Front de Gauche


Jean-Luc Mélenchon joue la carte « Front du peuple »

meAvec son « mouvement » pour la VIe République dont il veut que le Front de gauche soit partie prenante, l’eurodéputé entend remettre le peuple en selle avec une perspective nouvelle pour 2017.

 

Un « Front du peuple ». Si l’objectif de dépasser le « cartel d’organisations » est commun au Front de gauche, le Parti de gauche (PG) a pris les devants en annonçant dès le mois d’août la création d’un «mouvement » en faveur de la VIe République dont l’ambition affichée est de « fédérer le peuple ». Jean-Luc Mélenchon, qui a quitté ses fonctions de coprésident du PG pour se consacrer à cet « objet politique absolument neuf », n’a de cesse depuis d’en dessiner les contours et de tenter de lancer la dynamique. Après la création d’un site Internet pour recueillir des signatures – 33000 en treize jours, selon le PG –, un discours à la Fête de l’Humanité, une tribune dans le Monde vendredi 19 septembre, il a livré ses ambitions jeudi dans un entretien à l’hebdomadaire Politis.
« C’est une tentative pour créer le Front du peuple que les uns et les autres nous appelons de nos voeux sans être capables de le matérialiser », explique à l’Humanité Éric Coquerel, coordinateur politique du PG. Une façon de dépasser les difficultés du Front de gauche, dont l’histoire récente est émaillée de tensions auxquelles le PG a lui-même contribué en multipliant les déclarations virulentes à l’encontre de la stratégie communiste, aux dernières élections municipales notamment. Une tentation peut-être, aussi, de contourner le débat avec ses partenaires.
« Cela ne remplace pas le (Front de gauche), cela l’inclut », assure Jean-Luc Mélenchon. Mouvement et Front de gauche sont « complémentaires, pas concurrents ni contradictoires », selon Éric Coquerel, pour qui le second « devrait continuer sa bataille contre le gouvernement Valls et sa politique ». Mettre en adéquation le contenu et la méthode du mouvement, telle est la démarche avancée: « Si nous commencions le processus de VIe République par un cartel Front de gauche, nous serions ramenés au point de départ », déclare l’ex-coprésident du PG.
Au-delà d’une refonte des institutions
Sur le fond, quelques traits saillants de la mission que pourrait remplir une Constituante sont tout de même dessinés par Jean-Luc Mélenchon. Au-delà de la refonte des institutions – avec une proposition phare, celle de référendum révocatoire à mi-mandat –, il s’agirait notamment de changer « la définition des droits constitutionnels de la propriété privée du capital » pour en faire « un simple droit d’usage, encadré par les servitudes de l’intérêt général », explique-t-il dans une tribune dans le Monde. La méthode permet également de désamorcer le débat suscité par la proposition du PG d’une marche pour, « à mi-mandat, exiger la révocation du gouvernement », sorte de référendum révocatoire avant l’heure. « La question n’est pas tant la sanction du gouvernement que ce par quoi on peut le remplacer », confiait, il y a quelques jours, le porte-parole du PCF, Olivier Dartigolles. « Il n’y a pas une marche à laquelle j’ai appelé dont on ne m’ait dit que c’était une erreur de l’avoir fait, que le mot d’ordre n’était pas bon, que ce n’était pas le bon jour… Cela s’est réglé par le fait que les gens sont venus », balaye Jean-Luc Mélenchon.
Faire revenir le peuple en politique
« Nous préparons en même temps le rendez-vous de 2017 », prévient également le député européen. Une façon de préparer sa candidature ? Le Parti de gauche s’en défend: « La construction d’alliances, de rassemblement de forces, même si elle est nécessaire, à partir du moment où elle est sur une base très claire d’opposition au gouvernement, ne peut pas suffire pour être en tête au premier tour et trouver une majorité au deuxième. Comment faire revenir le peuple en politique, c’est l’équation que nous cherchons à résoudre aujourd’hui », affirme Éric Coquerel. De son côté, Jean-Luc Mélenchon déclare ne vouloir ni « d’une campagne people, ni partidaire, mais avec un contenu ». D’ici là, « un ou deux visages » doivent émerger du mouvement, prévoit-il. Concrètement, après la publication d’appels dont le premier est paru jeudi (voir encadré), l’objectif sera d’atteindre les 100000 signataires et, enfin, de constituer un comité d’initiatives. Même si Jean-Luc Mélenchon se réserve le droit « le moment venu » de faire « des propositions de forme de plus en plus audacieuses ».
UNE CINQUANTAINE D’ARTISTES ET D’INTELLECTUELS APPELLENT AU MOUVEMENT
Intellectuels et artistes, ils sont une cinquantaine à avoir apposé leur signature au bas d’une « déclaration pour la VIe République », rendue publique jeudi. C’est le premier des appels promis par Jean-Luc Mélenchon; doivent suivre les syndicalistes et politiques. Y figurent des économistes (Liêm Hoang-Ngoc, Jacques Généreux), des cinéastes (Gérard Mordillat, Robert Guédiguian), des écrivains (Annie Ernaux, Christian Salmon), des comédiennes (Sophie de La Rochefoucauld, Ariane Ascaride), des humoristes (Didier Porte, Christophe Alévêque), des musiciens (Magyd Cherfi, Yvan Le Bolloc’h), des essayistes et journalistes (Daniel Mermet, Paul Ariès), des associatifs (Bernard Cassen, président d’honneur d’Attac), des historiens (Claude Mazauric, Jean-Numa Ducange, Roger Martelli), des sociologues (Frédéric Lebaron), des universitaires (Janette Habel). Ils estiment de leur « devoir de trouver une issue positive à la crise ». « La transformation des institutions sera celle de la société », promettent-ils. Pour y parvenir, l’appel qu’ils lancent propose de « réunir au plus vite ceux qui auront répondu favorablement pour qu’ils décident eux-mêmes librement et sans condition de tout ce qui devra être fait ensuite ».

 


Que 2014 nous donne COURAGE, ENVIE DE RÉSISTANCE ET DE LUTTE pour les années à venir.

carte de voeux 2014

On se souviendra de l’année 2013, celle qui a vu la pauvreté s’installer durablement dans notre pays, celle où le chômage n’a jamais été aussi élevé, celle où les restaurants du cœur n’ont jamais servi autant de repas, celle où les différences se sont accrues. Tout cela sous un gouvernement dit de gauche, tout cela au nom d’une dette dont nous ne sommes pas responsables, au nom de l’argent, de cet argent roi que nous devons continuer à combattre.
Nelson MANDELA a dit : « On ne devrait pas juger une nation sur la façon dont elle traite ses citoyens les plus riches, mais sur son attitude vis-à-vis de ses citoyens les plus pauvres – et l'Afrique du Sud traitait ses citoyens africains emprisonnés comme des animaux. »
L’Europe et la France traitent leurs peuples aussi comme des animaux, car la France et l’Europe ont emprisonné leurs peuples dans le carcan du capitalisme, dans la contrainte de la compétitivité, dans l’austérité et dans l’inévitable chute des acquis sociaux durement gagnés par les luttes.
Notre devoir est de RÉSISTER, de ne RIEN LÂCHER, de travailler encore et encore pour RASSEMBLER, de dépasser nos différences, se RÉUNIR, car se réunir est un début, rester ensemble est un progrès, travailler ensemble est la réussite. Nous savons toutes et tous que ce n’est qu’ENSEMBLE que nous y arriverons.
Faisons de 2014 l’année du RASSEMBLEMENT de toutes ces forces de progrès qui souhaitent une véritable société basée sur l’humain d’abord où le peuple aura toute sa place et rien que sa place.
Au nom du comité local Front de gauche de Longwy-Longuyon-Villerupt et de la section PCF de Villerupt, permettez-moi de vous souhaiter une bonne année 2014, une bonne santé, que 2014  nous donne COURAGE, ENVIE DE RÉSISTANCE ET DE LUTTE pour les années à venir. Que 2014 soit l’année du début d’un réel changement de société, cette société dont nous rêvons tous, une société de partage, d’égalité, de fraternité et de solidarité.


Marche pour la révolution fiscale à Paris 1

front-de-gauche-6Le Front de gauche appelle à une marche le 1er décembre
Contre l’injustice fiscale et sociale, le Front de gauche appelle à une grande marche le dimanche 1er décembre à Paris pour une révolution fiscale, la taxation du capital et l’annulation de la hausse de la TVA. Cette marche se dirigera vers le « portique » de Bercy, symbole de la politique du gouvernement Ayrault plus favorable au Medef et à la finance qu’aux salariés et à la grande masse de la population.
Cette manifestation aura lieu au moment du vote du budget d’austérité auquel nous nous opposons. Cette politique continue à entraîner le pays dans la stagnation économique, elle amène toujours plus de chômage et de licenciements. Après Sarkozy, elle aggrave l’injustice fiscale en augmentant les impôts pour la grande majorité de la population tout en multipliant les cadeaux au patronat et en continuant la destruction des services publics et de la
protection sociale. C’est inacceptable et cela bafoue le principe républicain d’un impôt juste. La hausse de la TVA prévue le 1er janvier en est l’exemple le plus scandaleux puisque prévue pour pallier une partie des 20 MDS d’Euros accordés au patronat sans aucune conditionnalité. C’est pourquoi nous exigeons son annulation immédiate.
La colère populaire contre les conséquences de l’austérité est juste et légitime. La droite, le Medef, l’extrême droite essaient aujourd’hui de la dévoyer. Leurs objectifs n’ont rien à voir avec les intérêts du peuple : il ne faut pas les laisser faire.
C’est pourquoi le Front de gauche conçoit cette initiative comme la plus ouverte possible. Il appelle en conséquence tous ceux et celles, organisations et personnalités, qui refusent cette politique socialement et écologiquement désastreuse à prendre des initiatives localement et à faire de cette marche la leur. Nous sommes donc disponibles à la préparer ensemble.
Il est temps pour ceux qui ont voulu la défaite de Nicolas Sarkozy et enragent de voir sa politique continuer à être appliquée, de se mobiliser le plus largement possible dans l’unité.


Pétition de soutien à la militante PG harcelée par l’extrême-droite

2013-09-20julie-del-papaPlus de 5000 personnes avaient signé ce vendredi midi cette pétition lancée sur le web par une plateforme progressiste à l'encontre des appels au viol et au meurtre envoyés à Julie Del Papa via Twitter.

Signez la pétition ici

Rappel des faits:
Twitter est devenu un réflexe pour beaucoup de militants. Donner ses impressions, de la Fête de l’Humanité à un conflit social, d’une manifestation à une réaction à un discours, est aujourd’hui monnaie courante. Julie Del Papa, samedi, a fait l’expérience que le réseau social peut parfois, aussi, se retourner contre ses abonnés. Violemment. La jeune femme, coresponsable de la commission écologie au Parti de gauche, a manifesté à Marseille contre la tenue, dans la ville, de l’université du FN. En chemin, elle tweete. Des photos, d’abord, puis des slogans scandés sur la manifestation ou écrits sur des banderoles.
Presque aussitôt, « sur le ton de la moquerie », précise la jeune femme jointe par téléphone, des inconnus tentent de minimiser la portée du rassemblement. Elle n’y prend pas garde. Ce n’est que le soir, en rentrant à son domicile, qu’elle constate qu’elle a été « snoodée », autrement dit, plusieurs centaines de personnes, visiblement dans la mouvance d’extrême droite, lui ont envoyé des centaines de messages, jusqu’à saturation de son compte.


Le billet du jour : L’assemblée citoyenne c’est vouloir participer, être un acteur dans sa ville.

28 Juin 2013 Assemblée Citoyenne à Villerupt_17Une assemblée citoyenne pour quoi faire ?
Réunir, informer les gens, écouter et entendre ceux-ci, débattre, échanger ce sont les buts que ce sont donnés les communistes de Villerupt avec le Front de gauche pour les élections municipales de 2014.
Élections municipales qui seront un enjeu dans le contexte politique d’aujourd’hui !
Nous le disons et nous le souhaitons vivement que la place au peuple soit donnée, que celui-ci participe au choix des grands projets qui vont être proposés. Les Villeruptiennes et les Villeruptiens ont ce droit
28 Juin 2013 Assemblée Citoyenne à Villerupt_07fondamental de dire ce qui va et ce qui ne va pas.
Le 28 juin 2013, la section PCF de Villerupt membre du comité local Front de gauche de Longwy-Longuyon-Villerupt a organisé une de ces assemblées sur le thème des énergies et en priorité l’eau.
Pourquoi l’eau ? En janvier 2014, le contrat qui lie la Lyonnaise des eaux avec la ville prendra fin, il faut que l’équipe en place prenne une décision, soit de renouveler ce contrat, soit de passer en régie municipale.
Le choix n’est pas simple, mais dans le même temps, et on le voit ici et là, qu'elles soient de gauche ou de droite, de nombreuses communes reviennent dans le giron du public en revenant à une régie municipale ou intercommunale.
Quelle est la différence de ces deux façons de gérer la distribution de l’eau ?

28 Juin 2013 Assemblée Citoyenne à Villerupt_08D’abord, soulignons que l’eau n’est pas une marchandise, qu’elle est un besoin vital pour les humains que nous sommes. Elle devrait être gratuite !
Néanmoins, il nous faut être objectifs, elle a un coût puisqu’il faut la rendre propre et potable. Il faut également entretenir les réseaux.
Les sociétés privées que sont Veolia, Suez-la Lyonnaise et la Saur si ce sont des professionnels de la chose, il n’en reste pas moins qu’elles se doivent non seulement d’équilibrer leur budget, mais en plus de faire des bénéfices (c’est la loi du marché) qui seront distribués aux actionnaires. Qui dit bénéfices, dit prix plus chers que celui qui n’a comme obligation que d’équilibrer son budget, c’est le cas d’une régie municipale. Et surtout que l’on ne me dise pas le contraire, ça coule de source (c’est le cas de le dire).

28 Juin 2013 Assemblée Citoyenne à Villerupt_22Pour les militants communistes et Front de gauche que nous sommes, il y a urgence à sortir l’eau des griffes des marchés. Car les biens et les droits essentiels à la vie, ne peuvent être marchandises. L’eau doit devenir l’objet d’une bataille plus intense pour sa réappropriation publique et citoyenne, mais aussi devenir un droit universel, fondamental et inaliénable.
Au niveau national, les Sénateurs et les Députés Front de gauche argumentent pour la création
28 Juin 2013 Assemblée Citoyenne à Villerupt_32d’une grande agence nationale publique de l’eau et de l’assainissement. Et au niveau local, nos élus, celles et ceux qui se prétendent communistes et Front de gauche n’auraient-ils pas ces mêmes convictions ?
Certes, je veux bien que l’on me dise que notre population est trop faible pour qu’une régie soit rentable, mais ne sommes-nous pas engagées dans une intercommunalité (plus de 20.000 habitants) ?
Et puis lors de cette assemblée du
28 Juin 2013 Assemblée Citoyenne à Villerupt_3328 juin, un exemple de proximité a été donné, celui de la ville de Saulnes, 2.400 habitants, Villerupt en compte plus de 9.000. Prix du m3 à Saulnes 3,674 € et à Villerupt 4,15 €, cherchez l’erreur ?
Il ne s’agit pas à partir de ces arguments à faire pour faire, mais simplement se donner le temps de réfléchir, de bien réfléchir sur le devenir de la distribution de l’eau dans notre ville.
Des exemples existent et pas si
28 Juin 2013 Assemblée Citoyenne à Villerupt_19loin de chez nous, pourquoi pas à Villerupt ?
Dans tous les cas, une majorité des présents (plus de 30 personnes y participaient) étaient pour sauvegarder les services publics voir même pour le gaz et l’électricité et le logement de créer dans ces domaines aussi une grande agence nationale publique.
En effet, l’eau, l’électricité, le gaz et le logement sont incontournables pour vivre décemment !
Dernière chose, ce n’est pas être un opposant ou encore être contre que de vouloir dialoguer, réfléchir, entendre, écouter et construire ENSEMBLE. C’est vouloir participer, être un acteur dans sa ville.
Ça s’appelle donner et faire la place au peuple, référence que les communistes et le Front de gauche ne cessent de réclamer.


Assemblée Citoyenne : Organisée par la section PCF de Villerupt. VENDREDI 28 JUIN 2013 à 20 H – Salle Robert BOUILLON – Foyer Municipal de Cantebonne 1

Place au Peuple !
C'est quoi une Assemblée Citoyenne du Front de Gauche ?
« Les Assemblées Citoyennes sont des lieux de débats et de prises d’initiatives citoyennes.
Elles ne sont limités ni dans le temps, ni dans un lieu, ni même par une appartenance politique.
Elles sont un espace ouvert, de rencontre et de discussion où chacun et chacune doit trouver sa place.
Vous y ferez part de vos attentes, de vos envies, de vos analyses sur la situation politique nationale et locale.
La finalité des Assemblées Citoyennes ne se trouve pas unique-ment dans le constat.
Des actions pourront être décidées en soutien aux luttes et résistances locales soulevées et débattues par les participants de l’Assemblée.
C’est ici et là, dans vos lieux de vie, de travail, mais aussi dans le café au coin d’une rue que peuvent surgir ces Assemblées.
Les Assemblées Citoyennes fonctionneront dès lors que l’implication populaire y sera grande.
Alors n’attendez pas ! Investissez, créez, organisez, pensez les Assemblées Citoyennes. »
C'est l'occasion de vous faire ENTENDRE !

Tract Assemblée citoyenne du 28 juin 2013_Page_1Tract Assemblée citoyenne du 28 juin 2013_Page_2


Assises : la première pierre du changement posée

une1_montreuil_lun

Les assises pour changer de cap en France et en Europe, initiées par le Front de gauche, ont constitué un « événement ». Au-delà de la nécessité d’une alternative, partagée par les forces de gauche, la stratégie a concentré les échanges.
Le débat n’aura pas été un long fleuve tranquille mais, si la stratégie diffère parfois, l’ambition « de changer de cap » a traversé le débat de l’ensemble des forces présentes, hier, à la halle Dufriche de Montreuil (Seine-Saint-Denis). Les assises citoyennes, initiées par le Front de gauche, y ont réuni plus de 2 500 militants syndicaux, politiques, associatifs et citoyens.
« Comment change-t-on de cap ? »
« On n’obtiendra pas un changement de cap si on ne construit pas de majorité. Nous avons donc décidé d’aller au-delà de nous-mêmes », prévenait le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent, quelques minutes avant de rejoindre la tribune pour participer à la deuxième séance plénière de l’après-midi, opportunément intitulée « Comment change-t-on de cap ? » La question ne va pas sans créer d’agitation, surtout lorsque les forces en présence n’ont pas choisi la même stratégie.
« Nous sommes en colère mais cela ne suffit pas, nous avons à la transformer en espérance », a prévenu Clémentine Autain, porte-parole de la Fédération pour une alternative sociale et écologique (Fase), en déclinant sa conception de la « nouvelle période politique ». « Aujourd’hui, on ne demande pas “un peu plus” aux socialistes mais un changement de cap radical », a-t-elle lancé, évoquant l’Italie, où « toute la gauche réunie autour de Prodi » a mené « une politique qui a conduit à la désespérance ». « Nous allons incarner l’alternative », a-t-elle ajouté.

(suite…)


La Marche des femmes contre l’austérité à Paris

p1050360Reportage. Plusieurs centaines de manifestants se sont réunis ce dimanche à Paris pour la Marche des Femmes contre l’austérité. Sous la pluie, tous ont rappelé que les premières victimes de l’austérité étaient les femmes.
« Il y a aujourd’hui deux fois plus de smicardes que de smicards, 83% des temps partiels sont occupés par des femmes, deux tiers des bas salaires sont aussi des femmes » énumère Fatima , secrétaire générale du collectif les effronté-E-e. « On ne se rend vraiment pas compte que les femmes sont aujourd’hui les premières victimes de l’austérité ! » s’insurge la jeune femme. Comme Fatima, ils sont nombreux à avoir investi, en ce début de dimanche après-midi à Paris, la place Colette face à la Comédie Française, avant de se diriger vers la place de la République.
À l’appel de plus de 150 militantes, syndicalistes, et féministes de gauche, des marches de l’austérité étaient organisées un peu partout en France ce week-end. Après Marseille ou Tarbes hier, c’était au tour de Paris ce dimanche.
Clémentine Autain, Marie-George Buffet ou même Jean-Luc Mélenchon se sont joints à la manifestation. Un déplacement essentiel selon Laurence Cohen, sénatrice communiste du Val-de-Marne. « Les femmes sont les premières victimes de l'austérité. Elles subissent de plein fouet le temps partiel contraint, une retraitée sur trois vit sous le seuil de pauvreté » a-t-elle rappelé lors des prises de paroles.
Hommes et femmes, unis contre l’austérité
C’est un cortège très mixte qui, pendant deux heures, a défilé dans les rues de Paris. Et si les femmes étaient au premier rang, les hommes n’étaient pas en reste.
« C’est le même combat » explique Bernard, 56 ans, qui, accompagné de sa femme a fait le déplacement. « La voix des femmes porte » affirme-t-il, « mais c’est bien de l’amplifier».
Jean-Charles, 29 ans, animateur social et culturel, est lui aussi venu manifester pour soutenir ses collègues féminines. « C’est essentiel de rappeler les inégalités entre les hommes et les femmes dans la vie quotidienne. Je le vois bien au travail, quand un homme pousse une gueulante on l’écoute bien plus qu’une femme » raconte-t-il. « C’est insupportable qu’il y ait encore des discriminations si fortes. En discriminant les femmes, on discrimine la moitié de l’humanité ! » affirme le jeune homme.


Sur les suites du 5 mai… (Front de gauche)

2013-05-05t163018z_1_apae94419uk00_rtroptp_3_ofrtp-france-front-de-gauche-20130505Le Front de Gauche se félicite du succès historique de la marche du 5 mai. Un an après l’élection de François Hollande, cette manifestation a confirmé d’une part le refus du peuple de gauche de la politique d’austérité menée par le gouvernement, d’autre part la possibilité de rassembler une majorité alternative appuyant une autre politique. La présence de très nombreux syndicalistes, salariés d’entreprises en lutte et le caractère populaire de la marche forment de ce point de vue un grand sujet de satisfaction. De même que celle d’Eva Joly et de nombreux élus, responsables et militants d’Europe Ecologie – Les Verts qui constitue un événement majeur.  Enfin le mot d’ordre de changement de régime qu’exprime l’appel à une 6ème République a largement irrigué la marche.
La réponse du gouvernement n’a pas été à la hauteur de cette formidable aspiration. Au lieu de rassurer ceux qui ont permis la défaite de Nicolas Sarkozy il y a un an, Jean-Marc Ayrault a préféré dire une fois de plus sa sollicitude pour les chefs d’entreprise et annoncer la privatisation partielle d’entreprises publiques ! De son côté Manuel Valls joue de la provocation en minorisant outrageusement le nombre de manifestants.
Cette marche établit un rapport de force, ouvre de nouvelles perspectives, galvanise les énergies mais elle  doit surtout être le début d’un processus. C’est pourquoi le Front de gauche, dans le même objectif d’élargissement que le 5 mai,  propose d’ores et déjà d’autres rendez-vous dans les semaines à venir :

– la mobilisation aux côtés des syndicats le 16 mai en faveur de la loi d’amnistie sociale et de la loi interdisant les licenciements boursiers.
– le maximum d’initiatives populaires le premier week-end de juin sur le même mot d’ordre que la marche du 5 mai contre l’austérité, la finance et pour la 6ème République sous des formes décidées localement : marches, rassemblement, etc… dans les régions et départements
– Le soutien à la marche des femmes contre l’austérité le 9 juin
– les assises du 16 juin dont nous proposons la co-organisation à tous ceux, personnalités, associations, syndicats et forces de gauche qui partagent les objectifs d’une politique alternative à celle appliquée aujourd’hui par le gouvernement.