La Lyonnaise des eaux condamnée pour coupure d’eau illégale. Retour à la gestion municipale…

robinetLa loi du 15 avril 2013 interdit désormais à un distributeur de couper l'alimentation en eau dans une résidence principale en cas d'impayé, sauf lorsque la mauvaise foi du client a pu être clairement établie.
Pour un impayé de 646 euros, la compagnie avait coupé l'eau pendant près de trois mois à une mère de famille de Soissons, ce qui est désormais interdit par la loi.
La Lyonnaise des Eaux a été condamnée pour avoir coupé de manière jugée illégale l’eau à une mère de famille, une première depuis l’adoption d’une loi relative aux coupures d’eau, a appris vendredi l’AFP auprès de deux associations parties civiles dans ce dossier.
Selon l’ordonnance de référé que l’AFP a pu consulter, le tribunal d’instance de Soissons a condamné la Lyonnaise des Eaux, filiale de Suez Environnement, à indemniser la victime et les deux associations à hauteur de 8 680 euros. La Lyonnaise des Eaux avait coupé l’eau à cette mère de deux enfants entre le 28 juillet dernier et le 16 septembre pour un impayé de 646 euros.
La loi du 15 avril 2013, dont le décret d’application date du 27 février 2014, interdit désormais à un distributeur de couper l’alimentation en eau dans une résidence principale en cas d’impayé, sauf lorsque la mauvaise foi du client a pu être clairement établie.
Dans le cas de cette mère de famille, le tribunal a établi que « la Lyonnaise des Eaux n’allègue ni ne prouve aucun élément qui serait susceptible d’établir sa mauvaise foi », étant donné que cette femme a respecté l’échéancier de paiement que les deux parties avaient négocié.
Il est également «incontestable que (la victime) se trouve dans une situation économique et sociale comportant des difficultés financières particulières», précise le jugement.

e

Place au peuple nous disons… Alors prenons la, cette place qui nous revient ! Le billet du jour…

MOI_pRÉVOLUTION !!!
O.S.E.Z. : objectif Solidarité Exclusion Zéro.
Puisque nos gouvernants n’y arrivent pas et ne souhaitent pas et pire que cela ne cesse de nous plonger dans l’austérité et dans la misère, prenons les difficultés de nos concitoyens en main. Montrons qu’il est possible de faire autrement et que dans notre pays le mot Fraternité a un sens, le sens de la solidarité fraternelle.
Aujourd’hui pour toi tout va bien, tu as du travail, un salaire et tu peux continuer malgré la crise à subvenir à tes besoins, mais demain en sera-t-il toujours ainsi ? Te sera-t-il toujours possible de faire face aux dépenses obligatoires que sont la nourriture, le loyer, l’électricité, le gaz, l’eau et j’en passe et des meilleurs ? Rien ne te le confirme, absolument rien, un changement de situation peut intervenir très vite et qui va t’aider ?
Face à ces différences, à cette ségrégation sociale qui règne dans notre pays il nous faut être SOLIDAIRES et démontrer que le citoyen français a encore des valeurs, qu’il peut encore aider, être disponible pour essayer de réduire la précarité de nos concitoyens touchés en plein par la crise économique provoquée par la finance.
Toi qui a besoin, qui te retrouve dans une situation où tu ne vois pas le bout du tunnel essaies de retrouver toute ta dignité d’être humain, ne soit pas gêné, car ce qui t’arrive aujourd’hui, sans vouloir le souhaiter peut arriver à quiconque.
Il ne s’agit pas de créer une association avec compte en banque et encore une structure lourde, il nous faut pouvoir réagir et agir vite, très vite. Présente-nous ton dossier, nous le ferons connaître sur la page « O.S.E.Z. et celles et ceux qui peuvent verser, ne serait-ce qu’un petit euro t’aideront à t’en sortir. Cette somme sera versée directement sous forme de chèque au créancier à qui tu dois de l’argent, c’est pour cela qu’il nous faudra un dossier avec les coordonnées du créancier afin que personne ne brasse d’argent.
Toi qui peux ou qui pourras verser pour aider tu enverras ce que tu veux envoyer directement au créancier et nous avertir de ton envoi afin d’envoyer juste le nécessaire pour aider la personne concernée.
La démarche peut paraître utopique, mais pour l’avoir déjà appliquée à petit niveau, je sais que cela peut fonctionner, je sais que beaucoup ne supportent plus de voir son voisin, un ami ou un membre de sa famille accaparer par ces soucis d’argent dont il n’est pas responsable. Aujourd’hui, chacun a le droit de vivre décemment, dans la dignité et nous le constatons chaque jour, tout est fait, absolument tout pour que cela soit le contraire.
OSONS, oui, osons l’ « objectif solidaire exclusion zéro », en entreprenant de le faire nous donnerons à notre manière une leçon à ces gouvernants qui n’ont aujourd’hui que la sauvegarde de la finance au détriment des humains que nous sommes. Démontrons que nous sommes capables de nous donner la place qui nous revient, la place au peuple comme on dit.
« O.S.E.Z. » sera un groupe de personnes volontaires pour suivre et solutionner les problèmes de nos concitoyens, l’aide à tel ou tel dossier se fera par un vote, et une fois le vote prononcé, nous embrayerons l’appel aux dons.
Je n’ai pas la prétention de gérer cela tout seul, d’ailleurs cela n’aurait aucun intérêt. Aussi je fais appel aux bonnes volontés, à toutes celles et à tous ceux dont la préoccupation première est l’humain, les femmes et les hommes que nous sommes. N’hésitez pas à me contacter, j’aurais ce plaisir de vous adjoindre comme administrateur de cette page, pour être efficace il faut au moins être onze.
Liberté, égalité, fraternité, solidarité, laïcité, accessibilité, poing fermé et levé.

OSEZ00

Incendie campement Roms : « Un enfant est mort et cela aurait pu être évité »

incendie_campsUn enfant est mort mercredi matin dans l'incendie d'un camp de Roms à Bobigny en Seine-Saint-Denis. Ce drame horrible, et pour l'instant d'origine inconnue, était hélas prévisible. Bringuebalée de démontage de campement en évacuations hebdomadaires, toute une communauté vit dans la plus extrême des précarités sans qu'un véritable travail social soit rendu possible. Des familles entières sont maintenues dans une telle logique de survie, que les consignes les plus élémentaires de sécurité deviennent quantités négligeables et qu'il finit par arriver l'indicible. Un enfant est mort et cela aurait pu être évité.
Il faut cesser de faire des Roms les bouc émissaires coupables de tous les maux alors que leur relatif faible nombre, seulement 17.000 au niveau national, rend possible un plan Marshall de l'hébergement d'urgence pour eux comme pour les autres publics à la rue. Des financements européens existent. Mobilisons-les pour faire que disparaissent au plus vite ces bidonvilles meurtriers qui sont une véritable honte pour notre pays. La mort de cet enfant doit réveiller la conscience de ce pays.

Journée mondiale du refus de la misère : une mesure de justice sociale est possible immédiatement ! (CGT)

refus-misereLe 17 octobre, le gouvernement a l’occasion de prendre une décision utile, concrète et immédiate : abroger le décret de janvier 2011 du gouvernement Sarkozy qui autorise les caisses d’allocations familiales à prélever, a minima, 47 euros sur le RSA, que perçoivent des personnes déjà en grande difficulté.
Par exemple, si un allocataire, par erreur de la caisse ou suite à un changement de situation non enregistré, a trop « perçu » d’allocation logement, la caisse d’allocations familiales, peut lui déduire au  moins 47 euros sur son  RSA !
La loi prévoit pourtant des dispositions pour préserver le « reste à vivre » des personnes confrontées à des difficultés financières. Ce décret, indécent, les enfonce au contraire  encore plus dans la misère.
Les administrateurs CGT de la Caisse nationale des allocations familiales sont intervenus en conseil d’administration, suite à l’interpellation de nombreux allocataires mis dans  des situations intenables.
La Confédération vient de s’adresser au Premier ministre, en lui demandant l’abrogation immédiate de ce décret. Le gouvernement, qui affiche une volonté de lutter prioritairement contre la grande pauvreté, doit et peut passer immédiatement de l’affichage aux actes ! 

La pauvreté ! Quel destin ? Quel avenir ? Pourquoi ?

p9

Je fais MOI_ppartie de celles et ceux qui souhaitent un autre monde, un monde juste, de solidarité où l'humain doit être la priorité. Et pourtant, si nous représentons la majorité, nous subissons, nous devenons de plus en plus pauvre, oui nous travaillons… mais nous devenons ou sommes pauvre.
Des images qui font froid dans le dos, parce qu'aujourd'hui personne n'est à l'abri.
J'ai peur du lendemain ! Et toi ! Tu t'en fous ?

http://youtu.be/vZeQpsQ7fe4 http://youtu.be/rJbOI5gPvRY

Quand l’élu est humain et qu’il se bat pour l’humain, l’administratioin prend des mesures inhumaines !

Décidemment, être humain et agir comme un humain, aujourd’hui nous est interdit.
Lisez l’article ci-dessous publié dans le journal régional le Républicain Lorrain du vendredi 21 décembre 2012 jour où l’on nous annonce la fin du monde.
Parce qu’un Maire, Roger CORBELLOTTI, Maire de Longlaville dans le 54 a pris des arrêtés pour interdire les coupures d’électricité dans sa commune, se voit condamner par le tribunal administratif à payer 800 € de dommage à EDF.
Ça, c’est la fin du monde ! Honteux et déplorable, de voir que celles et ceux qui souhaitent un monde de solidarité, d’égalité et de fraternité soient condamner.
Par contre celles et ceux qui n’ont rien d’humain, celles et ceux qui ont provoqué cette crise dans le monde, celles et ceux qui créent délibérément le chômage au nom de l’argent, celles et ceux qui quittent notre pays pour des raisons fiscales, sont vénérés.
Un monde à l’envers, une société de « merde », c’est ce qui est réservé à notre jeunesse.
Il est grand temps de Réagir ! D’Agir !

Capture

On ne combat pas la misère en maintenant des millions de personnes sous le seuil de pauvreté

pauvrete_2Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a annoncé mardi plusieurs mesures de lutte contre la pauvreté. Il faut se féliciter de la volonté affichée par le gouvernement de vouloir combattre ce fléau qu’est la pauvreté qui touche maintenant 1 Français sur 8. Cela marque une rupture attendue avec la droite pour qui, les plus pauvres, étaient considérés avec cruauté comme des assistés.
Reste que la volonté affichée ne sert pas à grand chose si les moyens ne sont pas aux rendez-vous. Et hélas, il est à craindre que ce soit le cas. Annoncer l’augmentation de 10% en 5 ans ce n’est jamais qu’un retour au montant du RMI, équivalent à un demi SMIC lors de sa création. Cela ne met pas plus de beurre dans les épinards ! Une réelle rupture aurait été de se fixer comme objectif d’augmenter le cumul des minima sociaux au dessus du seuil de pauvreté, soit 950 euros par mois. On ne combat pas la misère en maintenant des millions de personnes sous le seuil de pauvreté.
Le contrat d’insertion destiné aux jeunes non qualifiés pour bénéficier d’un RSA laisse un goût amère. Une fois encore, il est demandé plus aux jeunes pour qu’ils bénéficient ce qu’ont, de plein droit, les plus de 25 ans. C’est regrettable et infantilisant. Les travaux annoncés sur le sur-endettement ou l'”amélioration conséquente des aides aux familles mono-parentales” peuvent être positifs si le gouvernement consent à desserrer l’étreinte d’une austérité qui fait plonger le pays. Il ne sert à rien de faire des économies sur le dos de la solidarité. Plus les difficultés sociales sont traitées en amont, moins elles coûtent chères en terme de santé, d’école, ou d’emploi. La générosité rapporte plus qu’elle ne coûte !
Enfin, un autre grand chantier reste toujours devant nous : celui de mettre fin à la méfiance des usagers et des allocataires à l’égard des services sociaux ou de la Caisse d’allocation familiale qui ont été instrumentalisés dans le cadre d’une politique de contrôle social et non d’accompagnement social. Il en est grand temps.

Ils ont créé la pauvreté, aujourd’hui ils voudraient cacher les pauvres ! Samedi 30 Juin 2012, 09 heures 30 devant l’Hôtel de Ville de Longwy-bas….

Les marchés « interdits aux chiens et aux mendiants »
Samedi 30 juin, le citoyen Albert Falcetta, appelle à un rassemblement devant la mairie de Longwy-Bas pour protester contre l’arrêté anti-mendicité pris par l’équipe municipale en 2009. Une décision qu’il explique.
Hier matin, j’étais sur le marché de Longwy quand j’ai vu une vieille dame, probablement une Rom, assise au pied d’un arbre avec un gobelet en plastique à la main. Je lui ai versé une petite obole ridicule, ce dont elle m’a remercié avec insistance. Quelque temps après, trois policiers municipaux sont venus (aucun lien entre les deux événements) pour la faire déguerpir en y mettant les formes […]. Je suis intervenu pour demander quel mal elle avait fait. La dame était en pleurs. »
C’est par ces mots que le citoyen Albert Falcetta raconte dans une lettre adressée au maire de Longwy sa mésaventure du 23 juin.
Il explique ensuite sur cette feuille A4 que lui et les policiers conviennent «  qu’il y avait bien d’autres problèmes plus sérieux à régler » dans la ville.
Ces derniers partis, il aide la dame à se réinstaller, ne constatant aucune nuisance pour les passants, qui pour «  95 % » d’entre eux ne la remarquent même pas. «  Sont alors arrivés deux autres policiers municipaux. Même scène », poursuit Albert Falcetta.«  La première fois, ils m’ont dit que la mendicité était interdite en France, ce qui est faux bien sûr. La deuxième fois, ils m’ont avoué qu’elle était interdite sur les marchés de la ville par arrêté du maire(depuis 2009 N.D.L.R.).  »
Après plusieurs tentatives pour obtenir le fameux arrêté en mairie, Albert Falcetta met la main dessus. Et décide à sa lecture d’organiser un rassemblement samedi matin à 9 h 30 devant l’hôtel de ville de Longwy-Bas pour tous ceux «  que cela choque. Article 5 : La mendicité est interdite sur l’ensemble des marchés. Article 6 : La divagation des chiens est formellement interdite sur les marchés. Ils auraient pu rassembler ces deux articles : interdiction aux chiens et aux mendiants. »
« La discrimination envers les pauvres »
Prononcées sur le ton de la plaisanterie, ces dernières phrases le font cogiter. Dans les locaux de l’union locale de la confédération générale du travail (UL CGT), il montre trois petites pancartes qu’il scotchera sur son t-shirt samedi et qu’il a confectionnées pour l’occasion : « Luttez contre la pauvreté, pas contre les pauvres », « L’Humain d’abord » et « J’ai faim de justice et d’humanisme ».
«  Qui peut m’interdire de lui donner de l’argent, à cette dame, qui ne gênait personne, en dehors de ceux qui veulent cacher la misère pour ne pas la voir ? C’est triste, et c’est notre société. On parle souvent de discrimination, et la principale, c’est celle envers les pauvres. Ça a toujours existé. »
Ses proches approuvent son indignation. Une seule personne lui a demandé d’en discuter. «  Je sais ce qu’elle va me dire : que cette Rom mendie pour un mac posté à quelques mètres de là, tout ça pour un réseau. Première remarque : on n’a jamais réussi à me montrer ces macs. Deuxième remarque : si ce réseau existe, c’est ridicule de le pointer du doigt, pour quelques euros récupérés. On ferait mieux de se pencher sur les réseaux qui brassent des milliards au sommet des états et ont des conséquences autrement plus dramatiques. »
Albert Falcetta sait que la dame qu’il a aidée est dans le besoin. Comme ses semblables. «  Je leur ai amené des vêtements un jour, et ils se sont battus pour en avoir. Ils ont pris tous les risques pour quitter leur pays, certainement la Roumanie, pour au final être de nouveau dans la misère ici, et stigmatisés. Il faut plus d’équipements pour les accueillir. Là, on en a fait pour être en conformité avec la loi, pas avec les besoins », conclut-il d’une voix chevrotante, pris par l’émotion.
Samedi matin, il parlera à nouveau avec son cœur.

Républicain Lorrain du 29 Juin 2012 – Sébastien Bonetti.

Les Restos du Coeur vont “malheureusement” battre le record de fréquentation

Les Restos du Coeur vont "malheureusement" battre leur record de fréquentation dans leurs 2.000 centres d'aide alimentaire, a dit vendredi soir à l'AFP Olivier Berthe, président de l'association créée par Coluche.
Après avoir rappelé que lors de la campagne d'hiver précédente (novembre 2010 – mars 2011), les Restos du Coeur avaient reçu 860.000 personnes, M. Berthe a ajouté que le chiffre de 900.000 personnes pourrait être atteint pour la campagne 2011-2012.
"Est-ce qu'on va attendre 2017, les prochaines élections pour dire ça y est on a atteint le million ? Est-ce qu'on va rester dans cette situation absurde, j'espère qu'un certain nombre de nos candidats nous répondront, mais dans les actes et dans les faits", a par ailleurs déclaré à RTL le président des Restos du Coeur.
L'association a adressé mercredi une lettre ouverte aux candidats à la présidentielle, les invitant à s'intéresser aux Français "vivant en dessous du seuil de pauvreté".

octobre 2018
L M M J V S D
« Juil    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Traduire

%d blogueurs aiment cette page :