son retrait de la sorte : « Sans l’appui financier des appareils, il est bien difficile de mener une telle campagne. D’autre part, je ne veux pas prendre le risque de voir arriver le Front national en deuxième position à cause de divisions à gauche. »
Pas de consigne de vote
Patrice Zolfo, animateur de l’antenne locale du PCF, regrette « que les coups les plus durs soient venus de la famille à laquelle on appartient. Parfois, même nos adversaires sont plus dignes et respectueux ». Martine Brigidi, militante communiste, évoque les relations entre le peuple et la politique : « Il faut continuer sur notre dynamique et continuer à rafistoler les gens avec la politique. L’appropriation du pouvoir ne participera jamais à l’unité. » Dominique Mauvais, du Parti de Gauche, isolée après avoir continué à soutenir Philippe Marx, se félicite « de ce bloc d’amitié qui s’est créé. » Philippe Spillmann lâche un dernier pavé dans la mare : « Les militants présents lors d’une réunion du comité local Front de Gauche ne reconnaissent pas la candidature du tandem De Carli-Corzani aux législatives. Ils considèrent comme inopportune la venue éventuelle de Jean-Luc Mélenchon et de tout autre dirigeant national pour un meeting de soutien à la candidature De Carli-Corzani. »

Du poisson d’avril… au poulpe

1 er avril 2011. A l’occasion d’une visite de Marie-George Buffet, Philippe Marx, militant PCF depuis 40 ans dans le secteur de Villerupt, fait part de son souhait de briguer le siège de député dans la 3 e circonscription de Meurthe-et-Moselle. Une annonce surprise qui vient contrarier les plans Serge de Carli, le maire et conseiller général de Mont-Saint-Martin, qui apparaît comme le grand favori pour partir sous la bannière Front de Gauche.
Avril-mai 2011. Les militants devront élire leur candidat pour les législatives et pour la présidentielle dans le cadre de primaires. La campagne bat son plein autant sur le net qu’entre les militants. Deux clans se forment et les coups fusent.
16 au 18 juin 2011. Le verdict des urnes tombe : Philippe Marx remporte la primaire et devient le candidat aux législatives du Front de Gauche. C’est la déception dans le camp De Carli.
22 juin 2011. Michel Mariuzzo, maire de Piennes, demande l’annulation du scrutin en raison de l’absence de suppléant pour Philippe Marx et l’impossibilité de voter par boîte postale. La commission des conflits du PCF rend ses conclusions quelques semaines plus tard au cours d’une réunion houleuse. « D’importants dysfonctionnements » sont relevés mais Philippe Marx conserve son investiture. Maryvonne Musset, conseillère régionale, soumet alors un autre recours au niveau national.
Octobre 2011. Les soutiens de Serge De Carli s’organisent, avec en tête les conseillers généraux Alain Casoni et Laurent Righi. 88 élus locaux signent un appel en direction de Serge De Carli. Appel aussitôt dénoncé par les pro-Marx qui fustigent « une opération de division qui fera le jeu du député actuel Christian Eckert ».
Novembre 2011. Après avoir étudié le second recours, la commission nationale du PCF conclut que « le vote des primaires ne s’est pas déroulé dans le total respect des statuts ». Elle incite les différents protagonistes à se rencontrer afin de trouver un accord. Un accord qui s’avère impossible tant les rancœurs sont grandes entre les deux camps. Philippe Marx conserve son investiture. Serge De Carli, lui, décide de se déclarer candidat début décembre.
Janvier 2012. Un site internet baptisé Opération Poulpe accuse Philippe Marx d’avoir diffusé sur son blog, en 2009 et 2011, des vidéos d’Alain Soral, essayiste français connu pour ses idées extrémistes. L’affaire explose et propulse Philippe Marx devant le comité départemental du PC. Les conseillers généraux de Meurthe-et-Moselle, dont Serge De Carl, « condamnent l’attitude de Philippe Marx. » Le camp de ce dernier crie à la machination. "L’affaire" prend de l’ampleur.
Février 2012. Lors d’une réunion de crise à Frouard, les militants réaffirment leur confiance à Philippe Marx. De son côté, Patrick Hatzig, secrétaire fédéral, assure « qu’il y aura des rebondissements et que le collège exécutif national devra statuer sur cette affaire ». C’est ce qu’il fait, en annonçant, via un communiqué, le retrait de l’investiture PCF-Front de Gauche à Philippe Marx. Serge De Carli devient, après un incroyable scénario, le candidat officiel du Front de gauche.

Le Républicain Lorrain Samedi 19 Mai 2012 – Sandra Nonnenbruck.

novembre 2018
L M M J V S D
« Juil    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Traduire

%d blogueurs aiment cette page :