Birmanie: le PCF salue le succès d’Aung San Suu Kyi et de l’opposition démocratique birmane

L'élection de Aung San Suu Kyi au Parlement de Birmanie lors d'un scrutin partiel est un événement très positif, significatif des évolutions actuelles et des réformes enregistrées dans ce pays. Le parti d'Aung San Suu Kyi aurait remporté l'ensemble des 44 circonscriptions dans lesquelles il présentait des candidats.
Le PCF salue ce succès de l'opposition démocratique issu d'un soutien populaire et de dizaines d'années de résistance à la dictature militaire.Il reste cependant de nombreux pas à franchir pour que le peuple birman puisse bénéficier des libertés essentielles et des règles d'un Etat de droit. 80 % des sièges parlementaires sont d'ailleurs détenus par le parti de la junte et par des militaires depuis 2010.
Le PCF réaffirme son soutien à Aung San Suu Kyi et aux forces démocratiques de ce pays, qui veulent en finir avec le régime militaire, s'ouvrir et s'engager dans les transformations attendues par le peuple birman.

S’inscrire et voter la bonne résolution avant 2012

Plus que quatre jours pour s’inscrire sur les listes électorales afin de pouvoir voter en 2012 pour la présidentielle et les législatives. Les mairies ont mis en place des dispositifs pour absorber les dernières demandes, en dépit de toute campagne nationale de sensibilisation, contrairement à 2006.
À sonder la file d’attente dans le hall de la mairie de Saint-Denis (93), on comprend mieux pourquoi le pouvoir fait le service minimum sur l’inscription sur les listes électorales. Car, pour Sophie, trente-six ans et première inscription en poche, cette fois, «il faut que ça change», ça suffit la galère pour cette secrétaire médicale, «ces dernières années j’ai vraiment senti que ma situation se détériorait». Envolées ses préventions à l’égard des «politiques» rangés auparavant dans le même sac. Elle veut du changement mais tempère aussitôt : «Enfin, j’en espère.» Sophie sait en tout cas pour qui elle va voter ; ainsi, la démarche d’inscription n’est pas le préalable à l’intéressement à la vie politique, elle en est le prolongement. Entre les simples retardataires pour cause de déménagement en cours d’année (les plus nombreux) et les jeunes passés au travers du système d’inscription automatique (qui suppose de s’être fait recenser pour la journée défense et citoyenneté), c’est de 130 à 140 inscriptions quotidiennes qui sont réalisées dans ces tout derniers jours à Saint-Denis.
À l’heure de l’abstention galopante, de grands mots résonnent pourtant dans ce hall de mairie ; s’inscrire et voter, c’est un «devoir moral», dit Kalidou (vingt-deux ans), comme une évidence oubliée. «Un droit auquel je tiens depuis que je suis française», poursuit Kea, vingt-sept ans. Qui n’a pas encore arrêté son choix, mais laisse volontiers entendre que ce ne sera pas pour renouveler le bail du locataire de l’Élysée.
le poids des jeunes

Egypte: les Frères musulmans réclament la victoire aux législatives

Les Frères musulmans ont appelé ce samedi les partis rivaux à accepter le verdict des urnes après la première phase des législatives égyptiennes, où la confrérie islamique semble bien placée pour l'emporter. Selon eux, leur parti Liberté et Justice recueillerait approximativement de 43% des sièges alloués à la proportionnelle. Pourtant, la commission électorale n'a pour l'heure dévoilé qu'une poignée de résultats.
Des estimations non-officielles donnent les rivaux islamistes des Frères, les salafistes, en deuxième position du scrutin, derrière les libéraux, illustrant la percée des islamistes dans les pays secoués par le "printemps arabe". Les rivaux des Frères musulmans les accusent d'avoir fait des dons de médicaments et de nourriture pour influencer les électeurs et d'avoir enfreint les règles électorales en exerçant des pressions à l'extérieur des bureaux de vote.
Les Frères musulmans ont rejeté ces accusations: "Nous appelons tout le monde, et tous ceux qui s'associent aux règles de la démocratie, à respecter la volonté du peuple et accepter leur choix", a déclaré la confrérie dans un communiqué après la première phase du marathon électoral, où la participation s'est élevée à 62% des inscrits, du jamais vu dans le pays.

Résultat final le 10 janvier. La répartition des sièges à la chambre basse du Parlement ne sera connue qu'à l'issue du marathon électoral le 10 janvier. La première phase, lundi et mardi, concernait 17 des 50 millions d'électeurs inscrits dans neuf gouvernorats, dont Le Caire, les villes d'Alexandrie, Port-Saïd et Damiette dans le nord du pays, ainsi qu'Assiout et Louxor dans le Sud. Au total, 498 sièges sont en lice, dont les deux tiers sont alloués à la proportionnelle sur la base de listes présentées par les partis, le dernier tiers revenant à des candidatures individuelles.

Droit de vote des résidents étrangers : « réparer l’anomalie démocratique »

Devant 3000 maires réunis à l'Élysée hier, Nicolas Sarkozy s'en est pris au droit de vote des résidents étrangers. Alors qu'il défendait le contraire en 2001 et 2005, le Président de la République s'est enfoncé dans un positionnement toujours plus à droite, cornaqué par le FN et la droite populaire et leurs idéaux détestables.
Pourtant ce combat est d'arrière garde. Plus la droite tente de populariser ce débat dans l'opinion, moins elle est entendue : 7 français sur 10 sont aujourd'hui favorables à l'obtention de ce nouveau droit qui pourrait enfin réparer cette anomalie démocratique. Les 5 millions de citoyens vivant en France et payant des impôts n’ont pas de droit de regard sur les grands choix de société et la façon dont leurs impôts sont utilisés. Une discrimination injuste, d'autant que les étrangers venus de l’Union européennes ont eux, le droit de vote aux élections locales.
Le PCF réaffirme son soutien au droit de vote des résidents étrangers à toutes les élections. Le Front de gauche, dans son programme « L'humain d'abord » propose, dans un premier temps d'accorder aux résidents extra-communautaires le droit de vote aux élections locales.

Les Espagnols plébiscitent l’austérité et les banques

Les Espagnoles ont voté, et ont plébiscité la droite, qui n'a pas d'autre projet que l'austérité budgétaire. Rajoy a dit qu'il n'a pas de recette miracle contre la crise, mais cela ne l'êmpêche pas de promettre l'austérité.
Il serait intéressant de connaître le nombre de participants, pour apprécier cette majorité absolue accordée au Parti Populaire.

http://www.youtube.com/watch?v=YFaGt_7TOEc

En france il faudra tout faire pour que le Front de Gauche soit en tête, car les finances publiques ont essayé de sauver les banques d’une situation où leurs propres turpitudes les y ont entraînées, et car le dogme libéral n’a jamais cessé de faire des cadeaux aux privilégiés.
Ensuite, parler d’austérité pour y remédier est totalement absurde, car cette dernière va avoir pour conséquence la chute de l’activité, la hausse du chômage etc. Cette crise est aussi terrible que celle des années 30. Et à cette époque, on a pensé au Front populaire pour faire face. La gauche doit s’engager pour un Front populaire du XXI e siècle. »

Argentine: le PCF se réjouit de la victoire de Cristina Kirchner et de sa majorité

Le Parti communiste français partage la joie du peuple argentin, de sa jeunesse, qui fêtent la réélection de Cristina Fernandez Kirchner à la présidence. Le Front pour la Victoire, coalition qui a soutenu sa candidature, obtient une large majorité au Parlement qui devra donner un nouvel élan aux politiques de réformes. Celles-ci ont déjà permis des avancées de grande portée.
Ce résultat montre l'attachement du peuple argentin aux choix de rupture avec la politique ultra-libérale imposée par le FMI. Cette politique avait conduit l'Argentine à une crise sans précédent en 2001. L'élection de Nestor Kirchner en 2003 avait alors ouvert une période de confrontations et de changements que Cristina Fernandez Kirchner a continué avec courage et détermination lors de son premier mandat. Les progrès enregistrés sont importants: recul du chomage, revalorisation des salaires, réduction significative de la pauvreté, accès de millions de personnes à la santé, à l'éducation et à la protection sociale. Les organisations de défense des Droits de l'Homme ont salué les actions entreprises contre l'impunité des crimes commis sous la dictature et pour la récupération de la mémoire et de l' histoire.
Le peuple argentin vient d'exprimer avec force ses aspirations à la justice sociale, à la démocratie et à la souveraineté. Pour répondre à ces attentes légitimes, les défis que la nouvelle majorité devra relever sont considérables et promettent de nouvelles confrontations. Dans ce contexte, le Parti communiste français, solidaire du peuple argentin, se réjouit de la victoire de Cristina Fernandez Kirchner et des forces progressistes argentines.

Le billet du jour : Sénatoriales, la répartition hommes-femmes au soir des élections

Loi sur la parité, il faut autant de femmes que d’hommes chez les élus.
Pourtant, la réalité est tout autre, les femmes ne représentent qu’un infime pourcentage chez nos chers représentants.
Hier le sénat est tombé à gauche, on comptabilise 77 (22,45%) femmes pour 266 (77,55%) hommes.
Lors de la présentation de ma candidature aux élections législatives de la 3ème circonscription de Meurthe-et-Moselle, je proposais que si j’étais choisi comme candidat, je souhaitais fortement et pour respecter la parité, que mon suppléant soit une suppléante. Et que celle-ci soit choisi par l’équipe de campagne.
Ne pas avoir nommé cette suppléante tout de suite a été un élément pour remettre en cause le vote des communistes. Un recours à même été déposé.
Malgré cela, mon Parti, le PCF veut combattre le recul de la représentation féminine en politique.
Combattre veut aussi dire entériner.
En effet, force est de constater que dans les faits, les choses ne bougent pas vite concernant cette question.
Je remarque tout de même, et il faut le souligner, le groupe Communiste au sénat a une majorité de femmes.
L’année dernière à la Fête de l’Humanité, nous avons rendu hommage à notre poète National Jean Ferrat, n’oublions pas qu’il a chanté « LA FEMME EST L’AVENIR DE L’HOMME ».
Quand aurons-nous le réflexe de mettre en concordance nos paroles avec nos actes ?
C’est de cela que nos électrices et électeurs ont besoin !
DE LA VÉRITÉ !

Sénatoriales : Le PCF gagne un siège et forme le premier groupe parlementaire où les femmes sont majoritaires

Les élections sénatoriales se déroulait aujourd'hui avec le renouvellement de la série A. Les communistes regrettent qu'une nouvelle fois, le maintien d'un mode de scrutin d'un autre temps, ne permette pas de représenter toute la diversité des opinions françaises.
Cependant, le résultat marque une défaite de la droite. Elle aurait d'ailleurs pu être encore plus importante. L'attitude hégémonique du Parti socialiste à l'égard de toutes les composantes de la gauche a ainsi empêché quelques belles victoires sur la droite.
Concernant le PCF, deux sénateurs était sortant, Gérard Le Cam, Sénateur des côtes d'armor, a été réélu dès le premier tour, et Robert Bret, Sénateur des Bouches-du-Rhône, qui ne se représentait pas. C'est Isabelle Pasquet qui devient Sénatrice des Bouches-du-Rhônes. Et le PCF gagne un nouveau siège avec Mireille Schurch qui devient Sénatrice de l'Allier.
Ce bon résultat permet au PCF, outre le fait de gagner une nouvelle sénatrice, d'entrer dans les annales de la cinquième république. En effet, le groupe communiste et républicains du Sénat sera désormais composé de onze hommes et de douze femmes, soit une majorité de femmes, ce qui n'est jamais arrivé dans toute l'histoire des groupes parlementaires de la cinquième république.

octobre 2018
L M M J V S D
« Juil    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Traduire

%d blogueurs aiment cette page :