Egypte : le choix de la répression

egypte_4Le Parti communiste français exprime sa plus vive condamnation après l'annonce du verdict de peine de mort à l'encontre de 683 membres de la confrérie des Frères musulmans, accusés d'avoir participé à des manifestations violentes ayant entrainé la mort de policiers. Selon des représentants d'une association de défense de droits humains, le procès n'a duré que quelques heures et le tribunal a empêché les avocats de la défense de prendre la parole.
A quelques semaines des élections présidentielles, ce verdict augure mal de l'avenir démocratique de l'Égypte.
Le rejet par une grande partie du peuple égyptien des Frères musulmans n'autorise pas le pouvoir actuel et son chef, le maréchal Al Sissi, à fouler aux pieds les droits de la défense et tout Etat de droit. Il serait tout à son honneur d'annuler toutes les condamnations à mort. D'autant que les Frères musulmans ne sont pas les seuls à subir la répression et une justice aux ordres du pouvoir.
C'est aussi le cas de très nombreux démocrates, de jeunes révolutionnaires du Mouvement du 6 avril qui vient d'être interdit ; tous subissant arrestations arbitraires, emprisonnements et tortures pour avoir protesté contre la dérive autoritaire du pouvoir militaire et le retour des partisans de l'ancien régime de Moubarak.
Le Parti communiste français réaffirme sa solidarité avec les forces progressistes égyptiennes, son soutien aux jeunes démocrates acteurs de la révolution égyptienne, et à tous ceux qui continuent d'agir pour une Égypte démocratique, libre, souveraine et conforme aux objectifs d'émancipation de sa révolution.

Venezuela : le PCF condamne les tentatives de déstabilisation

caracas2Le PCF condamne avec la plus grande fermeté les actions orchestrées au Venezuela par la droite la plus extrême dans une nouvelle tentative de créer un climat de déstabilisation et violence qui a fait deux morts et des dizaines de blessés.
C'est une nouvelle tentative de la part d'une opposition qui n'a jamais hésité à utiliser les pires moyens pour mettre un terme à la révolution bolivarienne.
Aujourd'hui, elle s'attaque une nouvelle fois à la légitimité d'un gouvernement confirmé en 2013 lors des deux dernières élections : la présidentielle d'avril 2013 et les municipales d'octobre de la même année.
Le PCF partage la préoccupation exprimée par les gouvernements et les forces progressistes latino-américaines de la région devant ces actions qui semblent avoir été planifiées avec le soutien de groupes paramilitaires étrangers.
Le PCF apporte toute sa solidarité avec les mobilisations populaires qui auront lieu ce samedi 15 février à l'appel des forces progressistes en défense de la démocratie et de la révolution bolivarienne.

Syrie : Stopper l’engrenage

syrie_embargoL'Union européenne a décidé de mettre un terme à l'embargo sur la livraison d'armes à l'opposition syrienne. Cette résolution autorise de fait les Etats qui le souhaitent, comme la France et l'Angleterre, à fournir dès maintenant des armements. Le Parti communiste français exprime sa totale opposition à cette mesure. Outre que personne ne peut être assuré de maîtriser les « bénéficiaires » de ces livraisons, cette décision va conduire à une nouvelle aggravation et extension du conflit dont les populations sont les premières victimes. Faut-il le redire : il n'y aura pas de solution militaire à ce conflit.
Ceux qui persévèrent dans cette voie ne font qu'amplifier cette spirale meurtrière qui s'étend, chaque jour, au-delà des frontières de la Syrie et retarde d'autant une issue politique. Aujourd'hui, au contraire, l'urgence est de faire baisser le niveau d'intensité des combats et se préparer à engager un processus de sortie de crise pour une transition démocratique, conduisant à un changement de régime. C'est l'objectif de la Conférence internationale de paix en Syrie d'ouvrir ce chemin.
Le PCF se prononce donc résolument pour que soit mis un terme aux livraisons d'armes d'où qu'elles viennent et que toutes les parties concernées parviennent rapidement à un arrêt des combats et des violences. Les autorités françaises se doivent de prendre toutes leurs responsabilités pour contribuer activement à donner une chance à la paix, pour construire une nouvelle Syrie démocratique.

Syrie : Condamnation ferme de l’usage de gaz mortel

syrie-masque-gazLes dernières informations qui proviennent de Syrie sur l'usage de gaz mortel par le pouvoir syrien à l'encontre de combattants et de la population sont d'une extrême gravité.
Le PCF tient à exprimer sa condamnation la plus ferme devant de tels actes, qui relèvent de crimes de guerre.
Le conflit ne cesse de s'aggraver tant au plan intérieur que régional.
Les ingérences de groupes armés étrangers ne cessent de se multiplier de part et d'autre, le Liban subit ses premiers affrontements inter-religieux et des bombardements sur Beyrouth. Israël mène des frappes aériennes sur Damas. La Turquie est victime d'attentats et l'Irak s'inquiète des intrusions sur son territoire de djihadistes.
Il est urgent de faire cesser cette escalade meurtrière et de mettre un terme aux combats. La population syrienne vit un calvaire et le risque d'embrasement régional grandit de jour en jour.
Pourtant, il n'y a pas de solution militaire aux aspirations démocratiques du peuple syrien. Seul le pouvoir tire profit de cette militarisation à outrance. L'annonce de la Conférence internationale de paix sur la Syrie à Genève doit permettre d'aboutir rapidement à la cessation des combats et à l'ouverture d'un processus politique permettant au peuple syrien de décider lui-même de son avenir, pour une Syrie libre, démocratique, indépendante et souveraine, ce qui passe par la disparition de ce régime et le départ du clan Assad qui le dirige.
Toutes les conditions doivent être réunies pour le succès de cette Conférence. Trop de temps a été perdu.
Chacun doit prendre ses responsabilités tant du côté des représentants de la Communauté internationale, du pouvoir syrien que de l'opposition.
La France, membre du Conseil de Sécurité, doit se montrer à la hauteur des objectifs de cette Conférence et œuvrer à sa réussite.
Le PCF tient à réaffirmer une nouvelle fois sa solidarité et son soutien aux forces démocratiques et progressistes syriennes qui luttent avec courage et détermination.

Le bilan du conflit en Syrie dépasserait les 80 000 morts

syrieongSelon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), plus de 80.000 personnes, pour près de la moitié des civils, ont été tuées en Syrie depuis le début de la révolte contre le régime du président Bachar al-Assad.
Le soulèvement, qui a commencé par des manifestations pro-démocratie pacifiques mais réprimées dans le sang, s'est transformé en une guerre civile meurtrière qui a également fait, selon l'ONU, 4,2 millions de déplacés et 1,4 million de réfugiés.
Le bilan comprend 70 257 morts parmi les civils, les soldats et les rebelles et plus de 12 000 informateurs et miliciens pro-régime, selon l'ONG qui s'appuie sur des chiffres recoupés de sources médicales et militaires. L'OSDH dénombre 34 473 civils – dont 4 788 enfants et 3 049 femmes -, 16 687 rebelles et déserteurs et 16 729 soldats. Auxquels s'ajoutent 2 368 morts non identifiés et 12 000 informateurs et miliciens pro-régime tués.
Selon l'OSDH, ces chiffres n'englobent pas plus de 10 000 détenus dans les geôles du régime ni les 2 500 membres de forces pro-régime prisonniers des rebelles.

Chavez : 500 milliards de dollars investis dans le social en 13 ans

Le 15 Août 2012, en pleine campagne électorale, le Président Chavez rappelle que le plus grand acquis de la révolution est d’avoir mis le pétrole du Venezuela entre les mains du peuple vénézuélien
Chavez, toujours une grande source d’inspiration et d’espoir !

Syrie: le PCF condamne la consternante décision d’une levée de l’embargo sur les armes

syrie_4En annonçant la fin de l'embargo sur les armes en direction de la Syrie, les autorités françaises prennent une très lourde responsabilité, celle d'alimenter une escalade militaire aux conséquences tragiques. C'est le régime de Bachar Al Assad qui a cherché, dès le début, la militarisation de la crise et qui en tirerait finalement tout le profit. Encourager cette militarisation est un choix consternant et dangereux qui peut engendrer l'escalade dans une région sous haute tension car, au demeurant, il est impossible de savoir dans quelles mains ces armes finiront pas tomber.
Le Parti communiste français condamne cette décision qui ne fait d'ailleurs pas consensus au sein même de l'opposition syrienne et rappelle l'exigence d'agir, à l'inverse, pour une solution politique qui puisse aboutir à l'arrêt de la confrontation armée et crée les véritables conditions pour que le peuple syrien puisse choisir son destin, ses dirigeants, et vive en paix, en démocratie et dans le respect des libertés fondamentales.

 

Tunisie : des milliers de manifestants pour l’égalité des droits entre les sexes

Ce lundi 13 août a vu "le plus grand rassemblement d'opposition depuis avril" d'après BFM.
C'est l'article 28 de la future Constitution qui fait l'objet de l'hostilité des manifestants et qui stipule : « l'État assure la protection des droits de la femme, de ses acquis, sous le principe de la complémentarité avec l’homme au sein de la famille ».
L'article a été voté à l'occasion de la journée de la femme en Tunisie, puisque le 13 août correspond à la date-anniversaire de la promulgation du Code du statut personnel, une série de lois votées en 1956 sous Bourguiba, peu après l'indépendance du pays, et visant à faire progresser l'égalité entre hommes et femmes. Ennahda, le parti islamiste majoritaire, dément toute mise en danger des droits des femmes, qui seraient réaffirmés dans le Préambule.

http://www.youtube.com/watch?v=GN5V1-E2w4U

novembre 2018
L M M J V S D
« Juil    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Traduire

%d blogueurs aiment cette page :