PCF


Samedi 25 Juin 2011, à Villerupt, dès 15 heures, grande fête contre l'”EXCLUSION” organisée par la Section PCF de Villerupt

Dans le cadre de la Fête du Parti Communiste Français section de Villerupt, exposé-débat de Vescovi Thomas, membre du Conseil National de l'Association France-Palestine Solidarité, sur son périple en Palestine.
Du 1 au 8 mai, accompagné de mon père et mon frère, j'ai parcouru la Cisjordanie (Jérusalem, camp de réfugiés, Hébron, Naplouse, Bil'in, Ramallah…) dans le but de comprendre, apprendre, et voir la situation de cette terre occupée illégalement depuis 1967 par l’État d’Israël. Ce retour de mission est l'occasion de rendre compte d'une situation abjecte imposée à tout un peuple, qui en dépit de sa souffrance demeure droit, digne et résistant.
A travers nos rencontres, nous expliquerons les sources du conflit, en revenant fréquemment dans le passé afin de comprendre le présent.
Par la suite, un débat sera engagé avec les personnes présentes sur notre expérience, l'actualité, les perspectives, les moyens de lutter en France…

FAITES TOURNER L'INFO….. MERCI


La FASE rejoint le Front de Gauche 1

C'est la première fois de sa jeune histoire que le Front de gauche s'agrandit, composé depuis les européennes de 2009 du Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon, du PCF et de Gauche unitaire, petite composante issue de l'ancienne LCR. Samedi, la Fédération pour une alternative sociale et écologique (Fase), qui comprend notamment d'anciens communistes, a voté à 60% pour rejoindre ce rassemblement, au terme d'une consultation interne à laquelle environ 900 personnes ont participé.
D'autres groupes de la gauche radicale pourraient suivre le même chemin, en particulier des déçus du NPA, à l'instar du courant “Convergences et alternative”, qui a quitté l'organisation anti-capitaliste en février. Entretien avec Clémentine Autain, co-directrice du mensuel Regards et figure de la Fase.
Votre mouvement, la Fase, vient de choisir de rejoindre le Front de gauche et de soutenir Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle. Pourquoi ?
Nous mesurons l'urgence à sortir de l'alternative, qui n'en est pas une, entre une droite dure et une gauche molle. Les plans de rigueur, ce n'est pas notre horizon. Que faire? Le NPA, dans sa majorité actuelle, a tourné le dos au rassemblement et choisi de faire cavalier seul. Quant à Europe Ecologie-Les Verts, même s'il reste en son sein une tendance de gauche antilibérale, il contribue à polariser la gauche au centre. Aujourd'hui, le Front de gauche est le cadre le plus unitaire pour une transformation sociale et écologique. S'il n'est encore qu'un cartel d'organisations, il a exprimé sa volonté de s'ouvrir.
Nous avons donc lancé une consultation interne à la Fase pour savoir si nous voulions travailler avec le Front de gauche ou intégrer ce cadre pour contribuer à le changer : c'est la deuxième option qui l'a emporté. Partout où cela sera possible, nous chercherons à
fédérer plus largement, comme en Limousin ou en Aquitaine. Quant à la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon apparaît comme le candidat qui peut porter cet espace commun. Sa candidature présente un atout de taille, historique : elle est en passe d'obtenir l'accord du PCF.
La Fase appelle de ses vœux à un «Front de gauche transformé». Qu'entendez-vous par là ?

(suite…)


Du RSA au STO, on n’arrête pas le progrès à l’UMP

Le secrétaire national de l'UMP a trouvé son crédo : la chasse aux pauvres. Directement inspiré par les propositions du ministre Laurent Wauquiez qui aura servi de poisson pilote dans cette affaire, Jean-François Copé propose qu'une partie des titulaires du RSA travaille gratuitement pour une collectivité territoriale. En somme le retour du Service du Travail Obligatoire de sinistre mémoire. Décidément du RSA au STO, on n'arrête pas le progrès à l'UMP !
Faire travailler des personnes sans les payer est sans doute un bon calcul pour l'UMP ! Mais sanctionner les plus pauvres parce qu'ils sont les plus fragiles est particulièrement cruel, injuste. S'il y a aujourd'hui 8 millions de travailleurs pauvres, si 13% des Français vivent en dessous du seuil de pauvreté, c'est d'abord et à cause de la politique du gouvernement aux ordres des marchés financiers et du MEDEF. Le responsable du chômage, ce n'est pas le chômeur ! S'en prendre à eux pour en faire des boucs émissaires est indigne et n'honore pas ceux qui se servent de telle méthode.


Qui a dit que le mouvement commençait à s’étioler ? Faut revoir sa copie Monsieur ou Madame le journaliste ! Nous sommes là, et tous les mois nous recommencerons ! 1

Hier, à Mexy, nous étions plus de 30, et en plus nous avons fini par un apéritif offert par Oscar, merci de cet accueil super convivial, ça c’est aussi la démarche du Front de Gauche !
Pourtant, le 8 juin nous pouvions lire dans la presse que notre mouvement commence à s'étioler, eh ben non ! Il commence à prendre forme !
Deux textes ont été lu, un par Dominique MAUVAIS (PG) et un par Patrice ZOLFO (PCF) à lire ci-dessous.
Le Républicain Lorrain, n'était pas là, obligé de faire notre information nous même.

 

Texte lu par Dominique MAUVAIS :
Les révolutions en Tunisie et en Egypte ont donné une formidable impulsion à la révolte des peuples en Afrique du Nord, Lybie, Jordanie, Maroc, Algérie, Yémen, Barhein, Irak, Iran, Djibouti – La vague révolutionnaire déstabilise une dictature après l'autre – la pauvreté écrasante et l'absence totale de libertés démocratiques ont fini par exaspérer les masses – les révolutions sont de magnifiques démonstrations de la force révolutionnaire qui réside dans les travailleurs et la jeunesse – on considère la révolution populaire qui s'est déroulée en Tunisie et en Egypte comme étant la révolution de masses la plus importante qu'ait eu lieu à l'époque contemporaine après les révolutions française, bolchévique et iranienne – Aujourd'hui dans le monde arabe on assiste à une approbation populaire générale de cette révolution en raison de son opposition à l'injustice, elle est aussi considérée comme un passage obligé après une phase de blocage par laquelle est passée la société arabe, elle est unanimement acceptée car elle est l'expression de la voix des masses, voix qui est restée très longtemps dans l'attente, alors la lutte continue en France où elle s'organise comme de l'autre côté de la Méditerranée, là bas comme chez nous, nous devons lier toutes nos luttes à la nécessité impérieuse d'exproprier la classe dirigeante, il faut reconstruire la société sur la base d'une planification démocratique des grands leviers de l'économie, celle ci doit satisfaire les besoins du plus grand nombre et non des profits de quelques uns.
A mes yeux, la plus grande injustice reste les conditions de vie des Palestiniens dont on n'a pas conscience parce qu'on ne s'y intéresse pas et surtout parce on ne nous la montre pas.
Depuis quelques semaines on assiste à des rassemblements de plus en plus nombreux – les rassemblements des Indignés – et c'est une évidence de participer à ces mouvements spontanés et inattendus –
''Reprenons notre avenir en main il est grand temps!''
Chaque soir entre 200 et 300 citoyens jeunes et moins jeunes se retrouvent Place de la Bastille – haut lieu symbolique- et, dorénavant dans d'autres villes de France , ils brandissent des affiches en français et en espagnol reprenant les mots d'ordre de leurs cousins ibériques ''Les Indignados'' – Chacun est appelé à être acteur de cette dynamique de changement – les réveils des peuples grec et espagnol envoient un message à tous les Européens, c'est à nous de saisir cette opportunité –
Pour ne s'en tenir qu'à notre pays, il serait bien entendu ridicule de prétendre que nous sommes dans une dictature  – en revanche on peut s'interroger ''Sommes nous encore en démocratie?'' où est la démocratie quand les voix des citoyens sont comptées négligeable: référendum, retraites……
Quelque soit la consultation, l'oligarchie au pouvoir ignore les votes et s'enfonce dans sa surdité – D'où qu'ils soient, les Indignés sont les héritiers des révolutionnaires de 1789, 1848, de la Commune et de tous ceux qui se sont battu pour que le pouvoir soit exercé par le peuple et pour le peuple –
Juste quelques mots sur la démocratie locale telle que je la conçois: la démocratie locale est le fait que les citoyens participent aux prises de décisions qui les concernent, elle se traduit non seulement par le vote, mais aussi pour une place laissée à l'initiative du citoyen, à sa participation, à sa décision et à l'action –
YA BASTA!

 


Texte lu par Patrice ZOLFO :
Eduardo Galeano s'exprime sur le mouvement des indignés (extraits)
Eduardo Galeano est un grand écrivain uruguayen tour à tour, journaliste, romancier, essayiste, profondément engagé, il est notamment l'auteur de l'incontournable essai "Les veines ouvertes de l'Amérique latine" (1971).
Recueil et traduction : Guillaume Beaulande
"C'est, il me semble,  une expérience incroyable, qui m'émeut beaucoup, cet enthousiasme, cette vitamine E d'enthousiasme qui semblait perdue dans ce monde, toutes ces places remplies de monde."
"J'espère que ça durera, « l'enthousiasme » est un très joli mot, en grec cela signifie avoir les dieux en soi , c'est ce que j'ai ressenti en déambulant sur la place del Sol."
il y a un divorce entre les générations et entre le peuple et le système politique.
Ce qui m'a plu, c'est cette résistance pacifique, très solidaire, unie par la chose commune, ce qui m'a marqué aussi c'est cette phrase, « con causa pero sin casa" ("avec raison mais sans maison").
Deux siècles de mouvements ouvriers ont permis d'acquérir un certain nombre de droits. La technocratie et l'oligarchie qui se croit élue des dieux pour gouverner le monde aujourd'hui nous les confisque.
Lorsque des voix s'expriment, simplement pour dire « ca suffit », la première chose à faire c'est de les écouter avec respect, sans les discréditer d'emblée.
Les indignés agissent spontanément en conjuguant la raison à l'émotion, lorsqu'on me demande comment cela finira, je répond que je n'en sais rien, j'espère que cela ne finira pas… Il y a quelque chose de l'ordre de l'infini dans ce mouvement…
Le FMI et la Banque Mondiale, les agences de notations qui classifient et qualifient les pays selon qu'ils ont pris le « bon chemin » ou non, le « bon chemin étant à leurs yeux celui de l'obéissance… méritent d'être traînés en justice et jugés.
Certains politiques se sont élevés contre ce système et ont annoncé qu'il ne paierait pas la dette car elle est illégitime.
L'Islande aussi! Un pays qui a dit non le plus clairement au FMI et à la dictature financière à l'occasion de deux plébiscites car le peuple ne devait pas payer la banqueroute, chaque citoyen devait payer à hauteur de 12000 euros la banqueroute des banques, ils ont dit « non ». C'en est fini de l'obéissance du plus petit envers le plus fort !
Il est question de dignité humaine, le mouvement des indignés porte bien son nom car le monde est bel et bien divisé entre les indignes et les indignés.
« Le marché » est à l'origine un joli mot qui décrit ce lieu aux mille couleurs de fruits et de légumes, d'échange et de palabre, aujourd'hui le marché désigne un être invisible qui ordonne et étrangle les peuples, mais heureusement il reste des gens qui aujourd'hui s'expriment et croient qu'un autre monde est possible.
La démocratie, c'est la diversité c'est d'écouter toutes les voix sur un pied d'égalité. Il faudrait remplacer le G20 par le G7 milliards, c'est-à-dire celui de l'humanité. Il n'y a pas de recettes en la matière, les choses ne changent pas en une semaine ou en un mois mais même si le mouvement des indignés prenait fin, ce que je n'espère pas, il restera l'énergie qui s'en est dégagé.
Je suis très optimiste en ce qui concerne ce mouvement.


Samedi 25 juin : Villerupt – Face à l’Hôtel de Ville – venez dire NON à l’exclusion avec la Section PCF de Villerupt et tous les présents.

Dans le cadre de la Fête du Parti Communiste Français section de Villerupt, exposé-débat de Vescovi Thomas, membre du Conseil National de l'Association France-Palestine Solidarité, sur son périple en Palestine.
Du 1 au 8 mai, accompagné de mon père et mon frère, j'ai parcouru la Cisjordanie (Jérusalem, camp de réfugiés, Hébron, Naplouse, Bil'in, Ramallah…) dans le but de comprendre, apprendre, et voir la situation de cette terre occupée illégalement depuis 1967 par l’État d’Israël. Ce retour de mission est l'occasion de rendre compte d'une situation abjecte imposée à tout un peuple, qui en dépit de sa souffrance demeure droit, digne et résistant.
A travers nos rencontres, nous expliquerons les sources du conflit, en revenant fréquemment dans le passé afin de comprendre le présent.
Par la suite, un débat sera engagé avec les personnes présentes sur notre expérience, l'actualité, les perspectives, les moyens de lutter en France…

Venez nombreux et faites tourner l'info !

Les délégués communistes montrent la voie pour 2012

La conférence nationale du Parti communiste français (PCF), réunie à Montreuil depuis vendredi, a voté ce dimanche midi à 63,6% (36,39% contre) en faveur de la résolution proposant aux communistes la candidature de Jean-Luc Mélenchon à l'élection présidentielle, couplée à l'accord global qui porte sur les présidentielles et les législatives.
Cette proposition sera soumise au vote des militants dans deux semaines, du 16 au 18 juin. Pour ce faire, la conférence nationale a décidé à 79,9% (20,09% contre) le principe de faire figurer sur le bulletin de vote les noms des trois candidats en lice: André Chassaigne (PCF) et Jean-Luc Mélenchon, dans le cadre du Front de gauche, et Emmanuel Dang Tran, opposé au Front de gauche. André Gerin choisi lui de retirer sa candidature juste avant le vote de ce midi.
"Nous sommes attachés à ce que chaque communiste puisse s'exprimer avec l'ensemble des options qui ont été portées dans le débat. Le bulletin de vote comportera donc toutes les candidatures déclarées et leurs motivations", explique le texte de la résolution adoptée.
En clôture des débats, Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, a appelé les militants communistes "à se rassembler autour (du) choix" de la conférence nationale. Nous proposons, a t-il expliqué, de "désigner à l'élection présidentielle pour porter les couleurs du Front de Gauche, bien que nous en soyons la force la plus importante, un candidat qui n'est pas issu de nos rangs, mais qui est Jean-Luc Mélenchon, co-président du Parti de Gauche… C'est un choix fort, un choix audacieux, un choix courageux. Et j'appelle les communistes à se rassembler autour de ce choix dans la consultation des 16, 17 et 18 juin."