Conférence de presse de Pierre Laurent lundi 8 avril 2013

Face à la crise politique actuelle d'une extrême gravité (affaire Cahuzac, fraude et évasion fiscale…), nous avons besoin d'une politique et d'une majorité alternative à gauche, une politique de lutte contre la finance, une politique qui permette la rénovation démocratique de la République.
Pierre Laurent, secrétaire national, a présenté les propositions du PCF, lundi 8 avril à 16h, à l'occasion d'une conférence de presse au siège du PCF.

François Hollande à Dijon : Les images d’un fiasco médiatique et des images qui en rappellent d’autres

"Monsieur Hollande,
elles sont où vos promesses ?".

http://youtu.be/d4k3CptOkJg

Hollande Président, l’opinion grince des dents

Extrait : Alors qu'il ne cesse de chuter dans les sondages !
Selon une dernière enquête Ipsos-Le Point, la côte de popularité de François Hollande a reculé de 5 points en un mois. Seuls 31 % des Français se déclarent satisfaits, soit l'un des plus bas niveaux pour un président depuis la création de ce baromètre en 1996.

Voeux 2013 : rallumons les étoiles

La vidéo humoristique du PCF rappelant les engagements de campagne de François Hollande vient de provoquer une réaction totalement disproportionnée du premier secrétaire du PS.
« Ce clip (…) de mauvaise foi, mensonger et caricatural: il est une faute contre la gauche (…) il est une honte pour ses auteurs » .
Notre clip, incitant à « rallumer les étoiles », ne mérite en rien l'usage d'une artillerie aussi lourde.
Nous convenons que cette vidéo peut susciter des réactions. Mais la première d'entre elle, la plus partagée, avec près de 200 000 visites dés les 2 premiers jours est tout simplement d'en sourire.
Mieux vaut user aujourd'hui d'un droit de critique, qu'être contraint à un devoir d'inventaire dans 5 ans.
Sur le fond, nous n'avons fait que reprendre les promesses publiques du candidat Hollande, sans rien bidouiller : ses promesses sur des marqueurs de gauche pour un changement « Maintenant » après 10 ans de droite.
Huit mois après, Harlem Désir devrait plutôt se demander pourquoi cette vidéo rencontre un tel succès. D'une certaine manière, ce clip est une invitation de fin d'année, certes légèrement impertinente, à rappeler à l'ensemble de la gauche que l'année 2013 doit être une année de conquêtes, de luttes face aux puissances de l'argent qui gouvernent, décrites par François Hollande lui même lors de son meeting de début de campagne au Bourget : « Mon véritable adversaire, scandait alors François Hollande, il n’a pas de nom, il n’a pas de visage, pas de parti, il ne sera pas élu, et pourtant il gouverne, cet adversaire, c’est le monde de la finance »

Algérie/colonialisme français : François Hollande a fait la moitié du chemin nécessaire

hollande_algerieFrançois Hollande, devant le Parlement algérien, a fait – en termes mesurés – un pas en avant dans la reconnaissance de la vérité sur le colonialisme français en Algérie, en rappelant les violences, les massacres et les tortures qui ont marqué la politique coloniale. Il était nécessaire de dire que la France reconnaît les souffrances infligées au peuple algérien par la colonisation.
François Hollande, cependant, n'est pas allé au bout de ce qu'il fallait faire : reconnaître la responsabilité de la France dans les crimes d'État et les pratiques inhumaines qui ont caractérisé ce qui fut la politique de l'État français. Il est bien de qualifier le système colonial de profondément injuste et brutal et d'ouvrir les archives pour que la vérité soit connue de tous. Il est regrettable que le Président de la République ne rappelle pas que c'est la République française elle-même qui doit assumer la responsabilité d'une page terrible et inacceptable de sa propre histoire.
C'est bien de responsabilité historique dont il s'agit et non de « repentance ». Il ne peut y avoir de réconciliation véritable et durable sans la reconnaissance de la souffrance de l'autre et l'acceptation de sa propre responsabilité. François Hollande a fait la moitié du chemin nécessaire.
Puisse cette visite d'État contribuer quand même à l'ouverture indispensable d'une nouvelle page de la relation franco-algérienne.

L’agenda social oublié par le président

Tout en prenant acte de l'impatience des Français qui après 10 ans de droite au pouvoir attendent une action gouvernementale à la hauteur des urgences et attentes sociales, le président de la République a fait un discours de la méthode qui au risque de se répéter sera très vite inopérant.
L'agenda qui fixe à deux ans "le rythme du redressement du pays" avant d'envisager "la construction d'une société de solidarités" semble remettre à plus tard le changement annoncé et surtout oublie complètement le changement social qui est bien à l'ordre du jour.
Ainsi, alors que c'est aujourd'hui qu'il faut un moratoire sur les plans de licenciements boursiers, et que les salariés menacés doivent sentir que le pouvoir est dans leur camp, ceux de PSA apprennent qu'ils seront "accompagnés" par l'État dans les plans de reconversion.
Au surplus, son silence absolu sur le Traité européen soumis à ratification alors qu'il n'a pas été renégocié d'une virgule est très préoccupant. Les Français ont droit à ce débat, ils ont le droit de décider.
L'austérité des comptes publics n'est pas la solution, elle est le problème. Et ce sont bien des ressources nouvelles qu'il faut dégager, à commencer par récupérer celles accaparées par les marchés.
Le PCF et le Front de gauche sont disponibles pour un tournant politique, celui de la justice sociale et de la relance économique et écologique.

Événement du jour : Nelson MANDELA

1994 : Nelson Mandela, qui à 75 ans a passé plus du tiers de sa vie dans les prisons de l'apartheid, est élu à l'unanimité président de l'Afrique du sud par la première assemblée multiraciale de l'histoire du pays. L'ANC obtient 252 des 440 sièges à l'Assemblée nationale, contre 82 au Parti national du président sortant Frederik de Klerk.