« Des sauvageons »… qui ont tenté de brûler vif des policiers !

2016-10-11_05-48-25« Violente attaque ! » Ne devrait-on pas dire tentative d’assassinat perpétrait par des truands ?
Des criminels qui ne cessent de vouloir être les parrains mafiosi dans leurs quartiers, jouer à la Camorra napolitaine, et imposer la terreur dans ces cités déjà bien défavorisées.
Des actes IGNOBLES qui ne devraient pas voir le jour dans notre pays et qui ne peuvent en aucun cas être excusés.
Mais pour Cazeneuve, ce ne sont que des SAUVAGEONS !
2016-10-11_05-50-21
Des sauvageons ! Ils ont tenté de brûler vifs des policiers et ce ne sont que des sauvageons !
Ce sont des tueurs de policiers, des assassins !

Dans le même temps celles et ceux qui manifestent leur mécontentement suite aux mesures prises par le gouvernement sont des TERRORISTES, des BANDITS. On les enferme pour avoir déchiré une chemise (non pas que j’excuse le geste, mais il faut quand même comparer ce qui est comparable).
Décidément vaut mieux vouloir brûler un policier que de vouloir griller un feu rouge dans ce pays.

« Interdire dans les faits les contrôles au faciès » (Isabelle Lorand)

De nombreuses associations proposent la mise en place d'un récépissé anonyme en cas de contrôle d'identité par les forces de l'ordre. Ce reçu permettrait de caractériser si c'est le cas, l'existence de possibles contrôles abusifs.
Le PCF soutient sans réserve cette proposition qui pourra, si elle est mise en œuvre, interdire dans les faits, les contrôles au faciès.
Les contrôles aux faciès sont une réalité indiscutable et humiliante pour les jeunes victimes. Il faut les combattre sévèrement. En plus d'être discriminants, ces contrôles discréditent l'intervention policière qui devrait rester l'exception. Le développement de la police de proximité fondé sur la prévention est la solution pour renouer avec respect et reconnaissance des liens entre la population et la police.

Nicolas Sarkozy se lance dans la course aux armements

La sécurité publique va se doter de 150 fusils à pompe et de 600 boucliers balistiques souples supplémentaires, principalement au bénéfice des brigades anticriminalité (Bac), a indiqué aujourd'hui la direction générale de la police nationale (DGPN).
Cette annonce répond au décès d’un policier, grièvement blessé dans une fusillade à Vitrolles.
En accédant aux demandes du syndicat Alliance, Nicolas Sarkozy s’inscrit cependant dans une insupportable course aux armements – qui ne résoudra rien.
Les conditions de travail de plus en plus difficiles des policiers tiennent surtout à la baisse des effectifs dans le cadre de la Révision Générale des Politiques Publiques (RGPP), et à l’éparpillement de leurs missions.
Au concours de l’arme la plus lourde, les caïds gagneront toujours. C’est le trafic d’armes, qu’il faut combattre – en formant et en recrutant de nouveaux fonctionnaires.

Ils chantent Brassens devant les policiers et finissent au poste

Trente-deux personnes convoquées au commissariat de Toulouse, hier, pour avoir entonné des chansons de Brassens et des chants hostiles aux policiers.
Une trentaine de contestataires ont été interpellés mercredi soir devant le commissariat de Toulouse pour outrage parce qu'ils chantaient l'une des grandes chansons de Georges Brassens contre l'autorité avec son cri de «mort aux vaches», selon leurs propres témoignages.
Du côté du commissariat, on indique que ces «militants de l'ultra-gauche» ne chantaient pas seulement «Hécatombe», le brûlot anarchiste de Brassens, mais d'autres textes insultants et constitutifs d'outrage à la nation et aux forces de l'ordre.

Les CRS avaient Adolph hitler en poster …. mais si…

Les CRS avaient Adolph hitler en poster .... mais si...

Une affiche montrant Hitler en tenue militaire était placardée dans les locaux de Perpignan. L'auteur des faits a été insuffisamment puni selon la CGT. La découverte remonte à janvier: un affiche d'Adolf Hitler faisant le salut nazi dans l'infirmerie de la Compagnie républicaine de sécurité (CRS) de Perpignan. Faute de mesures prises par la hiérarchie policière, l'union départementale de la CGT a donc décidé de porter plainte auprès du procureur de la République pour apologie du nazisme.
La personne qui a placardé cette affiche "a pris un simple petit blâme, pratiquement la même chose que prend un officier de police en tenue qui fume dans la rue", a dit le secrétaire départemental de la CGT, Pierre Place, sans préciser qui avait pris l'initiative d'un tel affichage.
"Aucun commentaire"
Contactés par téléphone, le commandant de la CRS et sa direction interrégionale à Marseille ont décliné tout commentaire. Le parquet de Perpignan a dit avoir décidé d'ordonner une enquête de police après avoir reçu la plaine de la CGT.
C'est le 17 janvier que l'alerte a été donnée sur la présence de l'affiche dans les locaux de l'infirmerie de la CRS 58, a rapporté Pierre Place.
L'infirmerie est aussi un lieu public par lequel passent les jeunes souhaitant intégrer la police nationale, a-t-il observé. "Donc la première image qu'ils vont avoir d'un service public de police nationale, c'est une photo d'Hitler", a-t-il dit
On ignore combien de temps cette affiche de 42 x 59 cm, représentant le Führer saluant bras cassé, s'est trouvée sur le mur ; a priori plusieurs semaines, selon Pierre Place.

Une femme d’honneur

Aujourd’hui adjointe administrative à la préfecture de police de Paris, Mme Souid a dit« avoir subi ou vu tellement de choses graves » qu’elle « ne plus se taire ».
« Je me battrai jusqu’au bout », a-t-elle lancé, car il faut briser l’ »Omerta dans la police », titre de son livre.
Elle sait qu’elle s’expose à une révocation pour avoir enfreint le devoir de réserve, mais dit ne pas pouvoir « cacher plus longtemps des actes illégaux dont (elle a) été témoin ». Mme Souid avait pris la tête d’une fronde judiciaire avec six collègues et porté plainte en 2008, notamment pour discrimination. Plainte classée sans suite en 2009.
Le livre est une longue série de graves accusations contre une « minorité » de policiers, chargés du contrôle de l’immigration à la PAF. Homophobie, racisme, course aux chiffres, sexisme : Sihem Souid, publie un rare réquisitoire dénonçant "omerta" et "discriminations" à la police aux frontières (PAF) service de pointe dans le contrôle de l’immigration.
Les résultats de la stigmatisation des étrangers dans le discours de certains responsables politiques ? En tous cas, Mme Souid relève les dérives prévisibles chez des policiers sommés de déclarer un certain nombre d’actes à la fin de la journée. Comment un policier peut-il faire son travail honnêtement en ayant constamment l’obligation de "résultats" ? On est loin du principe de la police Républicaine au service de la société.
Son livre étant paru le 14 Octobre, elle a reçu le 15 une convocation au tribunal de Créteil pour violation du secret professionnel, dans une affaire trouble assez incompréhensible.. Il est reproché à Sihem Souid, alors qu’elle était secrétaire administrative au service de la PAF d’Orly, d’avoir envoyé par mail à un journaliste du Figaro plusieurs documents, dont une note interne relative au plan Vigipirate mis en place à l’aéroport d’Orly. Tout cela repris par l’AFP, mais selon une source non identifiée.
Il est difficile de s’empêcher de penser à une tentative de décrédibilisation montée à la va-vite.La police Francaise n’a guère l’habitude de reconnaitre ses erreurs….
Dans cette vidéo, elle est en face de M. Denis Jacob, représentant du Syndicat Alliance, notoirement proche de la droite. Outrée par les dénégations convenues de Jacob, Mme Souib lui dit ses quatre vérités, chose que l’on a peu l’occasion de voir.

Une femme d’honneur

Un collectif de policiers brise la loi du silence

Depuis ce week-end circule sur la toile trois vidéos pour le moins mystérieuses…

Signé « FPC Production », un collectif de policiers dénonce à travers trois vidéos, et de façon anonyme, les mauvaises conditions de travail, les pressions subies pour verbaliser, les suicides dans la profession, ainsi que la politique du chiffre menée par le gouvernement.
Une initiative très mal accueillie par les différents syndicats de police, d’autant plus qu’elle viole le code déontologie et les notes de services émanant de la DGPN (direction générale de la police nationale) et de la préfecture de police de Paris, précise au Post Mohamed Douhane, de Synergie Officiers.
Les séquences sont en effet réalisées dans des locaux de police par des policiers en uniforme qui font part de leurs états d’âmes, ce qui est formellement défendu.

Vous l’aurez bien compris, chacune des trois vidéos délivre des confessions qui reflètent un profond malaise dans la profession, en évoquant même le suicide, jusque là tabou dans le milieu…
Les boeuf-carottes sur le coup, ont déjà débusqué l’un des officiers et localisé le lieux du tournage, un commissariat parisien, rapporte Europe 1.

Le regard des enfants , ce sera inscrit ad vitam eternam !

Pays : LA FRANCE
Ville : SAINT DENIS (région parisienne)
Fait : EXPULSION
QUI : Expulsion des Européens par l'état Français
, les réfugiés sont des êtres humains, pas des animaux.
Pourquoi ? Parce que les gens qui nous gouvernent ont aimé, et ont la nostalgie d'une époque sombre ;
Moralité : Honte à notre Pays, la FRANCE, même plus le respect des enfants.
Avec cet air de déjà-vu  et ceux nés ici , ces casques et képis, un p'tit goût de trahison , NO comment si ce n'est pour moi des coups de massues en pleine gueule chaque matin , d'enfant au pauvre de moi : un cauchemar !
Cette politique d'expulsions est ignoble, dégoûtante, répugnante et vomissante.

Le conseil de l’Europe accuse la police française de profilage racial

Mardi 15 juin 2010, l’agence anti discrimination (Ecri) du Conseil de l’Europe rendait un rapport accablant, accusant la police française de pratiquer le profilage racial. Selon elle, les propos tenus par les responsables politiques français et la mise en place d’objectifs chiffrés pour lutter contre l’immigration illégale et la délinquance ont pour effet d’encourager ce type de discrimination. On peut effectivement se demander si la pratique du profilage racial n’est pas liée, entre autres, à l’objectif officiel fixé par le ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux, de reconduire 28.000 personnes en situation irrégulière aux frontières…

octobre 2018
L M M J V S D
« Juil    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Traduire

%d blogueurs aiment cette page :