Québec : le Parlement adopte une dangereuse loi d’exception pour museler les étudiants

Le Parlement québécois a adopté vendredi dernier une "loi spéciale" pour mettre fin aux manifestations étudiantes contre une hausse vertigineuse de 82% des frais universitaires. Cette loi restreint le droit de manifestation et d'expression. Elle prévoit de très lourdes amendes quasiment insupportables pour les personnes et les associations étudiantes. Cette loi appelée "loi matraque", votée afin de museler une jeunesse inquiète pour son avenir, est vivement critiquée notamment par le mouvement syndical et par des leaders et personnalités universitaires.
Le Parti communiste français exprime sa consternation et sa condamnation devant le vote d'une telle loi de répression et d'exception. Il est très préoccupant qu'une loi puisse être ainsi adoptée pour régler un conflit spécifique par la restriction des libertés fondamentales au nom de l'urgence et de la raison d'Etat. C'est une politique de force. C'est le principe même de l'Etat de droit et son universalité qui est ici directement mis en cause. Le PCF est solidaire de l'ensemble de la jeunesse québécoise et de toutes les forces qui agissent pour leurs droits et pour la défense de leurs libertés.

“Palestine : un État maintenant !” : le MJCF lance un appel

Nous ne pouvons plus fermer les yeux sur le sort réservé aux Palestiniens depuis 63 ans ! Colonisation ininterrompue, maisons détruites en masse, mur de la honte, contrôles aux check points, confiscation de terres arables, privation d’accès à l’eau, racisme d’État, violation quotidienne des résolutions de l’ONU, humiliations permanentes… Ça ne peut plus durer ! Au moment, où de nombreux peuples se révoltent dans tous le Moyen-Orient pour trouver la voie de la démocratie, de la justice et de l’égalité, les aspirations du peuple palestinien doivent être entendues. Le temps est venu que les choses changent ! Bien sûr, l’échec des nombreuses négociations menées depuis 20 ans et l’escalade de la violence qui en découle pourraient décourager. La solution existe pourtant, simple et juste : un État palestinien pour le peuple palestinien. En septembre, s’enclenche un processus qui doit conduire la Palestine à être reconnue comme un État, le 194ème membre de l’ONU. Le peuple palestinien a le droit à cet État, libre et indépendant, dans les frontières de 1967 (Cisjordanie, bande de Gaza, Jérusalem-Est comme capitale), aux côtés de l'État israélien. C'est la condition de justice qui peut seule ouvrir un horizon de paix dans la région. La France et l'Union européenne doivent soutenir activement cette chance historique. En tant que citoyens engagés pour la paix, nous soutenons les peuples palestinien et israélien et leur droit de vivre en paix dans des États libres et souverains aux frontières sûres. En tant que citoyens engagés pour la justice et les droits humains, nous appelons la France et l’Union européenne à prendre leurs responsabilités en approuvant à la prochaine assemblée générale de l’ONU – et au Conseil de sécurité pour les membres permanents – la reconnaissance de l’État palestinien
La liste complète des signataires sera mise à jour sur le site : http://www.jeunes-communistes.org/.

Rassemblement étudiants et lycéens devant le Sénat

Face à un gouvernement qui minimise et délégitime le soutien de la jeunesse au mouvement contre la réforme des retraites, les lycéens et étudiants montrent un peu plus chaque jour leur détermination à poursuivre la mobilisation auprès des salariés. Non, la jeunesse n’est pas « l’urticaire de la France » et est encore moins « désespérante » comme l’affirme Christophe Barbier dans un éditorial de l’Express. C’est une jeunesse consciente de l’avenir qu’on lui réserve et responsable qui s’est rassemblée aujourd’hui devant le Sénat, bientôt rejointe par un cortège d’étudiants qui manifestaient depuis l’université de Jussieu. Ils étaient plus de deux mille à scander qu’ils veulent de vrais emplois et de vraies retraites.

Retraites : à propos du mouvement dans les facs et les lycées

Les ministres du gouvernement et les responsables de l'UMP répètent sur tous les tons que les jeunes ne devraient pas manifester car ils ne sont pas concernés par la réforme des retraites, et que les lycéens devraient rester sagement en cours.
Ce même gouvernement qui pense que des adolescents de 13 ans sont assez conscients de leurs actes pour les envoyer en prison, considère dans le même temps qu'il est irresponsable de manifester lorsqu'on à 16 ou 17 ans. Allez comprendre !
Or, si les jeunes manifestent, c'est d'abord par solidarité avec leurs parents qui devront trimer jusqu'à 62 ans ou 67 ans si la loi sur les retraites s'applique. C'est aussi parce que cette réforme détruira un million d'emplois pour les jeunes, renforçant le chômage qui les touchent déjà massivement.
Comment envisager cotiser 42 années lorsque la seule perspective qu'on nous propose est d'alterner périodes de chômage, d'activité et licenciements, toute notre vie ?

Retraites : l’UNEF appelle à une journée « fac morte » le 12 octobre 2010

L’UNEF appelle les étudiants à amplifier la mobilisation
contre la réforme des retraites
L’UNEF appelle à une journée « fac morte » mardi 12 octobre

L’UNEF, réunie en collectif national le 10 octobre 2010, réaffirme son opposition à la réforme en cours des retraites. Cette réforme injuste fait reposer l’essentiel du financement à venir des régimes de retraites sur des mesures d’âge (report de l’âge légal de départ de 60 à 62 ans, report de l’âge de départ à taux plein de 65 à 67 ans) qui vont pénaliser durement les salariés. Pour les salariés les plus « chanceux », cette réforme aura pour conséquence de travailler plus longtemps, mais pour tous les autres, cette réforme se traduira par une baisse des pensions. L’objectif du gouvernement est donc clair : financer massivement sa réforme par la baisse du niveau des pensions. L’UNEF exige le retrait de ce texte et l’ouverture d‘un débat sur les alternatives de financement à cette réforme, afin de garantir l’équilibre financier du système au-delà de 2018 sans pénaliser plus durement les salariés : taxations des stocks options, des revenus du capital…

« Revenu de Solidarité Active » : le flop prévisible du “RSA Jeunes”

Le point de vue de la confédération CGT :
L’annonce du gouvernement relative à l’extension du bénéfice du RSA aux jeunes de moins de 25 ans à de quoi laisser dubitatif. En effet, les conditions d’ouverture des droits sont si draconiennes que très peu de jeunes pourront bénéficier de cette mesure. Combien sont ils à pouvoir revendiquer deux ans d’activité en équivalent temps plein au cours des trois dernières années ? Le ministre de la Jeunesse et des Solidarités ne se risque surtout pas à avancer un chiffre. Ce qui est sûr, c’est que le gouvernement n’a pour l’heure budgété que 20 millions d’euros. Bien loin des 250 millions d’euros annuels évoqués par l’Elysée il y a un an. Le « RSA jeunes » a donc toutes les chances de connaître le même flop que la prime instaurée en faveur des jeunes chômeurs l’an passé. Encore une fois, le gouvernement semble plus préoccupé à faire de l’agitation médiatique qu’à s’atteler à apporter une réelle solution aux problèmes des jeunes.

CONTINUONS A FAIRE EN SORTE QUE SALAH, ET TOUS LES PRISONNIERS POLITIQUES PALESTINIENS, RETROUVENT LA LIBERTE !

Vous avez été très nombreux à répondre à notre appel et les passants également :  de METZ et THIONVILLE 500 cartes ont été signées et adressées au Président de la République.  Merci à tous.
Si vous n’avez pas envoyé cette carte et que vous avez le moyen de la reproduire vous la trouverez en P.J.

Salah nous a entendu depuis sa prison de GUILBOA au nord d’Israël d’où il nous écrit une lettre que nous reproduisons ci-dessous ainsi que le message de sa maman QU’IL FAUT ABSOLUMENT LIRE !

Un message de Salah Hamouri…

Salah se souvient de son arrestation il y a 5 ans le 13 mars 2005, des interrogatoires, de ses transferts, etc.… Une de ses préoccupations est le sort réservé aux enfants dans les tribunaux et les prisons de l’occupation israélienne.

Il nous a fait passer un message….

Un message de Salah Hamouri…

Chers amis,

Je souhaite tout d’abord remercier du fond du cœur toutes celles et ceux qui se souviennent avec moi et ma famille que 5 ans déjà sont passés et que je partage avec d’autres

Metz, Samedi 13 Mars 2010

camarades une toute petite cellule dans une prison israélienne.
Merci pour les rassemblements et manifestations organisés un peu partout en France.
L’enfance perdue.
La cause des enfants palestiniens dans les prisons de l’occupation est un sujet douloureux dont je souhaite vous parler.
Les associations n’épargnent pas leurs efforts pour donner la priorité à l’enfance, développer des programmes de divertissement pour protéger les enfants et favoriser leur développement  naturel.
Après 5 ans passés en prison, je me demande  comment est –il possible en même temps de voir ici l’enfance persécutée et défigurée…
Le monde doit savoir qu’ il y a  entre 300 et 350 enfants détenus dans les prisons israéliennes  dans des circonstances très dures, ils sont en effet traités comme des détenus adultes, ils sont séparés de leurs familles, certains n’ ont pas droit aux visites familiales pour des motifs sécuritaires et si les visites sont permises, ils ne peuvent avoir aucun contacts physiques avec leurs parents.
Dans l’enceinte de la prison, l’intervention d’organismes internationaux n’est pas permise et les enfants ne reçoivent aucune aide psychologique  alors qu’ils sont  dans un environnement étranger, loin de l’école ou de la famille. Au contraire les israéliens utilisent tous les moyens de pression pour détruire leur jeunesse.
Les enfants sont le plus souvent jugés dans des tribunaux militaires comme les adultes, ils ont droit au même traitement que les plus vieux  dans les tribunaux illégitimes que sont les tribunaux militaires de l’occupation.
Il n’existe pas de tribunaux pour mineurs  même si Israël a signé un traité sur les droits de l’enfant, ceci apparemment ne concerne pas les enfants palestiniens.

Avez-vous entendu parler du petit Hassan Muhtaseb ? Il y a 3 semaines, deux frères âgés de 10 et 12 ans ont été arrêtés  à Hébron puis emprisonnés.
Le petit a été libéré 10 heures plus tard mais le deuxième, Hassan, a été interrogé puis envoyé en prison. Il a été ensuite amené au tribunal militaire d’Ofer les mains et les pieds liés. Pendant l’audience, son avocate Léa Tsemel, lui a offert un ballon qu’elle a gonflé avant de commencer à plaider… Le juge militaire était gêné et s’est cache la tête derrière son ordinateur… Hassan a été libéré sous caution après avoir été interrogé et mis en cellule…

Prison de Guilboa, section 4
Le 13  mars 2010

octobre 2018
L M M J V S D
« Juil    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Traduire

%d blogueurs aiment cette page :