Roms : Après le drame de Lyon, « plus d’expulsion sans relogement systématique »

roms_8_0Deux enfants et une femme ont péri dans la nuit de dimanche à lundi dans un incendie qui a ravagé une usine désaffectée de Lyon occupée par plus de 200 Roms. Présent sur place, le ministre de l'Intérieur a manifesté sa "profonde tristesse" tout en déclarant qu'il fallait continuer à évacuer "les campements de fortune", "un vrai danger" selon Manuel Valls.
Face à ce drame affreux, ce discours est devenu insupportable.
Cette tragédie démontre que le recours aux évacuations sans relogement durable et viable pour les familles ne règle rien. D'expulsion en expulsion, des familles Roms se mettent à la merci de solutions d'hébergement de plus en plus dangereuses. Cela doit cesser.
Après ce drame, plus d'expulsion sans solution viable en terme de logement et de possibilité de travail. Le sort de milliers de familles Roms en dépend.

 

Ah ! Si les Roms étaient riches…

Vous connaissez les fameux accords sur la libre circulation des biens et des personnes. Mieux vaut avoir des capitaux pour circuler, telle est la formule la plus adaptée pour résumer ces accords. D’ailleurs il y a fort longtemps que les richissimes n’ont plus de frontières, ils les imposent aux autres. Le prolétariat actuel a t il compris, que les frontières ne sont que des enclos à l’intérieur des quels il est parqué, surveillé par les gardes chiourmes du système, que l’on ouvre ou que l’on ferme selon les besoins du capitalisme. L’enclos peut être une prison mais aussi le prétexte à la défense ou à l’agression contre le voisin et le prolétariat devient « chair à canon » et il y a toujours des dividendes à la clé. C’est ainsi que le sang versé des uns devient capital pour les autres.
Personne de veut des pauvres, sauf le capitalisme en tant que main d’œuvre bon marché, mais où il en a besoin et là et rien que là. Il en a également besoin en concurrence avec d’autres travailleurs, en ajustement et afin de peser sur les salaires, pudiquement formulé « coût du travail », a tel point que de salaires, il s’en passerait bien d’en verser et ne s’en prive pas dans certains pays.

Combien coûte l’expulsion d’un rom

le prix d'une reconduction pour une personne rom : 20 000 euros donc pour des gens qui reviendront…
Et il s'agit de l'essentiel des expulsions du territoire français et en 2009, l'ensemble des expulsions ont coûté plus de 419 millions d'euros
Pas mal pour un pays en déficit !
Et le coût total de l'immigration est de 38,3 milliards d'euros
Des chiffres qui laissent songeur, après les déclarations de l'ONU…

La Commission européenne accuse la France de ne pas respecter la libre installation des citoyens de l’Union.

 Le message est clair. La France "doit respecter les règles" concernant la protection des citoyens européens, a indiqué ce mercredi 17 août la Commission européenne. Une mise au point qui intervient alors que Paris s'apprête ce jeudi à expulser vers la Roumanie et la Bulgarie des Roms en situation irrégulière.
Réponse
 Les mesures décidées par la France contre les Roms en situation irrégulière sont "pleinement conformes aux règles européennes", répond le Quai d'Orsay, appelant la Commission européenne à collaborer à la réinsertion dans leur pays d'origine.  
La France "doit respecter les règles concernant la liberté de circulation et la liberté d'établissement" des citoyens européens, rappelle le porte-parole de la commissaire européenne chargée de la Justice et des droits fondamentaux.  
"Nécessité d'une intégration sociale"

Roms : Patrick Braouezec inquiet d’une “escalade”

Patrick Braouezec, député (ex-PCF) de Seine-Saint-Denis, interrogé lundi par France Info sur les expulsions de camps de Roms, s'est inquiété d'une "escalade de propos et d'actes qui relèvent presque de la guerre civile". "Il y a un durcissement qui, à la fois, vise les populations roms, mais on a entendu aussi des propos soit du président de la République, soit des ministres, vis-à-vis des personnes étrangères, des jeunes, des banlieues", a déclaré l'ex-maire de Saint-Denis. Il a évoqué aussi "des squatteurs expulsés manu militari". Selon l'élu, "ces expulsions sont indignes et se sont déroulées dans des conditions problématiques pour l'avenir de notre démocratie"
"On est au seuil de quelque chose qui remet en cause des valeurs républicaines", cette "tradition républicaine française qui est en train d'être bafouée",a ajouté le député. Interrogé sur des critiques émanant de la droite – le villepiniste Jean-Pierre Grand notamment – il les a jugées "honorables et légitimes". Il a par ailleurs fait état d'une réunion prévue le 7 septembre sur la question de l'accueil des Roms, avec les ministères concernés et une vingtaine d'élus de toutes étiquettes. Selon lui, il y a 5000 Roms seulement en Ile-de-France et il suffirait "qu'une quarantaine ou une cinquantaine de villes de la région acceptent de les accueillir". "Il faut sortir de l'égoïsme local", préconise-t-il.

novembre 2018
L M M J V S D
« Juil    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Traduire

%d blogueurs aiment cette page :